Leed
1.9.1 dev

Remember me

Raccourcis clavier

  • m mark the selected element as read / unread
  • l mark the previous element as unread
  • s mark the selected element as favorite / not favorite
  • n next element (without opening)
  • v open the selected element URL
  • p previous element (without opening it)
  • espace next element (opening it)
  • k previous element (opening it)
  • o or enter open selected element
  • j change the display mode of the article (title, summary, complete)
  • h show/hide the help panel

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … :

HAL : Dernières publications
See the Unread | oldest first

[tel-04550877] Architecture, Ambiance et agriculture urbaine. Relations historiques et contemporaines entre l’habitat et l’agriculture en ville.

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … the 04.18.2024 at 12:34:00 PM - Favorize ||  Read/Unread

Cette thèse s’intéresse aux rôles respectifs et complémentaires de l’habitat et de l’agriculture urbaine dans l’émergence et le maintien d’un environnement propice aux modes de vies soutenables en prenant en compte les ressources naturelles, l’énergie, la mobilité et l’organisation de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. L’enjeu est de comprendre comment l’architecte peut imaginer et faire dialoguer des pratiques agricoles urbaines à proximité de logements, notamment lorsqu’il s’agit d’activités agricoles professionnelles. L’insertion de fonctions agricoles dans les cœurs de quartiers d’habitat social, ainsi que dans les îlots et en toiture des bâtiments d’habitation neufs, constituent notre sujet de recherche et d’expérimentation privilégié. La thèse entend montrer comment l’agriculture façonne une perception sensible d’une urbanité soutenable et interroge le devenir de la ville contemporaine. Ainsi, la prise en considération des ambiances produites en ville par les activités agricoles permet de mieux comprendre les dynamiques fondant la cohabitation entre l’habitat et les bâtiments agricoles. Ce travail repose également sur un état des connaissances sur des relations entre l’habitat et l’agriculture urbaine en France à une échelle de temps long, de l’époque médiévale à nos jours, doublé d’une étude économique et sociologique des bâtiments agricoles urbains réalisés récemment en France. Afin de rendre une telle recherche opératoire, deux expérimentations constructives à Annemasse (Haute-Savoie) et à Lyon, ont été réalisées dans le cadre d’une méthode de recherche sur le prototypage proposée par la Chaire partenariale d’architecture « Habitat du futur » aux Grands Ateliers Innovation Architecture de Villefontaine (Isère).

[tel-04581648] Routes de la soie et stratégie régionale de la Chine en Asie centrale

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … the 05.21.2024 at 04:23:00 PM - Favorize ||  Read/Unread

Lancé en 2013 par le Président Xi Jinping à Astana, le projet des routes de la soie a pour objectif de développer un réseau de transports et d’infrastructures à travers le monde. L’initiative se découpe en deux axes : les routes maritimes et les routes terrestres. Le choix d’annoncer le projet à Astana, capitale du Kazakhstan, n’est pas anodin. L’Asie centrale joue un rôle primordial pour développer un corridor permettant de relier la Chine à l’Europe. Le Kazakhstan et la province du Xinjiang, à l’ouest de la Chine, occupent alors un rôle géostratégique essentiel à la réussite du projet. Cette thèse a pour objectif de questionner le fonctionnement de la Belt and Road Initiative (BRI). Elle interroge à la fois les objectifs du gouvernement chinois, les outils mis en place et les impacts territoriaux du projet. L’objectif final est de comprendre l’articulation multiscalaire territoriale des routes de la soie. Cette analyse nous permet notamment d’étudier la montée en puissance de la Chine et ses ambitions. Cette thèse se structure en deux parties. Une première partie permet de définir le cadre conceptuel du projet, de définir notre méthodologie de recherche et d’analyser les routes de la soie sous le prisme de l’intégration régionale et des corridors de développement. Dans un second temps, l’étude des documents de planification à l’échelle du territoire chinois, de la province du Xinjiang et du Kazakhstan nous permet de comprendre l’insertion de la BRI sur ces territoires. L’étude du corridor Chine-Asie centrale, et plus particulièrement la frontière sino-kazakhstanaise nous permettra de mettre en lumière les dysfonctionnements et défis de ce projet. Grâce à ces analyses de données, nous questionnerons donc la viabilité des routes de la soie dans un contexte géopolitique particulièrement instable.

[tel-04565941] La réhabilitation des façades légères dans l’habitat du XXe siècle Projet démonstrateur sur les façades Jean Prouvé de l’immeuble Les Cèdres, 44 rue de la Favorite à Lyon

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … the 05.02.2024 at 01:16:00 PM - Favorize ||  Read/Unread

L’intervention sur l’architecture du XXe siècle constitue un défi majeur pour les professionnels qui œuvrent aux réhabilitations architecturales et urbanistiques en intégrant une démarche de transition écologique. Dans ce cadre, quels enjeux recouvrent aujourd’hui les expérimentations en architecture, considérant qu’il est essentiel de préserver les qualités historiques et patrimoniales d’un existant tout en tenant compte des conditions économiques des occupants, des exigences en termes de confort, comme de l’environnement ? Cette recherche est conduite dans le cadre du programme scientifique de la Chaire partenariale d’enseignement et de recherche en architecture « Habitat du Futur ». Elle poursuit l’ambition de définir une démarche expérimentale susceptible de trouver des développements contemporains en matière de réhabilitation de façades légères, tout en ayant un impact de chantier réduit sur l’intervention et le coût, et d’améliorer les ambiances de vie. En effet, les citadins, qui ont de tout temps cherché à moduler leurs perceptions sensibles du logement, du voisinage et de l’environnement, ressentent aujourd’hui des inconforts du fait du bâti et vont avoir à gérer, d’ici 2050, un changement climatique déjà opérant. Conçu par les architectes François-Régis Cottin, Marcel Dallière et Alain Chastel, l’immeuble Les Cèdres, objet de la réhabilitation, est une expression radicale de la modernité. Il est doté de façades légères en mur-rideau, composées de panneaux sandwichs préfabriqués en aluminium signés par Jean Prouvé. Leur design mécanique et industriel reflète les méthodes constructives de l’époque. Leur finesse engendre néanmoins des problématiques d’isolation thermique et acoustique et un inconfort pour les habitants. L’hypothèse consiste à renforcer l’enveloppe légère initiale par une seconde enveloppe économique constituée de matériaux biosourcés. Les façades des logements construits dans cette région lors de la seconde moitié du XXe siècle souffrent de stratégies d’amélioration thermique drastiques, sans évaluation des dégradations du confort lumineux, sonore et du flux ventilant qui en résultent. Pour inverser la tendance, la thèse propose de fabriquer un guide de diagnostic et d’expérimentation, avant intervention complète, pouvant s’adapter au secteur économique qui s’illustre aujourd’hui sur ce type de bâti, généralisant ainsi une approche éco-responsable et co-construite de la réhabilitation, et ceci dans le cadre très contraignant d’une copropriété. Afin d’améliorer les performances de l’immeuble, tout en préservant sa qualité plastique, technique et patrimoniale, une recherche pluridisciplinaire est mise en place. Elle a débuté par un travail de diagnostics approfondis rythmé par des entretiens sur le vécu, des phases de recherches archivistiques, de relevés, de diagnostics architecturaux, patrimoniaux, thermiques, acoustiques, structurels et énergétiques, afin d’avoir une connaissance quasi exhaustive du bâtiment. S’en est suivie une période de conception explorant l’ensemble des expérimentations constructives et ambiantales possibles pour réhabiliter les façades légères de l’immeuble Les Cèdres, puis la réalisation de prototypes, à l’échelle 1 : 1, réalisés avec les Grands Ateliers Innovation Architecture de l’Isle d’Abeau et les entreprises partenaires. L’expérimentation propose donc de concevoir et de tester un ensemble de prototypes cohérents selon la visée économique, écologique, ambiantale, architecturale et patrimoniale recherchée, avant de passer à la réhabilitation complète. Le montage financier pour la copropriété a fait l’objet d’une recherche d’aides permettant aux habitants peu fortunés d’investir dans les travaux. La démarche proposée pourrait trouver de multiples applications sur un corpus d’immeubles du XXe siècle ayant une façade légère, mais elle pourrait également être génératrice d’une attitude éco-responsable inaugurale pour réhabiliter les immeubles en copropriété de cette époque.

[tel-04542360] Les premiers bétons armés dans l’architecture des églises catholiques en France (1890-1940) : une fusion entre innovation et tradition à l’épreuve de la restauration contemporaine

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … the 04.11.2024 at 03:52:00 PM - Favorize ||  Read/Unread

Ce travail de recherche explore une période de cinquante ans (1890-1940) pendant lesquels la nouvelle technique du béton armé connaît un épanouissement exponentiel, en passant d’une phase primitive d’expérimentations individuelles à une phase classique de pratiques conventionnelles. Grâce à son appui sur de modèles multiséculaires, l’architecture religieuse sert de révélateur de ce phénomène d’appropriation collective. L’assimilation, l’innovation ou l’interprétation sont immédiatement exposées sur ce fond programmatique stable. Les édifices sélectionnés sont représentatifs à la fois pour les différents courants d’idées artistiques et pour l’abondance de déclinaisons des premiers bétons armés en France. Seule une analyse typologique peut organiser de manière systématique le vaste corpus, parce que l’examen stylistique est mis en difficulté face à la complexité architecturale et décorative traduite dans les influences rationalistes, néo-médiévales, régionalistes ou art-déco, souvent utilisées de manière déroutante. En effet, ces églises, aujourd’hui majoritairement protégées au titre des monuments historiques, représentent l’arrière-garde de l’éclectisme et les derniers témoins d’un art de bâtir traditionnel précédant l’industrialisation quasi-totale de la construction. Leurs bétons armés sont mis en œuvre de façon artisanale et portent les traces d’imperfections qui posent aujourd’hui des questions spécifiques de préservation. Le sujet de la restauration et de l’entretien des églises en béton armé est présenté au travers des problématiques techniques, patrimoniales et environnementales. Les premiers bétons armés sont fragiles et peuvent être restaurés par de moyens spéciaux, invasifs, coûteux et parfois précaires, alors que rares sont les chantiers qui traitent l’ensemble d’un édifice selon une vision globale. L’expérience des architectes est encore récente dans ce domaine, ce qui fait que la définition d’une méthodologie partagée de restauration des premiers bétons armés reste un sujet ouvert.

[tel-04539857] Dispositifs spatiaux de la " ville hostile" et tactiques de résistance urbaine : marges, situations, interstices

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … the 04.09.2024 at 09:14:00 PM - Favorize ||  Read/Unread

Pics, cailloux, potelets, grilles, pentes, agencements végétalisés, assises individuelles ou individualisées... Et si l’aménagement de l’espace public et la conception architecturale favorisaient l’exclusion et la peur de l’autre selon un double régime d’esthétique et de convivialité ; de sécurité et de défense par la production d’espaces (in)hospitaliers et l’implantation de dispositifs spatiaux hostiles ? Avec ce travail de thèse, nous aimerions faire l’hypothèse que la ville, en voulant chasser l’indésirable produit dans le même temps de l’indésirabilité. Notre analyse critique porte sur le design urbain comme possibilité d’une convivialité excluante et marginalisante. Nous souhaitons proposer un questionnement sur le design urbain à Paris en prenant comme point de départ les grands travaux d’Haussmann dès 1853. Effectivement, nous pensons que cette date clé à modifiée en profondeur l’organisation urbaine de cette ville, avec entre autres l’arrivée du courant hygiéniste, compris comme la spécification et la distribution des pratiques sociales en lien avec les pratiques spatiales. En effet, nous aimerions, avec le design urbain comme outil d’analyse critique de la ville, proposer un questionnement sur l’accueil et l’hospitalité des un·e·s comme forme d’invisibilisation des autres au sein de l’espace public. Ce travail de recherche souhaite poursuivre et approfondir les réflexions menées sur les liens entre les évolutions des espaces publics et la régulation des personnes dites marginales, ou marginalisées. Pour ce faire, l’accent est porté sur l’échelle micro du territoire et des relations sociales en se concentrant essentiellement sur les espaces publics que l’on peut qualifier comme des espaces quotidiens, ordinaires, de proximité, voire banals. Il est question d’interroger les rapports de pouvoir à l’œuvre dans la quotidienneté des usagers et des usagères de la ville par le prisme du design urbain, de l’aménagement de l’espace, de l’architecture, en requestionnant de manière critique la dialectique discipline/sécurité théorisée par Michel Foucault. Or, si le pouvoir semble assigner des places et des trajectoires aux plus démuni·e·s par le tri des comportements et la distribution des corps au sein de l’espace public, il nous faudra aussi regarder les actes de résistance, perçus comme des ruses, des stratagèmes et des détournements des dispositifs spatiaux de pouvoir urbains. Ces espaces seront envisagés comme des situations où peuvent se concrétiser des « manières de faire » autrement, des « espaces des possibles » pour des subjectivités marginalisées, nomades, déterritorialisées. Cette réflexion nous fait dire que de l’inhospitalité urbaine et de l’hostilité spatiale, induites par un design urbain hostile, naissent des « marginalités créatives » qui permettent de repenser les rapports de force et de recréer de nouveaux espaces d’accueil et accueillants, d’inclusion et inclusifs, d’hospitalité et hospitaliers.