Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

Dossier : _Ressources documentaires

Tous les événements non lus pour le dossier _Ressources documentaires

ˆ

La carte invente le monde

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 17/06/2018 à 08:12:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Image évocatrice, objet convoité, enjeu de pouvoir, la carte dessine le monde. Outre les géographes-cartographes, de nombreux chercheurs, stimulés par sa puissance de représentation, l'utilisent afin de répondre à quelques-unes des interrogations de la société actuelle. La diversité des points de vue, des regards et des usages scientifiques, par conséquent la multiplicité des questionnements, se combine à la profondeur historique des références en apportant au lecteur curieux du monde des éléments de compréhension spatiale de processus, de circonstances, d’événements et de concepts propres à l’humanité. La carte, vivante et mouvante, est un reflet de l’imaginaire et la représentation d’un réel. Depuis l’Antiquité, les représentations de la Terre instaurent des mondes successifs, en jouant avec la géométrie, les distances et les formes, les plans et les volumes. Inscrites dans le temps, les cartes intègrent les temps de la terre et des sociétés. De nouvelles cartographies réinventent le monde du XXIe siècle. (d'après éd.)
ˆ

Tous urbains n° 19-20, septembre-novembre 2017

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 17/06/2018 à 07:50:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Le 50e anniversaire de Mai 68 sera célébré l'an prochain. Il donnera lieu à nombre de manifestations et d'ouvrages. Tous urbains anticipe ce moment et souhaite dès maintenant repérer les ruptures qui ont touché les relations entre l’architecture et la ville avec comme conséquence la remise en cause de l’urbanisme de l’après-guerre, et de son enseignement dit "classique". En témoignent notamment l'éclatement de l'Ecole des Beaux-Arts, la suppression en août 1968 de la section architecture et du prix de Rome, en octobre la création des unité pédagogiques dans les écoles d'architecture rompant avec plus de deux siècles de centralisme absolu. Plus discrètement les changements de la politique du logement réorientent vers l'acquisition de maisons individuelles une part des crédits consacrés à la construction... (d'après éd.)
ˆ

Le monde vu d'Asie

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 17/06/2018 à 07:42:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Ce beau livre relate une autre histoire du monde, centrée sur l’Asie à travers des chefs-d’œuvre cartographiques et iconographiques, célèbres ou méconnus, qui témoignent des échanges féconds entre les différentes régions asiatiques, ainsi qu’entre l’Asie et le reste du monde du XVe au XXe siècle. Après avoir présenté les univers cosmographiques hindou, jaïn, bouddhiste et taoïste qui constituent la matrice des cartographies religieuses, les auteurs nous invitent à suivre certains explorateurs comme l’amiral Zheng He, des moines tel Xuanzang et ses fameuses Pérégrinations vers l’Ouest, et les commerçants partis sur les routes des « grandes découvertes » asiatiques. Les nouveaux pouvoirs royaux et impériaux mettent en scène leur autorité sur le territoire grâce à la cartographie, à travers la représentation des conquêtes, des frontières, des grands travaux et des capitales. Longtemps, les mappae mundi chinoises, coréennes et indiennes, confondent le monde avec l’Asie et relèguent l’Europe et l’Afrique dans les marges des cartes. À partir de la fin du XVIe siècle, la coopération entre les jésuites européens et les savants chinois induit un décentrement, qui ouvre des perspectives géographiques aux élites autochtones, tout en situant l’Asie au cœur du monde. Au XIXe siècle, la présence coloniale européenne apparaît sur les cartes qui traduisent d’autres formes d’hybridation des savoirs. Les Occidentaux se sont alors réapproprié ces savoirs cartographiques asiatiques et une grande partie de ces œuvres ont été déplacées, notamment dans certaines collections françaises. (d'après éd.)
ˆ

Réseaux ferrés et territoires

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 17/06/2018 à 07:15:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cet ouvrage met en perspective la richesse des interactions entre le fait ferroviaire et le territoire français et explique de manière synthétique comment le rail a modelé la croissance des villes et des régions et comment il a accompagné la modernisation de l'économie française et les dynamiques de production. Il présente aussi les éléments clés pour nourrir les discussions actuelles sur les grands choix d'investissement dans le rail, mais en choisissant un angle d'analyse particulier : la lecture territoriale qui introduit à la compréhension des pratiques de mobilité des français, des enjeux de la compétitivité et de la croissance durable et équitable des métropoles. (4ème de couverture)
ˆ

Les grands ensembles en France

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 16/06/2018 à 10:39:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cet ouvrage retrace la naissance d’une politique publique, née à la Libération, consistant à construire de grands bâtiments de logement collectif, peu à peu désignés sous le vocable de « grands ensembles ». Au moment où l’on détruit et où l’on réhabilite une partie de ces habitations, il était temps d’en écrire l’histoire. Gwenaëlle Le Goullon détricote ainsi pas à pas les légendes noires en confrontant histoire nationale et études de cas locales. L’option des grands ensembles ne s’est en effet pas imposée naturellement et brutalement dans les années 1950 : cette politique a été élaborée selon une méthode de travail empirique et raisonnée et non selon des dogmes architecturaux ou urbanistiques. Il ne s’agit nullement d’entasser des travailleurs immigrés, mais bien d’inventer, avec la généralisation du « bon logement », un des aspects nouveaux de l’État-providence dont la France a besoin pour s’extraire des années noires. Comprendre la genèse de cette politique, au-delà des caricatures, reste sans doute la meilleure façon de ne pas se tromper de diagnostic aujourd’hui. (d'après éd.)
ˆ

Paris, métropole introuvable

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 16/06/2018 à 10:28:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La métropole francilienne peine à s’inscrire dans la globalisation, malgré sa puissance économique et culturelle qui en fait l’une des toutes premières métropoles mondiales, sans doute parce que son histoire et sa culture politique ont enfermé ce territoire dans un cadre national en partie autoréférencé. En comparant Paris avec ses deux grandes rivales, Londres et New York, cet ouvrage permet de mieux percevoir la singularité historique et culturelle de la capitale française. Largement dominé par le monde politique, le système d’acteurs francilien éprouve des difficultés à s’ouvrir. L’Île-de-France apparaît ainsi comme un lieu de conflits où différentes visions du monde s’opposent, notamment sur la place de ce territoire dans la globalisation et les priorités dans les politiques à mener. S’intéressant principalement aux vingt dernières années et notamment au débat sur le Grand Paris, l’ouvrage montre que la globalisation reste un impensé chez la plupart des acteurs franciliens, ce qui explique en grande partie les conflits qui la traversent. (d'après éd.)
ˆ

Ensemble et séparément

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 16/06/2018 à 10:19:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Qu’ils habitent Genève, Nagoya, New York ou Montréal, mais aussi Montreuil, Paris, Moult, Nantes, Mulhouse ou Rambouillet, qu’ils soient jeunes, quinquagénaires ou plus âgés, militants, réunis en fratries, parents ou grands-parents avec enfants adultes… tous ont en commun de vivre ensemble et séparément. La cohabitation se diffuse aujourd’hui et ne se résume pas seulement à la colocation étudiante. Mais vivre avec un tiers, sans lien amoureux, est inhabituel et implique de trouver un modus vivendi, la « bonne distance », la « familiarité sans intrusion ». Des propositions spatiales spécifiques, qui réinterrogent aussi la manière de concevoir le logement contemporain, doivent être mises en place. À côté de l’aménagement bricolé dans un logement existant, des lieux pensés pour organiser la cohabitation sont apparus ces dernières années. Quelles sont leurs caractéristiques ? Comment les habitants de tous âges s’y adaptent-ils ? Quels modes de vie inventent-ils ? Quelles valeurs partagent-ils ? Pour répondre à ces nouvelles pratiques de vie, des solutions spatiales où l’intimité est protégée et les lieux de rencontre bien pensés sont imaginées. Les entretiens avec les cohabitants, l’observation des lieux, les photographies et les « relevés de plans habités » permettent de comprendre la réception de dispositifs encore expérimentaux, mais aussi d’évaluer l’évolution des mœurs et des modes de vie qu’ils soutiennent. (Extrait de la 4e de couv.)
ˆ

Mai 68. L'architecture aussi !

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 14/06/2018 à 18:08:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les directions prises par l’architecture et son enseignement au cours des années 1960 sont multiples. Conscients d’un changement aussi inéluctable que nécessaire, les pouvoirs publics tentent d’accompagner ce mouvement par un projet de réforme initié en 1962 mais que Mai 68, avec toute la force de l’évènement, vient faucher. À l’École des beaux-arts, les élèves-architectes réclament une formation moins académique, plus proche de l’exercice du métier. Suite au décret du 6 décembre 1968, l’enseignement de l’architecture se réinvente en Unités pédagogiques autonomes. S’ouvre alors un champ des possibles au cours duquel les hypothèses formulées pour la société témoignent de cette aspiration à envisager et à pratiquer l’architecture autrement. (d'après éd.)
ˆ

Ville, rail et transports, n°612, juin 2018

UMR AUSser - Centre de recherche documentaire le 13/06/2018 à 14:22:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Sommaire du dossier : - A quoi ressemblera la ville de demain - En France, Dijon joue les pionnières - Lyon est déjà en route - Boulogne-sur-mer retrouve ses piétons - Antoine Picon : "il faut faire converger la ville intelligente vers la ville durable" - La boîte à outils du baron Haussmann - Copenhague, verte, durable et connectée - La distribution urbaine recherche des solutions désespérément
ˆ

Architecture and waste : a (re)planned obsolescence / Hanif Kara, Leire Asensio Villoria, Andreas Georgoulias ; [foreword Iñaki Ábalos]

Bibliothèque de la Cité de l'architecture et du patrimoine le 13/06/2018 à 00:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Livre

Architecture and waste : a (re)planned obsole...

Kara, Hanif. Auteur | New York (N.Y.) : Actar | copyright 2017

Architects, wwaste, and design research / Hanif Kara. Industrial buildings don't have to be ugly / Hanif Kara. Causes of obsoloscence and building futures / Peter Rowe. Another perspective / Ulrika Francke. Methods of research / H...