Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL : Dernières publications

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[dumas-02472739] Comparison of the vernacular earthen architecture in Goa (past Portuguese colony in India) and Alentejo (Portugal): local building cultures and conservation approaches

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Je fais l’hypothèse que en rassemblant des informations qui enrichissent notre compréhension des cultures constructives locales et des approches de conservation dans les deux régions, nous contribuons à faciliter l’entretien de ces bâtiments en terre aujourd’hui. En m’engageant dans des projets de conservation du patrimoine à Goa, où j’ai grandi, j’ai constaté que diverses études parlent de l’influence portugaise sur les bâtiments publics, les églises et les demeures de Goa. Cependant, j’ai réalisé que la documentation disponible laissait un vide qui ne permettait pas une conservation globale du patrimoine architectural de Goa. Il y a peu de documentation sur les matériaux et les techniques utilisés pour construire ces structures, ainsi que sur les méthodes utilisées pour les entretenir. Ce qui est resté en grande partie ignoré, ce sont les maisons des habitants, dont beaucoup sont construites en terre — et sont en train de disparaître rapidement. Alors que de nombreux échanges culturels, notamment entre Goa et le Portugal, portent sur l’architecture « Indo‐portugaise », la terre comme matériau de construction, n’a guère retenu l’attention — même si elle fait partie intégrante du patrimoine et que les maisons en terre constituent une grande partie de son paysage architectural. Malheureusement aujourd’hui, le patrimoine architectural en terre à Goa et aussi au Portugal reçoivent moins d’attention et est en danger à cause de nombreuses raisons. Bien qu’il y ait des maisons en bon état, il y a de plus en plus de maisons qui sont détruites, dégradés ou qui sont en état de dégradation. À Goa, comme plusieurs régions dans le monde, les maisons en terre sont associées à la pauvreté. Du coup, avec l’augmentation du statut socio‐économique des habitants, de plus en plus de gens choisissent de casser les maisons en terre et de les remplacent avec des maisons en pierres‐latérite et en ciment. Pendants mes études et voyages en Inde et Europe, j’ai remarqué que dans plusieurs régions, comme à Goa et au Portugal, il y a des habitants qui choisissent de rénover les maisons en ajoutant des bains modernes, des carreaux céramiques, de l’enduit en ciment, etc. Mais en analysant, il devient de plus en plus évident que les dégâts sont sous forme de remonté capillaire, d’humidité dans les murs, etc., et commence juste quelques années après la rénovation. Il montre qu’il nous manque les bonnes connaissances au niveau théorique et pratique pour faire l’entretien, et/ou la conservation et/ou la restauration et/ou la rénovation de ces maisons dans le but d’assurer une meilleur longévité et aussi une amélioration de l’esthétique.
ˆ

[dumas-03040258] Bioarchitecture avec la perspective de genres dans le modèle coopératif CVAM : contributions éco-féministes pour une transition durable dans la production et gestion sociale de l’habitat

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Mon intérêt en tant que travailleuse a toujours été d'utiliser l'architecture comme un outil de transformation sociale. Cette préoccupation a commencé lorsque j'étais étudiante à l’école d’architecture et m'a amenée à approfondir les problèmes de logement des secteurs populaires, en reconnaissant l'approche de la production et de la gestion sociale de l'habitat comme une réponse appropriée. Il y a quelques années, grâce au travail conjoint avec les organisations de permaculture de ma région, j'ai compris que mon approche du problème devait être complétée par une approche plus holistique, afin de contribuer au développement de la communauté à partir d'une éthique du ‘soins de la vie’. Cette recherche pour une construction plus durable m'a conduit vers des espaces où je pouvais expérimenter la construction en terre et finalement choisir le DSA-Terre comme domaine de formation professionnelle. Aujourd'hui, je tiens à souligner que cette recherche se déroule en même temps que la pandémie COVID-19, une crise sanitaire globalisée jamais vue - du moins au cours de ma vie - qui nous a apporté plus de pauvreté, plus d'inégalités et une liberté restreinte pour tous - même ceux qui en temps normaux, jouissaient de la «liberté» que le capitalisme nous donne si nous appartenons au secteur le plus privilégié de la population.
ˆ

[dumas-03040258] Bioarchitecture avec la perspective de genres dans le modèle coopératif CVAM : contributions éco-féministes pour une transition durable dans la production et gestion sociale de l’habitat

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Mon intérêt en tant que travailleuse a toujours été d'utiliser l'architecture comme un outil de transformation sociale. Cette préoccupation a commencé lorsque j'étais étudiante à l’école d’architecture et m'a amenée à approfondir les problèmes de logement des secteurs populaires, en reconnaissant l'approche de la production et de la gestion sociale de l'habitat comme une réponse appropriée. Il y a quelques années, grâce au travail conjoint avec les organisations de permaculture de ma région, j'ai compris que mon approche du problème devait être complétée par une approche plus holistique, afin de contribuer au développement de la communauté à partir d'une éthique du ‘soins de la vie’. Cette recherche pour une construction plus durable m'a conduit vers des espaces où je pouvais expérimenter la construction en terre et finalement choisir le DSA-Terre comme domaine de formation professionnelle. Aujourd'hui, je tiens à souligner que cette recherche se déroule en même temps que la pandémie COVID-19, une crise sanitaire globalisée jamais vue - du moins au cours de ma vie - qui nous a apporté plus de pauvreté, plus d'inégalités et une liberté restreinte pour tous - même ceux qui en temps normaux, jouissaient de la «liberté» que le capitalisme nous donne si nous appartenons au secteur le plus privilégié de la population.
ˆ

[dumas-03035650] L'architecte et la Terre : concevoir en terre crue en France dans le cadre du marché public

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La première partie du mémoire expose ce qui m’a permis de définir et de mieux comprendre l’évolution et le lien du métier d’architecte avec la matière : dans un premier temps je propose une approche historique de cette évolution, pour arriver à une vision du métier d’aujourd’hui et de ses responsabilités face aux enjeux actuels, et finir en développant le cas d’un nouveau métier émergeant : celui d’architecte expert, accompagnant des projets intégrant la terre crue. La deuxième partie présente une analyse du processus même de la conception architecturale intégrant la terre crue, en développant trois points : le choix de la terre et de la technique, la logique constructive nécessaire pour construire en terre et, pour finir, les outils mis en place par les architectes pour mener à bien cette conception. Une dernière partie traitera directement du contexte du marché public, en suivant là aussi trois points : la présentation du cadre de la loi MOP et sa compatibilité avec le matériau terre, un approfondissement de la question des règlementations avec lesquelles doit composer l’architecte, et, pour finir, une étude de cas que j’ai suivie pendant mon stage : celui de Cycle Terre.
ˆ

[dumas-03043230] De bois, de terre, de feu et d'eau : la réhabilitation de l'habitat en pan de bois du centre ancien de Rennes

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Ce travail de restitution vise à réaliser un examen du chemin parcouru depuis la fin de la première année du cycle du DSA « Architecture de terre, cultures constructives et développement durable ». Il relève d’une sorte de retour sur expérience, en ce sens qu’il évoque uniquement mon parcours professionnel à Rennes avec le cabinet Lithek Conseil. Je n’ai pas souhaité mettre l’accent sur la présence de la terre crue dans ce mémoire. Mon choix a été de la laisser s’exprimer depuis la place qu’elle occupe aujourd’hui dans le cadre de travail que j’ai pu découvrir, ni plus ni moins. Ce mémoire est composé de sept chapitres, évoquant successivement le territoire rennais, la culture constructive en pan de bois, les risques et pathologies liées à cette culture constructive (rôle de l’eau), le retour historique sur l’incendie de 1720 pour donner une perspective à ce que nous observons aujourd’hui (rôle du feu), les démarches engagées pour l’amélioration de l’habitat, l’écosystème de la réhabilitation du centre ancien et, pour finir, le rôle et le processus d’intervention actuel de la maîtrise d’œuvre.
ˆ

[dumas-03093794] Principes techniques généraux de conception architecturale en terre crue en Île-de-France

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Dans le cadre du projet Cycle Terre, mené par treize partenaires associés, la formation des concepteurs a rapidement été identifiée comme essentielle. Les actions de formation se déclinent en séances d’information, accompagnement, formations journalières et édition d’un guide de conception. Le présent document présente les principes généraux de conception architecturale en terre crue en Île-de France. Son contenu sera partiellement repris dans le guide Cycle Terre à destination des concepteurs. Cette introduction explicite le contexte dans lequel ces contenus ont été créés en précisant l’objet du projet Cycle Terre puis en détaillant les enjeux associés à ces actions de formations.
ˆ

[dumas-03111590] Réparation de l'église de San Pedro de Atacama

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

L’aventure commence pendant la formation du DSA Architecture de Terre à l’ENSA de Grenoble, où nous faisons connaissance. Des intérêts communs, des projets qui se recoupent, une vision globale de la vie, nous réunissent au Chili en août 2019, au sein de l’entreprise de restauration - construction Mas Tierra, crée par Solange, à Coquimbo. Cette année passée a été riche en émotions, de tous les côtés : comme architectes et ouvrières, nous avons eu la chance de faire beaucoup de projets très variés, entre restauration, réparation ponctuelle, construction neuve, ateliers participatifs ou conception. Des projets situés dans la région de Coquimbo, mais aussi à côté de Santiago, au Cajon Del Maipo, dans la campagne au Sud de la capitale, à La Estrella. Des territoires traversés par des mouvements terrestres fréquents, habituels pour les Chiliens, connus sous le nom de temblor ou de terremoto, selon l’intensité du séisme. Les architectures locales en sont profondément imprégnées et des techniques de construction parasismiques ont été développées par les femmes et les hommes, avec le temps et l’expérience. Les différents projets que nous avons eu à charge nous ont permis d’étudier, d’expérimenter et de mettre en oeuvre ces techniques. Depuis octobre 2019, de nombreux mouvements sociaux, témoignant du mécontentement de la population, ont éclaté au Chili pour réclamer davantage de justice économique et une politique moins élitiste. La crise sanitaire que l’on connait, n’a fait qu’accentuer le malaise social actuel.
ˆ

[dumas-02957486] Approches corporelles et sensibles dans l'architecture en terre : entre recherche exploratoire et mise en place d'une analyse sensible architecturale

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Depuis mon enfance, la nature m’inspire et m’émerveille. Durant mes études en architecture, je me suis donc intéressée aux habitats en harmonie avec leurs environnements. J’ai tout d’abord réalisé en 2016, mon mémoire de master intitulé Habiter sur Terre, naturellement à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles (ENSA-V). Puis, quelques mois plus tard, j’ai découvert la construction en terre crue, grâce à une initiation menée par l’architecte Frédérique Jonnard3. Cette expérience a été pour moi une révélation : je pouvais expérimenter et construire avec une matière naturelle qui « respire » et la façonner comme une sculpture. Je pouvais plonger mes mains et mes pieds dans la terre, pour malaxer le mélange et l’appliquer avec la force de tout mon corps pour bâtir une architecture. Cette dimension corporelle m’a immédiatement plu ayant toujours pratiqué des activités engageant le corps. Aujourd’hui, ma pratique du yoga et de la danse d’improvisation m’aide à développer une écoute intérieure et extérieure. J’apprends quotidiennement à prendre en compte mes ressentis, liés à mon propre corps, à celui des autres, et aux lieux que je traverse. J’essaie de rester à l’écoute de ma respiration, qu’elle soit courte ou profonde, de mon ancrage ou de ma fluidité lorsque je marche, de sensations de malaise ou d’apaisement, etc. Cette écoute m’aide à être plus consciente et plus présente dans mon rapport aux matières et dans la vie. La terre m’a finalement permis de relier mes pratiques architecturales et corporelles. Et ce lien s’est d’autant plus affirmé durant mes études au DSA « Architectures de terre ». Au cours de cette formation, deux enseignements m’ont particulièrement touché, sensoriellement ou intellectuellement.
ˆ

[dumas-02965622] Local urban planning documents and climate change; towards concrete actions to protect vulnerable groups of people" : context of small and medium-sized cities in the south of France

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 01:22:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

This thesis focuses on giving concrete answers to the problems related to the slow integration of climate issues into local town planning documents. In particular, the analysis focuses on the particularly vulnerable context of southern France, taking into account the specificities that link it with the Mediterranean basin. As a matter of fact, the mere uncontextualized technical response does not favour the speeding up of this transformation process. As well as the numerous guides already created, which are seldom combined with the awareness raising efforts of public and private actors and thus remain an end in themselves. In addition, the possible negative effects of climate change, in particular overheating which is especially dangerous for the most vulnerable groups of people, require a degree of priority for action. For this reason, special consideration is given to the heat wave issue as well as to urban heat islands (UHI). Therefore, a technical response will be proposed through local urban planning documents, in particular the local urban planning plan “PLU” to improve summer comfort and provide a short and medium term response to the adaptation of cities. Through the possible maneuvers of action offered by this local town planning document (encouragement, obligation and prohibition) recommendations have been developed. The purpose of these recommendations is to provide a rapid response to improve climatic conditions both on the building scale and on the urban scale. Through bioclimatic principles, the inclusion of greenery, the inclusion of refreshing elements, and the prohibition of the use of some low albedo materials, specific standard regulations are proposed.
ˆ

[dumas-02965818] L'habitat indigne chez les migrants : quatre histoires de vie

HAL : Dernières publications le 15/03/2021 à 01:22:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Selon le dernier rapport de la fondation Abbé Pierre, 14,62 millions de personnes sont touchées par la crise du logement en France. C'est-à-dire, plus d’un sur cinq habitants. Depuis 1830, la politique publique en France a essayé d'évoluer pour répondre aux différentes problématiques liées au logement. La plupart de ces problématiques bien évidemment ont une relation presque étroite avec les vagues d'immigration que le pays a reçue pendant le 20e siècle et jusqu'à aujourd'hui. Différentes associations et entités non gouvernementales se mobilisent jour à jour afin de lutter contre ce que l'on appelle aujourd'hui l'habitat indigne. Dans mon expérience d'alternance à SOLIHA, les projets dans lesquelles j'ai pu travailler m'ont approché à trois échelles de cette problématique. La ville, le bâtiment et l'humain. À l'échelle de la ville j'ai trouvé Creil. Une ville dans l’île-de-France qu'aujourd'hui s'enfonce dans la problématique de l'habitat insalubre, ainsi comme économiques et sociales qui touchent à tous ses habitants. Et l'échelle humaine, j'ai rencontré sept familles migrantes sortantes d'une situation d'habitat indigne et qui commencent à se remettre à une vie normale. Le projet cherche à tisser les différentes échelles à travers la question de l'habitat indigne avec une compréhension des expériences à l'échelle humaine. C'est finalement les habitants, ceux qui font la ville les uns après les autres. Pour cela, le projet développe une méthode de récolte des témoignages et d'analyse qualitative approfondie du vécu des quatre individus qui sont aujourd'hui accompagnés par l'association. Le projet met en lumière les détails des conditions et les situations personnelles que ces quatre familles migrantes ont vécu avant, durant et après son expérience d'habitat indigne en France.