Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re…

GROUPE D’ÉTUDES ET DE RECHERCHES PHILOSOPHIE, ARCHITECTURE, URBAIN &nbsp EA 7486 Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

Eva Mahdalickova Chercheuse associée / Docteure en Lettres et Sciences-Humaines Eva Mahdalickova...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 15/10/2019 à 16:16:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

image

Eva Mahdalickova

Chercheuse associée / Docteure en Lettres et Sciences-Humaines


Eva Mahdalickova est docteure en lettres et sciences humaines, diplômée de l’Université Paris Diderot. Sa thèse s’intitule « Sortir des limites : une image de soi dans l’écriture moderne et l’expression architecturale contemporaine » et explore les parallèles et les liens entre l’espace littéraire et l’espace architectural.

Membre du laboratoire Gerphau de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette, elle a enseigné aux écoles d’architecture l’ESA, l’ENSA La Villette, l’ENSA à Lyon, ainsi qu’à l’Université Paris 8. Parallèlement, elle poursuit depuis plusieurs années, à travers une trajectoire transdisciplinaire et internationale, une interface entre littérature, art, philosophie et architecture. Les orientations de ses recherches prolongent les réflexions issues de sa thèse.

Elle participe actuellement aux questionnements sur l’identité, la création architecturale et le déplacement des limites, engendrant des nouvelles connexions entre les champs disciplinaires mobilisés. L’exploration de l’espace littéraire, philosophique et architectural l'a également amené à travailler avec Claude Parent et Julie Cattant sur un livre “Claude Parent Autrement” qui propose une lecture inédite de son œuvre.


Ses travaux ont pour but de développer la question de la décentralisation de l’identité et de l’espace dans deux perspectives : littéraire et architecturale.

Comment construit-on son identité à l’époque de la fluidification des frontières ? Au lieu d’une identité refermée sur elle-même, il s’agit de révéler l’identité dans sa dimension relationnelle et dynamique, une identité multiple jamais complètement achevée. En ce sens, elle interroge un parallèle entre le sujet dénué d’un soi fixe dans l’écriture moderne (H. Michaux, M. Blanchot) et l’espace d’un édifice sans intériorité fixe dans les conceptions de l’architecture contemporaine. Elle explore un lien entre une image de « la sortie de soi », de « la sortie des limites » en écriture moderne et en architecture : sortir de l’identité carcan, de l’espace oppressant, ainsi que sortir des limites entre les arts. La création de nouveaux espaces littéraires ou architecturaux introduit un nouveau sens des limites : lieux de confrontations et de nos propres réinventions.

L’espace imaginaire met à l’épreuve nos perceptions normées et nous invite à de nouvelles expériences corporelles et psychiques. En interrogeant l’expérience de la « sortie de soi » dans l’espace littéraire, nous pouvons nous demander quel serait l’enjeu d’une telle expérience limite dans l’architecture ?


Bibliographie


Ouvrages collectifs

2013 - Mahdalickova E., Cattant J., Parent C., “Claude Parent Autrement”, Editions de l’Odéon, Paris.


Chapitre d'ouvrages collectifs

2014 - Mahdalickova E., « L’expérience de l’espace dans la littérature : L’espace fluide chez Henri Michaux » in “Perception Architecture Urbain”, sous la direction de C. Younès et X. Bonnaud, Infolio, Paris.

2014 - Mahdalickova E., Younès Ch., « Habiter la cinquième façade des villes : la régénération des milieux habités », in “Nouveaux territoires : les toits urbains au regard de la question de l’énergie et des écosystèmes”, Actes du colloque, Ed. Presses de l’Université Laval (coll. Études Urbaines), Québec.

2010 - Mahdalickova E., « Les nouveaux enjeux dans le rapport entre l’homme et l’espace : Vers un espace plus humain ? » in “L’humain et les humanités dans les lettres, les sciences humaines et les arts”, Actes du colloque, Université Paris Diderot.


Articles

2012 - Mahdalickova E., « La mise en mouvement : la fluidité et l’instabi lité dans l’œuvre de Michaux et Parent » in Journal Spéciale’Z n°4.

2011 - Mahdalickova E., « En quête de nouvelles expériences : l’architecture et le virtuel » in Réel-virtuel n°2 Virtualité et quotidienneté. - lien vers l'article

2009 - Mahdalickova E., « New Experiences Of The Body Through Space » in “Implications philosophiques : L’habitat. Un monde à l'échelle humaine”. - lien vers l'article


Conférences

2018 - Mahdalickova E., « L’expérience de l’espace littéraire et architectural: À l’épreuve de la sortie de soi chez Henri Michaux et Maurice Blanchot », cycle des conférences à l’ENSA Lyon (décembre 2018).

2015 - Mahdalickova E., « Open-limit, l’horizon en mouvement: une autre conception de l’espace dans l’œuvre de Claude Parent », cycle des conférence interdisciplinaires Kula, l’Université Charles à Prague (octobre 2015).

2014 - Mahdalickova E., « Vers un espace affectif : l’architecture liquide chez Novak et l’espace imaginaire chez Michaux et Blanchot », cycle des conférences Espaces, écritures, architectures, l’ENSA Paris-Malaquais (avril 2014).

2012 - Mahdalickova E., « Nouveaux territoires: habiter les toits urbains », colloque international scientifique L’épiderme aérien des villes au regard de la question de l’énergie et des modes de vie: prospective des formes et des stratégies architecturales et urbaines - Paris, Chicago, Montréal, l’ENSA Paris-Malaquais (octobre 2012).

2012 - Mahdalickova E., « Défier les limites : vers un espace de rencontre ou de conflit ? », colloque international Architecture et littérature, l’Université Paris Ouest (février 2012).

2011 - Mahdalickova E., « Les nouveaux paysages urbains dans l’architecture de Jan Kaplicky », conférence interdisciplinaire Paysages, l’Université Paris Diderot (avril 2011).

2010 - Mahdalickova E., « La fluidité et l’instabilité dans l’œuvre d’Henri Michaux et Claude Parent », colloque international Références en mouvement Arts/Textes/Architectures, l’ENSA Paris-Malaquais (octobre 2010).

2010 - Mahdalickova E., « Limiter sans clore: la dynamique de la limite dans l’architecture contemporaine », colloque international Frontières et invention : la dynamique de la création, l’Université Paul-Valéry Montpellier III (juin 2010).

ˆ

REEDITION “Collective Design ” Alison & Peter Smithson Le laboratoire GERPHAU a...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 04/10/2019 à 14:49:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

image

REEDITION

“Collective Design ”

Alison & Peter Smithson


Le laboratoire GERPHAU a le plaisir de vous annoncer la réédition de sept articles écris par Alison et Peter Smithson entre 1973 et 1975 et publiés initialement dans Architectural Design. Cette réédition est accompagnée de commentaires réalisés par Marc-Antoine DURAND, chercheur associé du laboratoire et d’entretiens, menés par Dirk VAN DEN HEUVEL et Peter MURRAY.


Cette série des sept articles intitulée Collective Design rappelle l’essence collective de l’architecture. Au constat d’une fragmentation culturelle de la société jugée inéluctable, les Smithson interrogent la dimension politique de leur travail à un moment charnière de leur carrière.


Une réédition dont la teneur marquera par son actualité.


lien vers le site de l'éditeur

ˆ

Cycle d'AteliersLES ATELIERS DES TERRITOIRESLe GERPHAU est...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 01/10/2019 à 19:24:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



Cycle d'Ateliers

LES ATELIERS DES TERRITOIRES


Le GERPHAU est heureux de vous convier à cette série de 8 ateliers inédits organisés par Thierry PAQUOT membre associé du laboratoire et ANNE-SOLANGE MUIS. Ils auront lieu du mardi 8 octobre 2019 au mardi 12 mai 2020, le deuxième mardi de chaque mois à la Fondation Charles-Léopold Maye, 33 rue Saint-Sabin, 75011-Paris.


La notion de « territoire » y sera examiné en croisant les regards disciplinaires. Il s'agira d’exalter la polysémie de ce terme tout en tentant de le conceptualiser.

Chaque séance débutera par un exposé de 40 minutes, auquel réagira un « répondant » en 15 minutes. Après une courte pause, la discussion collective se déploiera.

Un compte-rendu de la séance sera établi dès la semaine suivante, en plus du texte du premier conférencier et d’une bibliographie commentée. Une vidéo de 3 minutes du conférencier sera disponible sur le site de Citégo.

Une anthologie de textes sur la notion de « territoire » sera élaborée au fil des séances et donnera lieu à une publication au cours de l’année 2020 ou au plus tard au début de 2021.


lien vers le programme



Chaque discipline académique (économie, éthologie, écologie, sciences politiques, sciences du religieux, agronomie, histoire, géographie, psychologie, philosophie, sciences de la communication, sociologie, anthropologie, architecture, études urbaines, etc.) revendique sa définition ou sa compréhension, du sens du mot « territoire » - qui n’est pas toujours stabilisé -, il est grand temps de les confronter, de saisir les points communs et les divergences afin de clarifier les diverses acceptions, qui bien souvent associent ou non d’autres mots, comme « local », « global », « région », « milieu », « environnement »,« pouvoir », « contrôle », « gouvernance », « ressources », « résilience », « virtuel », etc. Ces grappes de mots ne produisent pas le même nectar…

ˆ

PIERRE BOUILHOL Doctorant Architecte praticien depuis 2013, Pierre Bouilhol a collaboré avec...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 16/08/2019 à 15:41:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

image

PIERRE BOUILHOL

Doctorant


Architecte praticien depuis 2013, Pierre Bouilhol a collaboré avec plusieurs bureaux d’architecture en France et en Belgique. En 2019, il entame une recherche doctorale, intitulée « Formes du politique et moments architecturaux » en co-tutelle entre Paris 8 et l’Université Libre de Bruxelles sous la direction de Xavier Bonnaud, architecte et Ludivine Damay, politologue.

Son thème de recherche porte sur la présence du politique, des tensions et des controverses qui traversent les processus de mise en forme architecturaux. Il étudie comment transformations du politique et de l’architecture s’articulent et se répondent depuis des observations ethnographiques au sein de bureaux d’architecture et d’urbanisme. En 2020, il sera résident à la Cité Internationale des Arts de Paris pour poursuivre ses recherches.


thèse (inscription 2019) :

«Formes du politique et moments architecturaux. Enquête sur des processus de projets architecturaux : autonomie, dépendance, résistance.»



Thèse en cours, sous la co-direction de Xavier Bonnaud (Gerphau – ENSA Paris La Villette, attaché à l'ED « Pratiques et théories du sens », Université de Paris 8) et Ludivine Damay (Sasha – Faculté d’Architecture la Cambre-Horta, attaché à l’Université Libre de Bruxelles).

L’architecture, en tant qu’exercice de partition (des espaces, des rôles et du sensible) et le politique, en tant qu’exercice de la négociation (reconnaissance du principe de dissensus comme base propre au politique et mise à l’épreuve du principe d’égalité), connaissent actuellement des transformations. Ces champs sont à la fois frappés d’incertitude mais aussi d’attentes sociétales considérables. Certains qualifient cette période de « post-politique » marquée par la fin de la politique ou sa réduction à une ingénierie bureaucratique (Lahiji, 2014 ; Zwyngedouw, 2009 ; Mouffe, 2016). La thèse de doctorat interroge la position de l’architecte au sein des acteurs de la fabrique urbaine dans un contexte de crises multiples : crise climatique, raréfaction des matières, crise économique, crise sociale et politique. Cette recherche vise à la définition d’un outil de décryptage du caractère politique de l’architecture et du caractère architectural du politique. La recherche se concentre sur l’analyse et l’observation de processus de projets architecturaux en cours au sein d’un bureau d’architecture pour évaluer comment s’entremêle, s’incarne, s’engage et s’exprime le politique à travers l’architecture et inversement. La méthode d’enquête est double : à travers, d’une part, une étude des formes architecturales et urbaines conçues, débattues et construites, et d’autre part, des observations ethnographiques lors de moments de négociations entre les différents acteurs du projet. Comment l’architecture est-elle influencée par ce contexte post-politique présumé ? Si l’on considère l’exercice de mise en forme architectural comme un processus continu de moments d’arbitrage : à partir de quand peut-on qualifier ces arbitrages de politiques ? Il s’agira de comprendre ce que la politique « post-politique » fait à l’architecture et au territoire, ce qu’elle engendre comme agencements, comme négociations, comme résultats pour le développement urbain. Mais aussi, ce que l’architecture, en tensions entre des impératifs antagonistes, des dynamiques de changement, fait au politique : parvient-elle à faire en sorte que les défis contemporains de l’urbain soient relevés ?


contact :

pbouilhol@gmail.com
ˆ

PUBLICATION “I resti della città” (les vestiges de...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 12/08/2019 à 17:39:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



PUBLICATION

“I resti della città”

(les vestiges de la ville)

de Roberto D'ARIENZO


Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la thèse de Roberto d’Arienzo, chercheur au laboratoire. Portant sur le devenir des lieux et vestiges abandonnés en villes, y sont abordés entre autre l'évolution historique de leurs considérations au sein de la ville de Naples et l'importance de leur appréciation actuelle en tant que ressource.


synopsis :

“Les actuelles préoccupations environnementales invitent à poser un nouveau regard sur l'existant, afin d'identifier des ressources utiles parmi matières et lieux abandonnés. Ce volume propose une exploration synthétique de la ville à travers l’étude de ses restes - inévitables, ambigus, précieux - auxquels une valeur de témoignage essentiel est reconnue. L’analyse de deux cycles de fonctionnement principaux - production/utilisation de ressources et biens de consommation, construction/transformation d’espaces habités - permet de mettre en évidence l’alternance d'opérations de valorisation et/ou rejet des restes en question, et d’en souligner le rôle crucial en tant que problème et/ou opportunité. (…)


lien vers le site de l'éditeur



(…) Le livre, centré sur le cas paradigmatique de la ville de Naples, poursuit un triple objectif: reconstruire l'évolution des restes métaboliques au sein de l'écosystème urbain; restituer le rôle des "restes architecturaux” dans la formation de ce qui est aujourd'hui un véritable palimpseste stratifié; fonder une comparaison pertinente entre les deux phénomènes, rappelant le travail pionnier élaboré par Kevin Lynch sur la dissipation “des choses et des lieux”.

Le récit rend compte de la longue évolution qui commence par la révolution bactériologique et la construction de la ville sanitaire, lorsque le fonctionnement urbain est fortement structuré par un équilibre soigneux de matériaux et élément et par un usage scrupuleux de ruines et zones abandonnées, et arrive jusqu’aux années du gouvernement fasciste, quand une véritable “guerre contre le gaspillage” semble inspirer de multiples stratégies d'optimisation du déjà-là. Avant de conclure sur la situation récente caractérisée par deux crises cruciales - déchets et désindustrialisation - et sur l’approbation de deux documents essentiels – zéro-déchets et zéro-hectares - l’essai fait un bref survol de la période 1950-1980, caractérisée par l’introduction de nouveaux modèles de consommation ayant eu de nombreuses conséquences à la fois dans le domaine de la gestion des déchets urbains et de l’aménagement du territoire, donnant lieu au phénomène de “gaspillage métaboliques et territorial” que nos villes témoignent largement.“

ˆ

INFORMATION INSCRIPTION DPEA PROMOTION 2019/2020 Les inscriptions au DPEA sont ouvertes. La 2ème...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 01/07/2019 à 18:23:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

INFORMATION

INSCRIPTION DPEA


PROMOTION 2019/2020

Les inscriptions au DPEA sont ouvertes. La 2ème session des dépots de candidature a lieu du 2 au 16 septembre 2019.

En espérant vos candidatures nombreuses.

Au plaisir de vous retrouver l’année prochaine au laboratoire !


Modalités de candidature : http://dpearea.wordpress.com


image

contact : gerphau@gmail.com

ˆ

PRIX CHRIS YOUNÈS a reçu la MÉDAILLE D'ARGENT DE...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 19/06/2019 à 09:22:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



PRIX

CHRIS YOUNÈS a reçu la MÉDAILLE D'ARGENT DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE 2019


L'Académie d'Architecture a remis le 11 Juin 2019 à Chris Younès la médaille d'argent de l'Enseignement et de la Recherche 2019, à la Maison de l'Architecture d'Ile-de-France.


Ont été salués dans un discours de Marie-Hélène Contal son parcours, ses choix, son positionnement et ses collaborations.



Extrait de l'éloge de Marie-Hélène Contal :


« Chris Younès, grande figure de l'enseignement et de la recherche est une pionnière d'une pensée très contemporaine : celle qui ouvre une relation d'osmose entre l'architecture et les milieux habités. Philosophe, elle fait partie de ces universitaires venus dans nos Ecoles lorsque la réforme de l'enseignement s'est mise en place. (…)
Je suis d'une génération qui doit énormément à l'entrée des humanités dans notre formation. Je veux d'abord saluer, en Chris Younès, l'universitaire qui a quitté son milieu pour choisir le nôtre, et nous apprendre à penser avant de dessiner. Elle a fait sortir étudiants et collègues de leur propre zone de confort : le tout-projet, vision de l'architecture datant des Trentes Glorieuses. (…) Elle a plongé l'architecture dans le bain du monde habité.
Avec ses amis de travail Benoit Goetz, Didier Rebois, Frédéric Bonnet… elle a posé le concept d'une architecture des milieux, poreuse aux échanges, se libérant des idéologies du XXè siècle pour mieux aborder la complexité du monde présent.
Cette femme élégante a un tempérament de bâtisseur. Elle a fondé l'un des meilleurs laboratoires de recherche, serré la charrue pour creuser le sillon de l'inter-disciplinarité. Elle s'est engagée dans Europan depuis de nombreuses années, elle l'a construit tel qu'il est : prospectif, défricheur de l'écologie urbaine, catalyseur d'une architecture processuelle qu'elle appelle de ses voeux. »


(le 11 Juin 2019, à la Maison de l'Architecture d'Ile-de-France, pour la remise des prix.)


lien vers le site de l'Académie

ˆ

PRIX ANNARITA LAPENNA a reçu le PRIX SPECIAL DE LA THÈSE SUR...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 11/06/2019 à 21:19:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



PRIX

ANNARITA LAPENNA a reçu le PRIX SPECIAL DE LA THÈSE SUR LA VILLE 2019


pour sa thèse intitulée : “LE DISPOSITIF INTERMILIEUX : mode de culture du projet urbain ouvert. Enquête sur des espaces végétalisés à Milan (1953-2016)”


Le laboratoire GERPHAU a le plaisir de vous informer que pour sa 14ème édition, le prix de la thèse sur la ville organisé par le PUCA, la Caisse des dépôts et l'APERAU a décerné son prix spécial à Annarita Lapenna, pour sa thèse réalisée sous la direction de Chris YOUNÈS (ENSA Paris La Villette) et Alessandro BALDUCCI (Politecnico di Milano) et qui a été soutenue le 20 Novembre 2018 au GERPHAU. La remise du prix aura lieu le mercredi 19 Juin à l'ENA (Strasbourg)


lien vers le site du prix


Résumé de la thèse :


L’espace urbain s’avère être un système complexe grâce aux interactions entre les composants de chaque milieu. L’homme n’est qu’un des multiples éléments de ce système mais il assume, en même temps, une posture singulière face aux autres composantes du fait de sa capacité à imaginer le futur. Cette condition lui a permis, à travers des outils de projection, d’orienter les transformations des milieux qu’il habite en décidant d’y soutenir ou d’y nier ces interactions. Pendant le XXème siècle, l’espace urbain de la ville européenne a été transformé à travers des projets urbains incarnant une idée de liberté. A partir de ces projets, l’espace urbain paraît subir des dissociations entre les acteurs, entre les outils de projection et le territoire et, enfin, entre les espaces physiques. Les résultats de processus de dissociations semblent être des espaces-fissures capables de faire émerger des métamorphoses par adaptation des milieux. Si la figure de l’intermilieux représente ces régénérations métaphysiques et physiques de la ville, le dispositif intermilieux en décrit l’approche opérationnelle basée sur le partage et l’expérimentation du projet urbain ouvert. La ville de Milan représente un champ d’investigation passionnant à cet égard. L’enquête menée dans ce territoire, la confrontation avec les acteurs impliqués, l’observation directe des lieux et de leur condition spatiale ont permis de faire émerger la diversification des expérimentations. Si in-situ, le dispositif intermilieux s’adapte en produisant des projets urbains ouverts, une contamination vertueuse se réalise entre ces projets en générant des réseaux trans-situ, des constellations cartographiques.


Composition du jury :
- YOUNÈS Chris, ENSA Paris La Villette et Ecole Spéciale d'Architecture de Paris (directrice)
- BALDUCCI Alessandro, Politecnico di Milano (co-directeur)
- BONZANI Stéphane, ENSA Clermont-Ferrand et Ecole Spéciale d'Architecture de Paris
- MARINI Sara, IUAV di Venezia
- SANDRINI Clara, ENSA Toulouse

ˆ

THESES DU LABORATOIRE 2019 Paola FIGUEROA : “Architecture du faire-avec”2018 Céline...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 11/06/2019 à 17:34:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

THESES DU LABORATOIRE

2019

2018

2017

  • Julie CATTANT

2016

  • Mathias ROLLOT
  • Marco STATHOPOULOS

2015

  • Emmanuel DOUTRIAUX
  • Marion ROUSSEL

2014

  • Ana-Alice FINICHIU
  • Julie MOREL

2012

  • Theodora MANOLA

2011

  • Christian LECLERC

2010

  • Elodie NOURRIGAT
ˆ

ANNARITA LAPENNA Docteure en architecture / Chercheuse Politecnico di Milano Annarita Lapenna...

GERPHAU - Groupe d'Etudes et de Re… le 11/06/2019 à 17:09:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

image

ANNARITA LAPENNA

Docteure en architecture / Chercheuse Politecnico di Milano


Annarita Lapenna est architecte diplômée de l’Université de Florence, D.E.S. « Architecture des Milieux » de l’École Spéciale d’Architecture de Paris, docteure en architecture de Université de Paris 8 en co-tutelle avec le Politecnico di Milano. Depuis 2010, elle développe collaborations académiques et cycles d’enseignement avec le laboratoire GerPhAU et le Département DAStU du Politecnico di Milano. En 2016, elle a collaboré avec le Département d’Architecture de l’Université de Florence pour la rédaction du Plan Stratégique de la Ville Métropolitaine de Florence. Actuellement, elle travaille en tant que chercheuse au DAStU du Politecnico di Milano.

Son thème de recherche porte sur le rapport entre le projet urbain et l’espace habité en mettant ainsi en lumière l’évolution des processus de dissociation des milieux -physiques et sociaux- vers l'expérimentation du dispositif inter-milieux. Son projet de thèse proposait trois hypothèses : la première était axée sur les processus de dissociation qui ont fragilisé des lieux, en les transformant au fil des décennies en espaces-fissures, fertiles pour l’expérimentation à partir de l’existant, du dispositif inter-milieux - processus innovant du projet urbain; la deuxième hypothèse admettait que ce processus, basé sur les synergies entre les acteurs, les espaces et les imaginaires, produise les modes de culture des projets urbains ouverts ; enfin, la troisième considérait que les projets urbains ouverts encouragent et supportent une synergie profonde entre les transformations à petite échelle – in-situ- et à échelle territoriale –trans-situ- en dessinant des constellations urbaines, des géographies latentes du territoire. Afin de construire une enquête précise d’espaces et de processus de transformation urbaine, la confrontation à un territoire urbain spécifique a été indispensable. Cette recherche a engagé une méthode théorico-pratique qui permet de relire des transformations urbaines emblématiques pour affiner l’hypothèse d’inter-milieux. A cet égard, la ville de Milan, notamment ses espaces végétalisés, est apparue comme un territoire d’étude passionnant.



Publications


Articles :

2017- Annarita LAPENNA, Viola TOCCAFONDI, “Links for Recycling” in “Urban Regeneration, Global Environment”, Volume 10, N°2, pp. 400-420(21), White Horse Press, Londres.

2015 - Annarita LAPENNA, “Le risque comme ouverture aux possibles, le projet urbain stratégique comme choix responsable”, in “Philotope” n. 11, 2015


Chapitre d’ouvrages collectifs :

2019 - Annarita LAPENNA, "La ville du dedans et la ville du dehors", in Bonzani S., Guez A. (eds), “Représenter la transformation”, L’œil d’or, Paris.

2018 - Annarita LAPENNA, "Le dispositif intermilieux : synergies in situ et trans situ", in D’Arienzo R., Younes C. (eds), “Synerigies Urbaines pour un métabolisme collectif des villes”, MetisPresses Editions, Genève.

2017 - Annarita LAPENNA, “The workshop: an apparatus for Architecture des milieux”, dans Antonella BRUZZESE, Annarita LAPENNA (dirs), “Linking Territories”, Planum Publishers, Roma-Milano.

2016 - Annarita LAPENNA, “Latence et (non) contrôle”, dans Roberto D’ARIENZO, Chris YOUNÈS, Annarita LAPENNA, Mathias ROLLOT (dirs), “Ressources urbaines latentes. Pour un renouveau écologique des territoires”, MétisPresses, Genève.


Direction d’ouvrages collectifs :

2017 - Antonella BRUZZESE, Annarita LAPENNA (dirs), “Linking Territories”, Planum Publishers, Roma-Milano.

2016 - Roberto D’ARIENZO, Chris YOUNÈS, Annarita LAPENNA, Mathias ROLLOT (dirs), “Ressources urbaines latentes. Pour un renouveau écologique des territoires”, MétisPresses, Genève.


Participation à des colloques, workshops internationaux :

2019 - Annarita LAPENNA, “A partir des dissociations”, Les 21èmes Rencontres Internationales en Urbanisme de l'APERAU, Strasburg.

2019 - Annarita LAPENNA, “Ecosistema urbano, spazi fessura e dispositivi intermilieux”, XXII Conferenza Nazionale Società Italiana degli Urbanisti, Bari-Matera.

2015 - Annarita LAPENNA, “Aree, confini e inter-miliuex”, IX Giornata di studio INU, Urbanistica Informazione.

2014 - Annarita LAPENNA, “Les outils inter-milieux pour des métamorphoses urbaines en partage”, V International Conference “Se mobiliser ensemble, pour décider ensemble”, Yverdon-les-Bains.

2014 - Annarita LAPENNA, “La città inter-miliuex”, XVII Conferenza Nazionale Società Italiana degli Urbanisti, L’urbanistica italiana nel mondo, Mai 2014, Planum. The Journal of Urbanism, no.29, vol.2

2011 - Annarita LAPENNA, “The inter-milieux city, Safeguard of Cultural Heritage: A Challenge from the Past for the Europe of Tomorrow” (COST -European Cooperation in Science andTechnology-)


Organisation workshops internationaux :

2015 - Antonella BRUZZESE, Annarita LAPENNA (dirs), Workshop International « Linking territories. Rurality, landscape and urban borders », Milan et Paris, 2015 – École Polytechnique de Milan/École doctorale UPDP et D.E.S. Architecture Des Milieux de l’École Spéciale d’Architecture de Paris


Thèse de doctorat :

2012 / 2018 - PhD in Architecture and in Spatial Planning and Urban Development Université Paris VIII, Ecole Doctorale 31 « Pratiques et Théories du Sens », Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette (ENSAPLV), Laboratoire de Recherche GERPHAU UMR CNRS / MCC 7218 LAVUE Cotutelle internationale : DAStU, Politecnico di Milano; Codirecteur de thèse: Alessandro Balducci Titre : “Le dispositif intermilieux : mode de culture du projet urbain ouvert. Enquête sur des espaces végétalisés à Milan (1953-2016)”. Directeur de thèse : Chris Younès


Prix et mentions :

Lauréat du Prix Spécial de thèse sur la ville 2019 organisé par le PUCA, l’APERAU internationale et l’Institut CDC pour la Recherche-Caisse des Dépôts.


contact :

annaritalapenna@hotmail.com