Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

Flux RSS - ENSA Nantes

Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

A taxi driver, an architect and the High Line

Flux RSS - ENSA Nantes par Kristina le 16/10/2018 à 16:52:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Installation

A taxi driver, an architect and the High Line

Films, installation et performance d'Emmanuelle Huynh et de Jocelyn Cottencin.
D’après une conception originale d’Emmanuelle Huynh.
Co-organisé par l'ensa Nantes et le Centre Chorégraphique National de Nantes.

Voici un portrait dansé, filmé et sonore de New York imaginé par la chorégraphe Emmanuelle Huynh et l’artiste visuel Jocelyn Cottencin. L’installation posée dans la galerie Loire de l'Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes est une trilogie filmée, où trois écrans projettent une vision de New York à travers : un chauffeur de taxi, un architecte et la High line, indissociable de l’identité de la ville. Immergé dans ce dispositif, le spectateur voit surgir des mémoires intimes, des gestes quotidiens, des creux et des rythmes. À la performance, Emmanuel Huynh et Jocelyn Cottencin y ajoutent leurs présences réelles, dans une alternance de marches, de danses et de courses, d’absences et de présences, de mouvements lents et de sensations sonores.

Tarifs 10 €, réduit 5€. Billetterie ici

 

Teaser

taxi-driver-video-2.jpg

ˆ

Exposition !MPACT

Flux RSS - ENSA Nantes par Kristina le 12/10/2018 à 10:46:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Exposition

Concours !MPACT

Les trophées étudiants de l'architecture biosourcée

La SCOP Karibati a organisé pour la 3ème année consécutive le concours dédié à l’architecture biosourcée, destiné à tous les étudiants en architecture et aux étudiants d’autres formations (bâtiment, ingénierie, design, art), en France et à l’international. Cette 3ème édition, renommée « !MPACT », évoque le caractère engagé des projets lauréats des deux premières éditions.

L’objectif premier du concours, placé sous le parrainage du Ministère de la transition écologique et solidaire et du ministère de la cohésion des territoires, est de sensibiliser et de familiariser les prescripteurs de demain à l’utilisation des matériaux biosourcés dans la construction.

A la clé, plus de 10 000€ de prix pour les étudiants lauréats, une présentation de leurs projets lors de la remise des prix nationale à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, et une publication dans la revue Ecologik !

Exposition !MPACT

du 16 octobre au 15 novembre 2018, ensa Nantes, 1A, Place centrale

Exposition des projets soumis dans le cadre du concours !MPACT. Deux d'entre-eux seront récompensés d'un prix régional en attendant le palmarès national remis le 7 novembre à la Cité de l'Architecture.

Vernissage et rémise des prix régionaux
16 octobre, 18h, ensa Nantes, 1A, Place centrale

La soirée de remise des prix du Concours !mpact sera l’occasion de faire le point sur la construction biosourcée en Pays de la Loire, avec la présentation par un architecte de projets construits en matériaux biosourcés et géosourcés et la remise des prix aux meilleurs projets des étudiants.

La remise des prix nationaux de l’édition 2017/18 aura lieu le 7 novembre à Paris à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

Téléchargez ici le programme de la soirée

 

 

ˆ

Mini Maousse 2018

Flux RSS - ENSA Nantes par Kristina le 04/10/2018 à 17:38:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Colloque

Mini Maousse

Le concours Mini Maousse lance cette année le défi de proposer des microarchitectures conviviales pour lutter contre la fracture numérique.

Pour accompagner le développement des projets de microarchitectures, un colloque est organisé par l’équipe CRENAU du laboratoire AAU (Ambiances, Architectures, Urbanités UMR CNRS 1563) à l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes et la Cité de l’architecture & du patrimoine.

Mercredi 10 octobre à Nantes "Habiter avec les données numériques"
Vendredi 12 octobre à la Cité "Inégalités numériques et territoires"

Programme_colloque_MM.pdf

Habiter avec les données numériques

mercredi 10 octobre, 16h,
ensa Nantes, Auditorium

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Le sous-titrage numérique de la ville
Francis Jaureguiberry
Professeur de sociologie à l’Université de Pau

Les différences socio-spatiales
Thomas Louail
Chargé de recherches CNRS, laboratoire Géographie-Cités, Paris

Contribution à une analyse anthropologique de la fracture numérique
Pascal Plantard
Professeur en sciences de l’éducation, Université Rennes 2

Faire et devenir avec les données numériques
Jean-François Lucas
Sociologue, expert ville numérique, Chronos. Chercheur associé au Laboratoire de sociologie urbaine (LaSUR), École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)

Table-ronde avec les intervenants puis discussion avec la salle.

 

ˆ

PFE 2018 mentionnés

Flux RSS - ENSA Nantes par adm-raymond le 06/09/2018 à 20:55:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > PFE 2018 mentionnés

Le projet de fin d'études sanctionne la formation des étudiants en architecture, au terme d’un apprentissage dont la durée ne peut être inférieure à dix semestres et supérieure à 14 semestres. Il est le "sésame" qui permet d'obtenir le DE : diplôme d'Etat d'architecte*.

Les conditions de sa préparation et de sa présentation sont très encadrées : "Le projet de fin d’études consiste en un projet architectural ou urbain accompagné d’un rapport de présentation. Il doit être de nature à démontrer la capacité de l’étudiant à maîtriser la conception architecturale, à mettre en œuvre les connaissances et les méthodes de travail qu’il a acquises au cours de sa formation. Ce travail personnel fait l’objet d’une soutenance publique devant un jury composé en majorité d’architectes" (arrêté du 20 juillet 2005).

Ces conditions très strictes assurent la qualité de la validation finale : la présence d'un public met le/la postulant/e en situation quasi professionnelle comme un maître d'œuvre présentant son projet à son commanditaire d'une part ; il/elle est d'autre part jugé/e par ses pairs qui d'ailleurs, souvent, ne le/la connaissent pas et sont amenés à évaluer autant le travail d'un/e (futur/e) collègue que celui d'un/e étudiant/e.

Car, comme l'écrit Jean-Louis Violeau, sociologue, professeur à l'ensa Nantes, dans un texte qui accompagne l'exposition : "La validation du PFE est ce moment qui ponctue un cycle et ouvre, pour l’étudiant, de nouveaux horizons, confirmant ainsi sa capacité à « faire projet »."

*Sous réserve d'avoir soutenu le mémoire de master et obtenu une certification en langue étrangère.

"Nulle part ailleurs ne cohabitent plus de connaissances, d'informations et d'énergie sur l'aménagement d'une agglomération que dans une école d'architecture. Il en circule davantage que dans un atelier d'urbanisme, une mairie ou des agences d'architecture." (Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, AMC n°185, février 2009).

La somme des projets de fin d'études, chaque session, dans chacune des 20 ensa, donne une idée assez précise de ce qui se concevra et se bâtira dans les prochaines années et décennies.

C'est en effet dans les ensa que s'inventent l'architecture et l'urbanisme de demain. Parce qu'ils peuvent s'affranchir d'un certain nombre de contraintes  (en particulier économiques) les étudiants ont la possibilité de développer des idées, ouvrir des voies nouvelles, prospecter des territoires neufs.

L'exposition présentée dans la Galerie Loire témoigne de ces audaces et de ces innovations. Elle est une invitation à découvrir les formes possibles de l'architecture et des villes que concevront dans un proche avenir les maîtres d'oeuvre diplômés à l'ensa Nantes.

Exposition du 10 au 22 septembre 2018
Galerie Loire
Du lundi au samedi, de 12h à 18h

ˆ

Bonnes vacances

Flux RSS - ENSA Nantes par adm-raymond le 22/07/2018 à 20:55:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Bonnes vacances

Bonnes vacances

L’école ferme ses portes le 20 juillet. Elle rouvrira le 20 août.
Les questions d’ordre général peuvent être posées à l’adresse ensa@nantes.archi.fr. Les questions se rapportant aux inscriptions doivent être adressées à :

Il sera répondu aux unes et aux autres dès la réouverture de l’école.

« Formes indexées » l’exposition de l’agence BLOCK proposée par le Voyage à Nantes reste visible tout l’été, dans la Galerie Loire, de même que  BX Pallas, l’œuvre présentée sur la Place haute.

Rentrée 2018-2019

Un "Grand atelier" pour les L1

La semaine du 3 au 7 septembre est consacrée à un "Grand atelier" sous la direction de Loïc Touzé, chorégraphe et maître-assistant associé, accompagné de Mathieu Doze et Pauline Simon, danseurs. Ils convient les étudiantes et étudiants à réaliser une performance dansée pour entrer dans le cycle d’études par la double porte du corps et du bâtiment physique de l’école en ouvrant largement les modes d’appréhension qui permettent de traiter l’architecture comme un art vivant et poétique. Dans cette perspective, elles et ils sont invités à revêtir une tenue adaptée (baskets et vêtement de sport) et à se munir d'une serviette, d'un tapis de sol ou d'un plaid. Un "rendu final" public sera donné vendredi après-midi 7 septembre. Il fera l'objet d'une captation video, puis d'un montage,  comme ce fut le cas en septembre 2016 et en septembre 2015.
Retrouvez dans le diaporama ci-dessus quelques images captée lors de la restitution publique de l'atelier 2017.

L'atelier "Volume" des L2

La même semaine, les étudiants de L2 se retrouvent pour un intensif, l'atelier "Volume", organisé par les enseignants d'arts plastiques dans le cadre de l'UE 34-2. Attention, cet atelier s’inscrit complètement dans la pédagogie. Il fait l’objet d’une validation, sous forme d’un contrôle continu tout au long de la semaine et d’un rendu final le dernier après-midi.
Retrouvez dans le diaporama ci-dessus quelques images réalisées au moment du rendu 2017.

L3, MASTERs, DPEAs

Les étudiants de L3, M1, M2 et des DPEA architecture navale et scénographe font leur rentrée le 11 septembre. Les étudiants du master Villes et territoires commencent à la même date, mais à l'université. Ceux du master Ville et environnements urbains rentrent le 3 septembre, à Centrale Nantes. 

Bonne rentrée à toutes et tous.

ˆ

Rencontres nationales de l'habitat participatif

Flux RSS - ENSA Nantes par adm-raymond le 27/06/2018 à 11:31:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Rencontres nationales de l'habitat participatif

Quatorze associations françaises, dont l'Echo habitant à Nantes, ont créé  en 2013 un collectif dont l'objectif premier était la rédaction d'un Livre blanc de l’habitat participatif.
Depuis, la Coordin’action nationale de l’habitat participatif anime le mouvement et s'emploie à rendre visible la diversité des projets (plus de 150 en cours ou réalisés) sur l’ensemble du territoire français.

Entre autre action, elle organise des rencontres nationales les 5, 6 et 7 juillet à l'ensa Nantes.
Elles seront l'opportunité de venir rencontrer des groupes d'habitants, des professionnels qui accompagnent ces initiatives, des bailleurs sociaux ou encore des collectivités qui souhaitent encourager le développement de l'habitat participatif.
Moment d'échanges et de débats entre les acteurs déjà impliqués, ces rencontres seront aussi largement ouvertes au public non initié.
Le contexte nantais est particulièrement favorable avec l'appel à initiatives lancé depuis 2016 par Nantes Métropole autour de 20 sites proposés à des projets, sans oublier les initiatives habitantes présentes dans le grand ouest et d'autres dynamiques portées par ou avec les territoires.

ˆ

Prix des espoirs de l'architecture

Flux RSS - ENSA Nantes par adm-raymond le 27/06/2018 à 10:10:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Prix des espoirs de l'architecture

Prix des espoirs de l'architecture

Le Prix des Espoirs de l’Architecture, créé par BNP Paribas Real Estate, récompense chaque année des étudiants pour leur réflexion sur des sujets sociétaux d’architecture. En 2017, les étudiants de 4ème et 5ème année de 10 écoles d’architecture* françaises ont été invités à participer.

Pour cette édition, BNP Paribas Real Estate a proposé aux 22 équipes candidates de répondre au thème : « La biodiversité : contributeur à la ville durable et désirable ? ».

Les étudiants étaient invités à concevoir un projet immobilier où la biodiversité, intégrée au bâti, apporte une réponse concrète aux défis environnementaux et sociaux d’une ville dense. Leur proposition devait également prendre en compte les évolutions des comportements, des modes de vie, des technologies et des matériaux de construction.

* Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Strasbourg, Marne-la-Vallée, Paris-Belleville, Paris-La Villette, Paris-Malaquais et Paris-Val de Seine.

Cultivons aussi l'urbain

Les étudiants ont été jugés sur la proposition architecturale du projet, sa créativité et la prise en compte de son caractère durable. Chacune des 6 équipes pré sélectionnées a défendu sa proposition avec conviction devant un jury composé de neuf architectes et de cinq membres de la Direction Générale de BNP Paribas Real Estate.

Le projet « Cultivons aussi l’urbain » reçoit le Prix des Espoirs de l’Architecture. Proposé par Simon Gueyraud, étudiant en 4ème année de l’ENSA de Nantes, ce programmé lie mixité sociale et écologie. Localisé sur l’île de Nantes, il propose des logements et des espaces interactifs favorisant le lien entre les habitants, à travers notamment l’agriculture urbaine. Telle une enveloppe vivante, la façade végétalisée des bâtiments devient le refuge même de la biodiversité.

ˆ

Concours Art urbain 2018

Flux RSS - ENSA Nantes par adm-raymond le 26/06/2018 à 18:18:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Concours Art urbain 2018

Le séminaire Robert Auzelle

Le séminaire Robert Auzelle est une association reconnue d'utilité publique pour la promotion de l'Art urbain "ensemble des démarches pluridisciplinaires conduisant à la création ou à la transformation des ensembles urbains dans un souci évaluable de qualité architecturale, de vie sociale et de respect de l'environnement."
Ses membres programment des rencontres professionnelles, décernent des bourses et un prix national et organisent chaque année un concours international.

Ce concours convie des équipes d’étudiants et d’enseignants, appartenant à diverses écoles de diverses disciplines, à procéder à des analyses urbaines intégrant les problématiques des municipalités.
Chaque équipe compare l’état existant et l’état projeté. Cette comparaison se traduit sous la forme d’une esquisse illustrant un programme d’intentions destiné à améliorer le cadre et les conditions de vie des habitants.

Le thème de l'année universitaire 2017-2018 était "Pour un réseau d'espaces publics accessibles à tous". Sur 49 esquisses reçues (21 enseignants et 118 étudiants) 14 ont été retenues par le Comité de sélection.
Le troisième prix (mention Qualité de la vie sociale) a été décerné à Arnaud Gaultier et Pauline Ribault (étudiants) et Janusz Gujski (enseignant) Faculté d’Architecture, Université Technologique de Gdansk / École nationale supérieure d'architecture de Nantes, pour le projet "Un quartier branché !"

Un quartier branché !

Le quartier étudié est la partie nord-est de la commune de Rezé, banlieue de la première couronne nantaise. C’est la rotule entre la commune de Rezé et le futur cœur de la métropole nantaise, d’où l’importante nécessité de mettre en valeur ce territoire aujourd’hui morcelé.

Le territoire aujourd'hui et ses dysfonctionnements

Le territoire est aujourd’hui divisé par des axes majeurs tels que les voies ferroviaires, les lignes de tramway et les grands axes routiers. La voiture a une place trop importante : le flux de circulation dans le centre-bourg est dense et la place du piéton trop peu mise en valeur. Le manque évident de lieu de rencontre pour les rezéens se fait aussi ressentir. Le piéton déserte les zones inhospitalières que sont la rue Alsace Lorraine et Félix Faure, ainsi que la Place Sémard. Le centre-bourg, où les cafés et commerces se faisaient déjà de plus en plus rares, meurt à petit feu. Enfin, les accès aux espaces paysagers sont peu définis et manque d’une liaison continue notamment le long des berges de la Sèvre et de la Loire.

L’état projeté

L’enjeu majeur du projet était de redonner vie à ce quartier en retravaillant les cheminements au sein de l’espace public afin de le rendre accessible à tous : piétons, cyclistes, voitures et transports en commun. Le réseau de circulation existant a donc été adouci, une nouvelle ligne de tramway a été créée desservant la future ZAC Pirmil-les-isles. Cela a donc permis d’implanter un réseau de voies cyclables et piétonnes pour permettre une traversée plus aisée du territoire.

D’un point de vue architectural l’objectif était de remettre en valeur les repères du territoire que sont l’église et la gare en les incluant au réseau de cheminements piétons et en déplaçant les parkings afin de créer des places publiques attirantes.

Vis-à-vis du respect de l’environnement, les espaces naturels existants ont été préservés et valorisés par le biais de la trame verte et bleue qui créée des accès et vues notamment depuis le centre-bourg.

Enfin d’un point de vue social, les espaces de commerces et services, les bars et cafés existants sont remis sur le devant de la scène par la nouvelle voie piétonne qui lie berges de la Sèvre et Place Sémard. De nouveaux commerces et lieux de rencontre ouvrent également le long du “boulevard vert” qui a pour vocation d’orienter le piéton de la gare vers le centre-bourg. Enfin un nouveau parc, de nouveaux équipements et un port viennent donner vie à la ZAC Pirmil-les-isles.

ˆ

Concours Mosul postwar camp

Flux RSS - ENSA Nantes par adm-raymond le 26/06/2018 à 16:23:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Concours Mosul postwar camp

Mosul postwar camp
Architecture after terrorism

En 2017, alors que la ville de syrienne de Mossoul n'est pas encore totalement libérée du joug de l'Etat islamique, Archstorming lance un concours international destiné aux professionnels et aux étudiants en architecture qui étaient invités à concevoir : des hébergements d'urgence d'une part, des structures plus durables d'autre part.

Il était attendu d'eux "proposals to create an infrastructure that provisionally shelters all the refugees who wish to return to Mosul while their homes are rebuilt and the city regains its living conditions.
The infrastructure is considered as a temporary solution that seeks to receive refugees in a humanitarian emergency and return them as citizens integrated into society.
To achieve this, there will be two different areas. The first, named Urgent Humanitarian Aid, is thought for receiving and caring the newly arrived returnees. It can include spaces for family registration and reunification, basic emergency health and vaccination assistance, a psychological care area, massive housing infrastructures, storage areas and distribution of humanitarian aid (mattresses, mats, food kits, etc.), collective canteens, as well as places for religious worship and spaces reserved for leisure and sports.
The second area, called City Reintegration Zone, aims to reintegrate refugees into society after years of uprooting and will seek to secure a future for families, once they meet their most urgent basic needs in the first area."

Les réponses -presqu'une centaine- sont venues des cinq continents : USA, Afrique du Sud, Australie, Japon, Chine, Russie, Allemagne, Espagne, Angleterre... et France.
Alexandre Houdet, Valentine Aguiar, Antonin Belot et Hans Fritsch, étudiants en master 2 à l'ensa Nantes, ont remporté le premier prix avec le projet "Impulse".

Impulse

Leur approche s’est voulue pluridisciplinaire, se fondant sur des réflexions menées par des architectes tels que Lucien Kroll et Patrick Bouchain, deux militants de l’habitat participatif.
« Les architectes doivent-ils s’occuper seuls de concevoir des bâtiments ou doivent-ils intégrer les habitants à la conception des bâtiments ?" (Antonin Belot)
Les étudiants, comme leurs aînés répondent par la négative à cette question, avec un projet qui est tout à la fois modulaire, évolutif et participatif.
« Actuellement, seuls les professionnels de la construction mandatés par l’État irakien reconstruisent Mossoul. Or, pour que cela coûte moins cher, nous pensons qu’il faudrait intégrer les futurs usagers de ces équipements dans tout le processus.»

Plutôt que de reprendre le découpage proposé par le concours (une structure pour accueillir les sans-abri, puis trois autres pour les héberger plus durablement) les nantais ont donc imaginé un seul et même lieu où se déroulerait toute la construction. « À l’endroit qui leur a été désigné pour planter leurs tentes, les habitants resteront pour édifier leurs habitats temporaires. Mais pour éviter un développement anarchique, il faut établir des périmètres d’extension en concertation avec les professionnels ».
Organisé autour d’espaces de vie commune, chaque îlot peut accueillir six familles qui pourront participer à la construction d’habitations d’un étage ou deux. Légère et économique, leur structure sera constituée de tasseaux de bois et de métal, les murs étant édifiés par l’entassement de sacs de graviers ramassés dans les ruines de la ville puis recouverts ensuite d’enduit.

ˆ

Concours acier 2018

Flux RSS - ENSA Nantes par adm-raymond le 26/06/2018 à 16:04:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Actualités > Concours acier 2018

Le Concours acier

Né de la volonté de soutenir et d’amplifier l’enseignement de la construction métallique, "Concours Acier" est un concours proposé chaque année aux étudiants des écoles françaises d’architecture ou d’ingénieurs par l'association ConstruirAcier.  Rassemblant tous les acteurs de la filière, l’association met à la disposition des architectes, des bureaux d’études, des maîtres d’ouvrage, des enseignants comme des étudiants tout un dispositif entièrement dédié au soutien et à la promotion de l’acier dans la construction.

Le concours vise à donner aux étudiants une image positive et dynamique de l’utilisation de l’acier dans la construction. C'est une occasion unique pour des milliers d’entre eux de pouvoir présenter leurs projets devant un jury composé d’architectes, d’experts, de professionnels de la construction et de journalistes de la presse spécialisée. L'édition 2018 les invitait à s'intéresser au "Mouvement perpétuel". Les candidats devaient ainsi imaginer "l’ouvrage réversible du futur et concevoir la reconversion d’un bâtiment en intégrant sa mutabilité à l’infini dans une démarche de développement durable."

Parmi les nombreuses soumissions reçues au siège du concours, huit ont été admises en phase finale, dont deux proposées par des équipes nantaises. Le projet "Le Zeppelin" était signé Adi Ibrahimovic, Axel Perraud et Amaury Pluyau. Le projet "Eiffel 21" avait pour auteur Hugo Lebrunet. Le jury, présidée par Jean-Loup Patriarche, a décerné le premier prix à Hugo Lebrunet, étudiant en master 2.
 
Ce beau succès confirme l'engouement des étudiants nantais pour ce difficile concours puisqu'il vient après ceux de :

  •  Adi Ibrahimovic, Axel Perraud et Amaury Pluyau pour Suburbs Park en 2017
  •  Guillaume Bichon, Victor Donnart, Aglaé Lebot, Antoine Trémège  pour High Liane et Malek Monastiri, Ismael Rodriguez Lopez, Anne-Lucie Roussel pour La grande traversée en 2016
  •  Nicolas Barbisan, Victor Martial, Nathalya Yankovska pour Tram on way en 2014
  •  Paul Jaquet, Mattie Le Voyer, Jules Eymard pour le Pont Héron en 2011.

Le règlement et le jury 2018 + les éditions précédentes

Eiffel 21

Hugo Lebrunet a travaillé sur la reconversion de l'ancienne passerelle ferroviaire Eiffel de Bordeaux en laboratoire unique destiné à l'usage des cultures urbaines du 21ème siècle.

Le jury a trouvé "le projet bluffant ! Avec pour sujet la réhabilitation de la passerelle SNCF Eiffel à Bordeaux qui enjambe la Garonne, Hugo Lebrunet fait le choix de reprogrammer un ouvrage d'art abandonné à travers la culture. Une approche réellement intéressante qui ancre le projet dans la ville avec deux accroches sublimes et un magnifique rapport à la Garonne. Ce projet en l’état pourrait parfaitement être proposé à la ville de Bordeaux."

UEP Franchissements

Cette reconversion était le sujet de l'atelier de projet "Franchissements" (Francis Miguet, enseignant responsable, avec Rémi Lelièvre) de l'automne 2017.

L’UE propose "d’explorer les relations complexes qui existent entre les différentes échelles d’appréhension du projet dans le processus de conception. L’étude d’une structure de grande portée permettra ainsi de questionner la posture et l’identité d’un équipement structurant dans un territoire existant, d’explorer les relations entre espace, structure et enveloppe, entre matérialité et assemblage, entre usages et ambiance…"

C'est la troisième récompense obtenue par des étudiants de cette option après un premier projet lauréat en 2014 (Tram on Way) et une mention en 2016 (La grande traversée).