Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

MC - Agenda annuel de l'architecture

Vue d'ensemble des événements organisés autour de l'architecture, pendant toute l'année, à l'initiative des acteurs publics et privés. Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

Exposition Patrimoine industriel du Limousin

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Réalisée par le Service de l'Inventaire, cette exposition propose un panorama des activités emblématiques et des lieux de mémoire du patrimoine industriel limousin.

19 mars - 13 avril

ˆ

Les barrages hydroélectriques en Limousin. Bort-les-Orgues, pièce maîtresse de l'aménagement de la vallée de la Dordogne

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Conférence animée par A. Brahm-Giry, chercheur au Service Régional de l'Inventaire

Samedi 23 mars, 17h30

En Limousin, la forte concentration des aménagements hydroélectriques s’explique à la fois par une topographie favorable avec des vallées encaissées, faciles à équiper, et par un réseau hydrologique abondant. Quarante-quatre barrages hydroélectriques y ont d’ailleurs été édifiés entre 1926 et 1975.

Lors de cette conférence Agnès BRAHIM-GIRY, chercheur et responsable de l’Unité Recherche-Photographie, au service Patrimoine et Inventaire, site de Limoges et de Poitiers, reviendra sur l’épopée de l’aménagement hydroélectrique de la vallée de la Dordogne et plus précisément sur la construction du barrage de Bort-les-Orgues, ouvrage de tête de la vallée de la haute-Dordogne. C’est dans un contexte historique marqué par la pénurie de charbon du fait de la guerre et par le développement de l’électrification des chemins de fer, que ce barrage, disposant de la quatrième plus importante retenue d’eau de France, s’est imposé dans le paysage bortois.

ˆ

La densité et les nouvelles manières de construire la ville sur la ville

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Conférence MVRDV

Mercredi 27 mars, 18h00

Prochaine conférence : "La densité et les nouvelles manières de construire la ville sur la ville", par Bertrand Schippan, architecte, agence MVRDV Rotterdam.

Le mercredi 27 mars, à 18h.

ˆ

L'art dans la ville : pour faire cité

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Conférence Médiarchi

Jeudi 28 mars, 18h30

Les artistes comptent parmi les acteurs qui, avec les architectes, urbanistes, paysagistes, élus ou encore habitants peuvent participer à fabriquer la ville et au-delà, le territoire. Au contact de l’espace public, l’art a évolué et de nouvelles formes d’expression artistique sont apparues comme le street art, l’art in situ, l’art contextuel, le land art … incarnées par différentes figures d’artistes et par des réalisations de natures et d’échelles différentes que nous aborderons. Cette conférence montrera également que si l’art frappe et heurte souvent les esprits, si des détracteurs s’opposent virulemment à des installations, les habitants savent aussi s’en emparer au travers de pratiques collectives et citoyennes qui génèrent de nouveaux usages. L’art peut alors améliorer la ville et la vie ce qui soulève la question de la responsabilité des pouvoirs publics en matière de politique culturelle.

ˆ

EXPOSITION - REVOIR LES VILLES

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Exposition "Revoir les Villes", regards sur les villes invisibles d'Italo Calvino par Emma Schwarb et Marie-Amélie Raucourt. Vernissage de l'exposition le 20 mars à 18h.

18 mars et 30 avril

L'exposition "Revoir les villes" présente une réinterprétation en maquettes des villes imaginaires décrites par l'auteur cubain Italo Calvino dans son roman "Les villes invisibles". L'exposition a été réalisée par Emma Schwarb et Marie-Amélie Raucourt, diplômées de l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy.

Ce projet de transcription en maquettes des "Villes invisibles" représente l'opportunité d'interroger notre propre rapport aux villes. Au-delà des outils cartographiques que nous possédons aujourd'hui, nous en oublions parfois les capacités de perceptions sensibles et physiques liées à nos propres corps, mais également le pouvoir de l'imaginaire, du récit et des mots.

Exposition proposée par la Maison de l'architecture de Lorraine et l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy.

Fichier média :

event_exposition-revoir-les-villes_958230.jpg (Format JPG, 0 o)
ˆ

Paris Rive Gauche, Histoires et actualités d'un quartier

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Exposition

12 mars - 19 mai

Dans le cadre de l’annonce des résultats de l’appel à projets urbains innovants « Inventer Bruneseau », le Pavillon de l’Arsenal revient sur l’histoire et l’actualité de Paris Rive Gauche.

L’aménagement du quartier occupe dans le développement parisien une place unique. Par la taille de l’opération, dont les 130 hectares du périmètre actuel constituent le plus ambitieux projet urbain depuis Haussmann ; par l’ambition de sa programmation, voulue dès 1983 dans le cadre du Plan-Programme de l’est de Paris, afin de lutter contre l’inégalité historique entre l’ouest et les quartiers orientaux.

Déjà identifiée pour l’installation de l’Exposition universelle de 1989 ou l’organisation des Jeux olympiques de 1992, deux projets abandonnés, cette très grande emprise ferroviaire, propriété de la SNCF, représente une ressource foncière majeure. Le vote en 1991 du premier périmètre de la Zone d’aménagement concerté (ZAC) « Seine Rive Gauche » et la désignation de la Société d’étude, de maîtrise d’ouvrage et d’aménagement de la Ville de Paris (Semapa) comme aménageur annoncent un programme audacieux qui connaîtra une série d’orientations et de réorientations en 1997, 2002 et 2009. Ces développements, liés à l’évolution des conceptions urbaines et des modes de vie, autant qu’à la conjoncture économique, adaptent le projet dans le temps long et démontrent son agilité. Renommé « Paris Rive Gauche » en 1996, le quartier entend désormais accueillir, à terme, 7 500 logements dont 50 % sociaux, 405 000 m2 de commerces et activités, 745 000 m2 de bureaux, 100 000 m2 d’espaces verts, ainsi que 720 000 m2 d’équipements publics, dont de nombreux équipements d’enseignement, de loisirs et culturels, deux théâtres, une piscine, trois gymnases et la Bibliothèque nationale de France, pierre angulaire du quartier bien qu’engagée avant la création de la ZAC.

La dizaine d’urbanistes et les deux cents équipes d’architectes, concepteurs et maîtres d’ouvrage publics et privés qui ont œuvré ou travaillent encore à la conception et à la construction de Paris Rive Gauche inventent ensemble un quartier dont la richesse provient de la diversité des paysages adaptés aux multiples contextes. C’est à cette dimension que l’exposition « Paris Rive Gauche – Histoires et actualités d’un quartier » s’attache tout particulièrement. En témoignent les documents de conception et les maquettes historiques, la diffusion de la parole de nombreux acteurs, ainsi que la présentation exhaustive de la dernière consultation urbaine : « Inventer Bruneseau ». Les propositions des quatre équipes pluridisciplinaires IP Factory, Nouvel Air, Nouvel R, Ville Augmentée, présentées dans l'exposition démontrent la possibilité de fabriquer une ville « du commun », y compris au cœur d’infrastructures routières.

Paris Rive Gauche et le Pavillon de l’Arsenal partagent une même histoire. Non seulement parce que leurs dates de création sont proches, mais aussi parce que, depuis trente ans, les ambitions du quartier et les propos de ses concepteurs sont ici exposés, débattus et échangés avec le plus grand nombre. Si plus d’une quarantaine d’expositions, conférences, films rendent ainsi compte de l’évolution des pensées urbaines et des stratégies de la ville telle qu’elle se gouverne et s’aménage à la fin du xxe siècle et au début du suivant, c’est la première fois qu’est proposée une vision d’ensemble de ce quartier à grande échelle. En transformant le 13e arrondissement, cette nouvelle rive gauche fabrique aussi le Grand Paris.

Plus d'informations

ˆ

ARCHICITY | Groupe scolaire Germaine Richier

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Un groupe scolaire réalisé par l'agence MDR architectes

Samedi 23 mars, 10h00

Qui : Visite avec l’architecte Frédéric Devaux, de l’agence MDR

Quand : vendredi 23 mars à 10h et à 11h

Où : Rendez-vous sur place, 99 avenue Jean Prat à Montpellier

Comment : Ligne de bus n°6 arrêt Grand M

Tarif: 5e/personne 8e/couple gratuit adhérents M'aOM

Inscription obligatoire ici :

Plus d’informations : www.maom.fr

ˆ

FORÊTS VERTICALES ET MÉTROPOLES BIODIVERSES-STEFANO BOERI ARCHITETTI

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Stefano Boeri, architecte milanais, partage au travers de l’exposition présentée au CAUE Rhône Métropole son approche prospective d’une architecture et d’un urbanisme durable.

29 janvier - 13 avril

Stefano Boeri présente sa vision d’une ville soutenable et respirable confrontée à un double défi, le changement climatique et l’accroissement de la population au niveau mondial. Les villes et les acteurs qui participent à la construction du cadre de vie, bâti et paysager, doivent inventer de nouvelles stratégies d’aménagement pour les territoires et proposer de nouveaux modèles de construction. Nous devons réagir face au phénomène d’accélération du réchauffement climatique, à l’augmentation des gaz à effet de serre produits à 75% par les villes et aux enjeux de santé publique, à la raréfaction du foncier et à la croissance du nombre d’habitants. Les plantes et les arbres colonisent les bâtiments des architectes, les paysages urbains de nos villes sont plus intenses, prennent de la hauteur et se colorent à chaque saison de nouveaux motifs. Les villes se mettent au vert.

« Augmenter les forêts et les arbres dans les villes au niveau mondial peut aider à absorber plus de CO2, permettre de réduire la pollution et les effets “d’ilôts de chaleur urbains”. Cela permettra également, d’améliorer la biodiversité de nouveaux espaces intégrant mieux le vivant, rendant les villes plus respirables et vivables » déclare Stefano Boeri, dans son manifeste pour la forestation urbaine. Il construit la première forêt verticale « Le Bosco Verticale », un programme résidentiel composé de deux tours de logement inaugurées à Milan en 2014. Ce premier exemple de forêt verticale abrite 780 arbres, 5 000 arbustes et 11 000 plantes composant une grande diversité, un véritable écosystème urbain colonisé par de nombreux oiseaux et insectes. Les villes, les métropoles et les architectes deviennent aujourd’hui les porteurs de démarches d’innovations en matière de planification et de développement urbain. Ces acteurs de l’aménagement incluent dans leurs propositions la prise en compte d’un environnement soutenable et résilient. Ils construisent des bâtiments à énergie positive et à haute performance environnementale. Ils ont pour but d’offrir un cadre de vie vivable et viable, un mode de vie plus durable capable de retrouver un lien fort avec le cycle de la vie et de la nature.

Demain, habiterons-nous tous perchés ? Les arbres pousseront-ils désormais sur des bâtiments ? Quels seront les paysages de nos villes ?

L’exposition « Forêts verticales et métropoles biodiverses, Stefano Boeri Architetti » ouvre le débat sur ces nouveaux enjeux, propose de se questionner sur les alternatives mises en œuvre aujourd’hui en regard de la production et des recherches engagées de cet architecte milanais en faveur d’une architecture “vivante”.

ˆ

Mondes singuliers

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Exposition des projets de fin d’études des étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon qui ont été sélectionnés pour le Prix de la Jeune Architecture de la Ville de Lyon.

8 mars - 14 avril

MONDES SINGULIERS, L’EXPOSITION DE LA JEUNE ARCHITECTURE

Les projets de fin d’études - PFE des étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon - ENSAL qui ont été sélectionnés pour la 18e édition du Prix de la Jeune Architecture de la Ville de Lyon, seront présentés du 8 mars au 14 avril 2019, à Archipel, au sein de l’exposition Mondes singuliers.

L’EXPOSITION

Exposition réalisée par l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon et la Ville de Lyon.

Passez derrière l'image et rentrez dans l'univers de chaque étudiant. Mondes singuliers vous montre que le projet peut difficilement se résumer à une seule image. Vous plongez alors pleinement dans l'univers intime des étudiants et découvrez leurs processus de création et de construction.

Le visiteur, dans un premier temps observateur, découvre les projets. Des projets présentés sans aucune explication, dans un espace complètement aseptisé. Puis, il découvre l'envers du décor, un lieu où se mélangent des documents de travail (plans, brouillons, croquis) et des objets plus personnels (photos, décorations, etc.). Le visiteur devient alors acteur, il peut examiner les différents éléments, les prendre, les toucher. Il rentre dans le monde singulier du projet de fin d'études.

Commissariat d’exposition : Collectif Pourquoi Pas !?

Le Collectif Pourquoi Pas !? regroupe, depuis 2014, des architectes autour d’une pratique de l’architecture entendue comme vecteur de transmission et de projection collective. Il s’attache à ouvrir les processus de projets à des implications diverses et spontanées et se positionne sur des sujets urbains, au moyen d’outils et de propositions décalées, afin d’opérer un changement de regard.

En partenariat avec la SPL Lyon Confluence, la SERL, la Fédération des Promoteurs immobiliers région lyonnaise.

LE PROJET DE FIN D’ETUDES

Pendant cinq ans, les étudiants en architecture explorent des solutions, inventent des programmes alternatifs, des dispositifs architecturaux et des projets pensés pour améliorer la vie quotidienne, le confort des usagers, la qualité des paysages urbains ou naturels dans lesquels ils les ont imaginés. Outillés de dispositifs de dernière génération pour concevoir le 21e siècle, ils maîtrisent l’art de bâtir à l’ère numérique autant que le savoir-faire de l’expérimentation constructive. Leur PFE, constitue l’ultime étape de leur projet d’école avant de rejoindre une réalité plus contrainte, celle de la commande publique ou privée.

Fichier média :

event_mondes-singuliers_245073.jpg (Format JPG, 0 o)
ˆ

Haute Agora

MC - Agenda annuel de l'architecture - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Exposition

27 février - 31 mars

Haute Agora, étude menée par l’architecte Jean-Christophe Quinton avec les ingénieurs du bureau Bollinger + Grohmann, explore le potentiel des grandes structures pour accueillir les activités humaines. Le projet conjugue et imagine simultanément de nouveaux systèmes techniques plus vertueux, plus économes en matière et une étude pour une plus grande diversité d’usages des espaces dans les constructions de grande hauteur.

Cette recherche initiée il y a un an, convoque ainsi les ressources propres de l’architecture et de l’ingénierie, de la mesure et de l’espace, de la verticalité et des milieux potentiels qu’elle génère. Elle se traduit dans une géométrie capable et adaptable sans fin dont la structure repousse les limites constructives classiques. Uniquement portée, depuis le sol, par des voiles de béton d’une épaisseur de trente centimètres, Haute Agora parvient néanmoins à s’élever à sept cents mètres et libère l’espace.

En utilisant moins de matière, la tour dégage aussi plus de potentiels. Pour démontrer cette capacité, l’équipe a invité une centaine d’autres architectes à investir les volumes. Modes de vie audacieux, nouvelles civilités, nouvelles relations fictionnelles et fonctionnelles, parcs, ou dispositif d’épuration de l’eau les programmes proposés démontrent la capacité de cette Haute Agora à réinterroger les façons d’envisager les immeubles de grande hauteur.

Au travers de croquis, maquettes, calculs, dessins techniques, mais également d’un document de plus de 20 mètres détaillant les usages dans les différents étages et d’expériences de réalité virtuelle, l’exposition propose au visiteur une immersion complète au cœur de ce projet de recherche ambitieux, stimulant et collaboratif.

En accueillant la Haute Agora, le Pavillon de l’Arsenal poursuit une programmation ouverte à la recherche et en particulier à la recherche par le projet pour soulever dans le discours de l’architecture des questions prospectives et des problématiques qui dialoguent avec les enjeux contemporains.

avec

l'AUC / Tanguy Auffret-Postel / Ido Avissar / Reza Azard / Barrault & Pressacco / Aldric Beckmann / Anthony Benarroche / Marion Bernard / Hélène Besnard / Charlotte Billon / Bond Society / Boris Bouchet / Elias Bourbia / Julien Bricout / Bureau Brisson Architectes / Bruther / Buzzo Spinelli / Edouard Cabay / Carrière Dider Gazeau / Tristan Chadney & Laurent Esmilaire / Thomas Charil / Gaspard Clozel / Guy Conand / Concorde / Cookies / Pietro Cremonini / Sophie Delhay / Véronique Descharrières / Sony Devabhaktuni / Nicolas Dorval-Bory / Ophélie Dozat / Nanda Eskes & Julia Rittscher / Tatiana Fabeck / Didier Fiúza Faustino / Stéphane Fernandez / Figures / Clara Fonder & Guillaume Pinton-Delteil / Manuella Franzen / Lina Ghotmeh / Carlo Goncalves / Elias Guenoun / Tristan Guibert / Morgane Guillemin / hub architectes / E.M. Jesus Toussaint / Léonard Kadid / Diao Kai / Rozenn Lerin / Cédric Libert / Jérémie Loury / Harold Macdonald / Maison N / Emilio Marín / Martial Marquet / Martinez Barat Lafore / Stéphane Maupin / Rastine Mir / NP2F / Obvie / Orma architettura / Balthazar Pothier / Christian Pottgiesser / R Architecture / Philippe Rahm / Guillaume Ramillien / Thomas Raynaud / Atelier RITA / Agathe Rosa / Charles Rosenfeld / Karsten Ruf / Klaas de Rycke / Eva Samuel / Ivry Serres / Nicolas Simon / David Simonnet / Susanne Stacher / Carl Fredrik Svenstedt / Charles-Henri Tachon / David Tajchman / Temple / Truwant + Rodet / Typical Office / Jean-Benoît Vétillard / Vitale Design / vorbot / WRA / Éric Zimmerli / Stephan Zimmerli

Fichier média :

event_haute-agora_731658.jpg (Format JPG, 0 o)