Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

Cité de l'Architecture (Dailymotion)

Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

Atlas administratif de Paris

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 24/04/2020 à 11:56:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Fichier média :

x7thtp1 (Format 7THTP1, 0 o)
ˆ

Juan Navarro Baldeweg ES

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 18/02/2019 à 10:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Peintre et plasticien, Juan Navarro Baldeweg (Santander, 1939), après un diplôme à l’École technique supérieure d’architecture de Madrid en 1965, part pour les États-Unis sur invitation du Massachussetts Institute of Technology en tant qu’artiste résident. Il y réalise photomontages et dessins
pour sa recherche de création d’environnements artificiels recréant des écosystèmes terrestres au sein de grandes structures pneumatiques sous
contrôle climatique. Il questionne les fondamentaux de l’architecture : lumière, espace, gravité… De retour à Madrid en 1977, il y enseigne dès lors à l’École technique supérieure d’architecture. Auteur d’une oeuvre importante, il reçoit en Espagne le prix national des arts plastiques en 1990, la médaille d’or de l’architecture en 2008, et le prix national de l’architecture en 2014.

Parmi ses réalisations emblématiques :

la rénovation des anciens moulins de Murcia, 1984-1988
Le complexe architectural du Musée des grottes d’Altamira en Cantabrie, 1993-2000, restitution de la grotte fermée au public en 1977
La revitalisation du Balcon du Guadalquivir, Cordoue, 2001-2005
Le Kunsthal KAdE, musée et bibliothèque, nouveau bâtiment du Dutch National Cultural Heritage Department, Amersfoort, Pays-Bas, 2003-2009
Le Musée de l’évolution humaine à Burgos, 2000-2011
La Bibliotheca Hertziana de l’Institut Max-Planck pour l’histoire de l’art à Rome, 1995-2011.

Fichier média :

x72l97y (Format 72L97Y, 0 o)
ˆ

Juan Navarro Baldeweg VF

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 18/02/2019 à 09:40:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Peintre et plasticien, Juan Navarro Baldeweg (Santander, 1939), après un diplôme à l’École technique supérieure d’architecture de Madrid en 1965, part pour les États-Unis sur invitation du Massachussetts Institute of Technology en tant qu’artiste résident. Il y réalise photomontages et dessins
pour sa recherche de création d’environnements artificiels recréant des écosystèmes terrestres au sein de grandes structures pneumatiques sous
contrôle climatique. Il questionne les fondamentaux de l’architecture : lumière, espace, gravité… De retour à Madrid en 1977, il y enseigne dès lors à l’École technique supérieure d’architecture. Auteur d’une oeuvre importante, il reçoit en Espagne le prix national des arts plastiques en 1990, la médaille d’or de l’architecture en 2008, et le prix national de l’architecture en 2014.

Parmi ses réalisations emblématiques :

la rénovation des anciens moulins de Murcia, 1984-1988
Le complexe architectural du Musée des grottes d’Altamira en Cantabrie, 1993-2000, restitution de la grotte fermée au public en 1977
La revitalisation du Balcon du Guadalquivir, Cordoue, 2001-2005
Le Kunsthal KAdE, musée et bibliothèque, nouveau bâtiment du Dutch National Cultural Heritage Department, Amersfoort, Pays-Bas, 2003-2009
Le Musée de l’évolution humaine à Burgos, 2000-2011
La Bibliotheca Hertziana de l’Institut Max-Planck pour l’histoire de l’art à Rome, 1995-2011.

Fichier média :

x72l97x (Format 72L97X, 0 o)
ˆ

OFFICE versus Éric Lapierre Experience

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 05/02/2019 à 09:11:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Jeudi 24 janvier 2019
Soirée-débat inaugurale, saison 1-2019 de la Plateforme de la création architecturale.
Principe d’un face-à-face trimestriel entre deux équipes d’architectes, l’une exerçant en France, Eric Lapierre, l’autre dans un autre pays européen, Office.

Critique invité : Andreas Ruby

En relation avec l’installation OFFICE versus Éric Lapierre Experience
https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/installationsoffice-versus-eric-lapierre-experience

Fichier média :

x71vlnm (Format 71VLNM, 0 o)
ˆ

Autour de Jean-Louis Garnell

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 04/02/2019 à 09:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Projection-débat en présence de Jean-Louis Garnell et de Michel Poivert, professeur d’histoire de l'art (photographie) à l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne.

En marge de l’exposition L’Art du chantier. Construire et démolir, (XVIe – XXIe siècles) En 1985 et 1986, Jean-Louis Garnell photographie des « paysages en transformation », dans le cadre de la commande de la Mission photographique de la DATAR. Récemment revisité avec des clichés qui n’avaient pas été montrés à l’époque, ce travail s’avère fondateur. Photographiant par la suite le chantier du tunnel sous la Manche, Porto Marghera, Fos-sur-Mer ou l’évolution de la commune de banlieue où il réside depuis des années, Jean-Louis Garnell s’intéresse à ce qu’il y a d’indéterminé dans ces lieux, entre ce qui va venir et ce qui était avant, dans un regard plus méditatif que documentaire, sans entrer dans la fiction. Portant librement un même regard sur l’intérieur et sur l’extérieur, Jean-Louis Garnell a construit une œuvre forte et dense autour de lieux a priori sans attraits particuliers, questionnant leur désordre, leur fragilité, leurs transformations tout en se questionnant lui-même

Fichier média :

x71ssd2 (Format 71SSD2, 0 o)
ˆ

Rudy Ricciotti & les poètes d'Al Dante

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 17/01/2019 à 11:53:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Mercredi 28 novembre 2018 - 17h30


« Constructeur conteur » ? « Souteneur de phrases à virgules » ? Les talents de pamphlétaire de Rudy Ricciotti sont connus de tous. Proses, manifestes, théâtre… La défense du béton et de la matière architecturale passe aussi par la coulée d’une langue « plus goûteuse, plus responsable, plus poétique, plus sensuelle » que la gamme ressassée des normes et des réclames immobilières.

« Il y a toujours de la joie à slalomer entre les mots. » C’est aussi que Ricciotti est familier des écrivains. Qu’il cite volontiers Malaparte, Pasolini, Blake, ou « Arthur Cravan, poète boxeur, 110 kg à la pesée, qui tirait au pistolet pendant ses conférences pour obtenir une meilleure écoute »…
Lire, d’ailleurs, ne suffit pas. En devenant gérant des éditions Al Dante de 2007 à 2012, l’architecte s’est fait mécène de l’avant-garde poétique de son temps. A la rencontre de poètes moins soucieux d’enluminer le monde comme il va que de s’y confronter radicalement. Le dialogue architecture-poésie s’est noué là à son meilleur.
La collection « Édifices » organise le face à face du bâti et des auteurs : Julien Blaine, Charles Pennequin, Nathalie Quintane, Jean-Michel Espitallier… sans oublier, ailleurs, le travail avec Anne-James Chaton. Des personnalités d’exception, au cœur du renouveau de l’expérimentation poétique, de la poésieaction, sonore, performée, critique…

Et un horizon déclaré : explorer l’imaginaire collectif, « susciter de nouvelles écritures pour sensibiliser un public plus large à l’architecture : réapprendre à voir une œuvre, à la penser ». Réintégrer l’architecture au cœur de la cité. À l’heure où les lumineuses visions informatiques ont envahi la représentation architecturale, peut-être s’agit-il aussi de ré ancrer ailleurs l’architecture, en deçà du rêve dématérialisé, et d’affronter le réel avec de nouvelles armes.
« La poésie est prioritaire… Le spectre du combat que les poètes engagent est beaucoup plus large, beaucoup plus virulent que celui que l’art contemporain apporte... Les poètes ne lésinent pas sur les moyens. Ils s’engagent jusqu’au dernier mot, risquent le paquet, corps et âme, prison, bûcher, exil ou asile, au choix. Confier le sens à quelques lignes d’un livret de poésie n’est pas un geste anodin. »

Le programme Littérature propose chaque trimestre la rencontre avec un/une auteur nourrissant une relation particulière à l’architecture ou à la ville, comme objet, théâtre de création romanesque ou ferment littéraire.
Avec ses invités, les images ou les films qu’il/elle a choisis, il/elle raconte comment il perçoit l’évolution des villes, des paysages, de l’habitat, et pourquoi ces objets pénètrent dans ses fictions, en deviennent parfois le sujet principal.

Après Aurélien Bellanger, Jean-Christophe Bailly, Simon Liberati, un architecte, Rudy Ricciotti, invite au rendez-vous Littérature ses amis poètes : Julien Blaine, Anne-James Chaton et Charles Pennequin.
Modération : Emmanuel Rubio.

Fichier média :

x70su23 (Format 70SU23, 0 o)
ˆ

05. Aux prémices de la « modernité » : cultures, modèles et chantiers

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 11/01/2019 à 11:15:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

JEUDI 6 DÉCEMBRE 2018

Philippe Dufieux
Professeur d’histoire de l’architecture,
École nationale supérieure d’architecture de Lyon


Pour les tenants d’une histoire de l’architecture fondée sur les ruptures, les expériences constructives
et spatiales des premières décennies du XXème siècle entendent délibérément tourner le dos à la production de
la période concordataire en affirmant une nouvelle modernité, du Raincy
à Assy. C’est oublier combien cet héritage demeure prégnant dans la production de la première moitié du siècle et combien les modèles perdurent dans la culture contemporaine, qu’il s’agisse des
coupoles de P. Abadie au Sacré-Cœur de Montmartre (1919) comme des variations orientalisantes autour de la basilique de Fourvière. En ce sens,
la basilique Sainte-Thérèse de Lisieux, bénite solennellement en juillet 1937 par le cardinal Pacelli – futur Pie XII – au terme du 11ème congrès eucharistique national, s’affirme comme l’ultime conclusion de l’archéologisme du XIXème siècle, érigeant dans le ciel normand
ses ambitieuses coupoles comme un véritable défi aux
expériences modernistes de l’entre- deux-guerres. Pour les tenants
du temps long, l’immuabilité
du programme de l’église (J. Guadet), induit incidemment d’« innover selon la tradition » (dom Bellot) dans une conception dynamique (dom Delattre) dont l’ouvrage Art et scolastique
de J. Maritain (1919) demeure le traité fondateur. Pour les zélateurs de cette troisième voie, la permanence
du programme de l’église est aussi synonyme de continuité apostolique
et liturgique dans une visée hautement théologique.
Toujours est-il qu’entre archéologie et modernité, la loi de Séparation de l’Église et de l’État (1905) ouvre la voie à une période emprunte d’un souffle de liberté, étouffé un siècle durant par la police architecturale de l’État.

Fichier média :

x70ganl (Format 70GANL, 0 o)
ˆ

04. Redéfinitions de la synagogue et mutations de l’identité juive au XXème siècle

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 11/01/2019 à 11:04:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

JEUDI 29 NOVEMBRE 2018

Dominique Jarrassé
Professeur d’histoire de l’art contemporain, Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3

La synagogue n’a pas de forme fixée par la tradition et l’art n’y joue que sur un plan symbolique. Aussi, au XIXème siècle, pour attester l’intégration des juifs à la société française, a-t-elle emprunté le modèle monumental
et le décorum de l’église ; on élève des «temples israélites », tout en s’autorisant des solutions techniques modernes. En réaction, au cours
du XXème siècle, la synagogue est repensée en lien avec une identité juive réaffirmée et un fonctionnalisme qui replace le culte dans un ensemble de pratiques nourries d’un retour
à la tradition. La variété d’origine des fidèles joue également dans les solutions adoptées, certains préférant l’oratoire aux édifices imposants. On élabore alors des centres communautaires. Pour autant, la monumentalité demeure dans
une fonction symbolique de marquage de l’espace urbain et d’officialisation du culte, voire de renaissance après la Shoah. De même, des expériences artistiques s’y inscrivent, mais
timidement en France, car le judaïsme y demeure largement traditionnaliste.
L’originalité y tient plus souvent des systèmes constructifs et des conceptions de l’espace cultuel.

Fichier média :

x70gank (Format 70GANK, 0 o)
ˆ

Autour de Gilles Raynaldy

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 09/01/2019 à 09:32:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Mercredi 5 décembre 2018 - 19h

Projection-débat en présence de Gilles Raynaldy et de Raphaële Bertho, maîtresse de conférences à l’Université de Tours.
En marge de l’exposition "L’Art du chantier. Construire et démolir du 16e au 21e siècle".
Deux lieux « en chantier » ont marqué le travail du photographe Gilles Raynaldy. De 2005 à 2013, il réalise, pour l’OPPIC (Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture), le suivi des transformations du site des Tartres – entre Stains, Pierrefitte-sur-Seine et Saint Denis – où l’architecte Massimiliano Fuksas construit le nouveau bâtiment des Archives nationales.

En 2016, à Calais, dans le travail « Welcome my friend » soutenu par une commande du CNAP (Centre national des arts plastiques) en collaboration avec l'association PEROU (Pôle d'Exploration des Ressources Urbaines), il tente de constituer une mémoire de la « Jungle », qui s’avère être le lieu d’une expérience humaine, urbaine et sociale hors du commun. De part et d’autre, il observe des espaces éphémères, provisoires, en transformation, mais aussi leurs occupants.

Tandis qu’au cœur d’un vaste site, à Pierrefitte, un bâtiment prend forme et se prépare à accueillir ses usagers, à Calais, ce sont des gestes de survie qui précèdent la table rase.

Fichier média :

x70bq6n (Format 70BQ6N, 0 o)
ˆ

LAN architecture, Paris

Cité de l'Architecture (Dailymotion) le 09/01/2019 à 09:26:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

"Form follows Form follows Form...”, par Umberto Napolitano, architecte

Les Entretiens de Chaillot sont des conférences mensuelles d’un architecte, d’un urbaniste ou d’un paysagiste, français ou étranger, sur ses réalisations et ses projets, sa pensée, sa démarche, ses méthodes.

Fichier média :

x70bq6m (Format 70BQ6M, 0 o)