Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

Livraisons de l'histoire de l'…

LHA publie les travaux inédits de jeunes chercheurs, organisés sous forme de numéros thématiques, avec actualités et comptes rendus bibliographiques // News on the research on the history of architecture, bibliographical reviews and authors bibilographies can also be found Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

La représentation de la technique en France sous l’Ancien régime

Livraisons de l'histoire de l'… par Jason Nguyen le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cet essai analyse la manière dont les architectes, artisans et graveurs français ont illustré les ouvrages représentant l’art de la serrurerie au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Son objectif est de comprendre comment une estampe peut illustrer la relation entre la fabrication du fer et sa représentation. À bien des égards, les usages de cette ressource constituent pour l’historien un champ d’observation privilégié pour analyser le contexte économique et politique de cette époque, recouvrant des problématiques liées au commerce, à l’industrie et à l’industrie de guerre. Les estampes de Mathurin Jousse, Augustin-Charles d’Aviler et Henri-Louis Duhamel de Monceau, entre autres, mettent en exergue les nombreuses tensions qui sous-tendent la représentation de la technique, et invitent à se demander : comment les estampes mettent-elles en évidence ou masquent-elles les réalités matérielles et les techniques du fer ? De quelles façons cette technique de l’estampe a-t-elle influencé les ...

ˆ

La distorsion. Un mode de représentation médiévale de l’architecture et ses épigones modernes

Livraisons de l'histoire de l'… par Nicolas Reveyron le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La représentation de l’architecture au Moyen Âge suit des voies très différentes, depuis l’évocation décorative jusqu’au réalisme, en passant par des compositions très complexes qui sont parfois associées étroitement avec le texte de la page qui les contient. Le présent travail vise essentiellement à mettre en évidence, dans les figurations romanes d’édifices, des modalités de représentation qui organisent l’image selon des finalités n’ayant aucun rapport avec la notion d’illustration. Ces images équivalent souvent à un véritable discours qui, d’ailleurs, fait usage, mais dans le domaine iconique, de figures de style de la rhétorique classique.

ˆ

La maison, 1770-1830 : représentation d’un nouveau programme

Livraisons de l'histoire de l'… par Claire Ollagnier le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La fin de l’Ancien Régime constitue un moment crucial pour l’histoire de la discipline architecturale. La commande publique étant alors quasiment inexistante, on voit se développer une production inédite de projets dessinés, foisonnante architecture de papier sur laquelle seront fondés l’enseignement et les programmes des premières décennies du XIXe siècle. Pour autant, l’époque est loin d’être totalement dépourvue d’activité constructrice. Les financiers, prodigieusement enrichis, multiplient les opérations fastueuses et la commande privée prend le pas sur la commande publique. La ville (et plus particulièrement la capitale) constitue le principal terrain d’expérimentation de l’architecture privée. Une grande partie de ce bâti, aux allures inédites, trahit un phénomène d’affranchissement des critères esthétiques et architecturaux traditionnels. De cette période d’émulation architecturale découle l’invention de la maison qui s’opère en plusieurs étapes qui sont autant de jalons grap...

ˆ

Entre Las Luces y el Antiguo : notes et précisions sur le dessin d’architecture à l’Académie de Saint Ferdinand (1752-1808)

Livraisons de l'histoire de l'… par Adrián Almoguera le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Dès l’ouverture de l’académie de San Fernando de Madrid en 1752, l’espoir de rénovation de l’architecture nationale reposa sur l’apprentissage du dessin. Si la pédagogie et la théorie architecturale firent l’objet de nombreuses hésitations, le dessin resta toujours comme le pilier de la pensée architecturale académique espagnole. À la différence de son utilisation purement technique dans le système traditionnel, le dessin à l’académie fut considéré comme un objet digne d’être conservé, exposé et étudié. Malgré son apparente monotonie, cette architecture académique sur papier, dont le style est parfaitement reconnaissable, a évolué en réponse aux débats internationaux sur l’architecture. La primauté de l’architecture dans le discours théorique de l’académie montre que la conception de ces architectures sur papier ne fut que la traduction artistique des aspirations politiques et sociales d’un pays désireux de se mettre au niveau de ses pairs européens. Dans ce contexte, le dessin d’ar...

ˆ

La représentation de l’architecture dans les arts industriels, une historicisation des décors (1800-1830)

Livraisons de l'histoire de l'… par Aziza Gril-Mariotte le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Dans la première moitié du XIXe siècle, la représentation de l’architecture se répand dans les toiles imprimées et les papiers peints panoramiques. Les monuments deviennent des décors à la mode et forment de véritables thèmes iconographiques pour ces arts industriels. Au XVIIIe siècle, les motifs d’architecture se limitent à des édifices dans les jardins et chinoiseries ou à des formes pittoresques dans les compositions champêtres. Au début du XIXe siècle, la valeur accordée à l’architecture évolue pour aboutir à la représentation de véritables monuments qui dans certains exemples constituent le thème du dessin. Les dessinateurs donnent une place considérable aux motifs architecturaux dont la représentation se répand dans les arts décoratifs. Plus que le monument, c’est la place de l’architecture dans les compositions et les moyens graphiques mises en œuvre qui attestent d’une profonde évolution. Ce phénomène résulte-t-il d’un effet de mode ou bien d’un transfert entre différentes p...

ˆ

Antonio Sant’Elia et La Città Nuova : représenter la ville moderne

Livraisons de l'histoire de l'… par Viviana Birolli le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Mort à l’âge de 28 ans, l’architecte italien Antonio Sant’Elia (1888–1916) est aujourd’hui connu surtout pour son manifeste L’Architecture futuriste (1914) et pour sa série de dessins consacrée à La Città Nuova. Il est toutefois l’auteur d’environ 300 dessins qui restent encore méconnus. L’article met en exergue l’unité de la recherche de Sant’Elia et ses liens avec le contexte culturel italien de l’époque, en resituant les projets de La Città Nuova dans le cadre du parcours de formation de l’architecte. Une attention particulière est accordée aux différentes sources qui nourrissent l’imaginaire de Sant’Elia (de la littérature de l’époque au futurisme) ainsi qu’aux Dynamismes architectoniques de 1913, dont le caractère abstrait pourrait suggérer l’hypothèse d’une origine formelle de la syntaxe de La Città Nuova. Par ailleurs, les dessins de La Città Nuova avaient été conçus pour une exposition d’art : à partir de ce constat, l’article approfondit la valeur rhétorique et idéologique ...

ˆ

La transformation du château de Versailles par Louis-Philippe (1833-1847) en coulisses : les rapports des visites royales de l’architecte Frédéric Nepveu

Livraisons de l'histoire de l'… par Isabelle Chave le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les Archives nationales viennent de mettre en ligne les quatre volumes intégralement numérisés des comptes rendus et plans, par l’architecte Frédéric Nepveu, des visites de chantier menées au château de Versailles par le roi Louis-Philippe, de 1833 à 1847, en vue de la création du musée de l’Histoire de France. Ces documents ont rejoint, après leur revendication (2009), le fonds de l’Intendance générale de la Liste civile sous la monarchie de Juillet. À cette occasion, ces volumes sont confrontés, sur le plan diplomatique, aux deux autres exemplaires connus, conservés aux châteaux de Versailles et de Chantilly, et replacés dans la chaîne administrative et archivistique des travaux aux résidences royales payés sur les crédits de la Liste civile.

ˆ

Noir sur blanc

Livraisons de l'histoire de l'… par Jean-Michel Leniaud le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette livraison paraît quelques jours avant l’inauguration attendue depuis longtemps des travaux entrepris au quadrilatère Richelieu. La salle des imprimés, qui accueillait autrefois la totalité des chercheurs, sera désormais réservée aux seuls historiens de l’art. Quand la décision en avait été prise, on s’en était réjoui. Est-il possible d’assurer que, demain, la totalité des 300 et quelque places de lecture correspondront aux besoins de la discipline ? Les moyens vont-ils se révéler, tout à coup ou progressivement, surdimensionnés par rapport à la réalité de la demande ? Du côté des étudiants, on ne rencontre plus dans les couloirs de l’institut national d’histoire de l’art les groupes nombreux qui descendaient et montaient les escaliers de l’Institut d’art de la rue Michelet. Restent-ils toujours aussi nombreux qu’il y a 20 ans ? On aimerait bien en être certain. Du côté des jeunes chercheurs, en particulier des doctorants, il est admis en revanche que leur nombre est en augment...

ˆ

Dessiner avec l’ordinateur dans les années soixante : le design et ses pratiques à l’aube de l’ère numérique

Livraisons de l'histoire de l'… par Jordan Kauffman le 30/07/2018 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les toutes premières explorations de l’utilisation de l’ordinateur dans le domaine du design ont eu lieu au cours des années 1960. À cette époque, l’ordinateur est considéré comme une technologie pouvant modifier l’ensemble du processus de conception, remettant en question les standards établis en matière de formulation des idées et de représentations graphiques en raison du passage des instruments traditionnels marquant le papier aux systèmes d’interface. Des expériences menées à l’initiative de certaines corporations et compagnies privées – Itek, General Motors – et à celle de laboratoires de recherche plus institutionnels – Massachusetts Institute of Technology (MIT) – conduisent au développement et à l’utilisation d’interfaces graphiques interactives et de périphériques d’entrée tels que les crayons optiques et les tablettes. Dans la foulée, l’Architecture Machine Group au MIT importe cette technologie et la développe spécifiquement pour la conception architecturale. À des degré...

ˆ

Photographies et monuments historiques : les fonds photographiques de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Livraisons de l'histoire de l'… par Isabelle Gui le 19/09/2016 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La collection de photographies que conserve la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine a été constituée par la commission des monuments historiques à partir de 1851. Elles ont été réalisées pour des raisons diverses : pour documenter un édifice et suivre des restaurations, des reconstructions, voire des constructions. Elles sont aussi des outils de contrôle qui permettent de juger de la pertinence d’un projet de restauration et d’apprécier les résultats obtenus. Au XIXe siècle, la collaboration entre des photographes professionnels et la commission a produit des séries de prises de vues très systématiques. L’apparition d’une photographie « aide-mémoire » qui privilégie les vues de détails est liée à l’évolution du matériel photographique. Ces photographies révèlent aussi la diversité des solutions et des choix techniques des constructeurs et des restaurateurs. Confrontées aux sources textuelles et graphiques, elles peuvent inviter à une relecture de l’histoire des monuments.