Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

Ambiances - Fil des documents

Revue sur la recherche en architecture et urbanisme selon des approches basées sur le sensorium humai Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

Into the sensory world

Ambiances - Fil des documents par Jean-Paul Thibaud le 22/07/2019 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

The launch of the Ambiances Review marks an important step in the recognition of the sensory world as a field of pluridisciplinary research, as a present issue for architectural and urban design, and as an arena for artistic experimentation and creation. Its goals are ambitious and there will be plenty to do for all those with an interest in the sensory environment of inhabited space.

This first issue reflects the scale of our task, such is the diversity and variety of frames of thinking displayed here, of possible prospects for this subject and the many study projects set in motion. You may read here a proposal for a new aesthetic of atmospheres, a piece on the sensory ethnographics of a public space in Paris, an attempt to characterize urban space in the light of various forms of pedestrian mobility, an attentive reading of a narrative of insular ambiances, and the phenomenal description of a gated community in Cairo. Furthermore, a critique of two books on the sensory city marks t...

ˆ

Ouverture au monde sensible

Ambiances - Fil des documents par Jean-Paul Thibaud le 22/07/2019 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

L’ouverture de la Revue Ambiances marque une étape importante dans la reconnaissance du monde sensible comme domaine de recherche pluridisciplinaire, comme enjeu actuel de conception architecturale et urbaine, et comme terrain d’expérimentation et de création artistique. L’objectif est de taille et les travaux ne manquent pas qui s’intéressent à l’environnement sensoriel des espaces habités.

Ce numéro d’ouverture en témoigne tant sont divers et variés les cadres de pensée mobilisés, les perspectives possibles en la matière, les objets d’étude mis en chantier. Ainsi peut-on y lire la proposition d’une esthétique des atmosphères, l’ethnographie sensible d’un espace public parisien, une caractérisation de l’espace urbain à l’aune des mobilités pédestres, la lecture attentive d’une mise en récit des ambiances insulaires, la description phénoménale d’une gated community cairote… De plus, le compte-rendu de deux ouvrages traitant de la ville sensible amorce une autre rubrique de la revue.

A...

ˆ

Urban Atmospheres

Ambiances - Fil des documents par Niels Albertsen le 03/06/2019 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Gernot Böhme proposes the concept of atmosphere as the basic concept of a new aesthetics without a point of departure in art. This article speculates on some possible urban implications of this concept. To start with, I present various ontological and epistemological aspects of the concept and specify some atmospheric dimensions of art and architecture. Then, I discuss Georg Simmel’s concept of landscape, which seems to refuse the presence of atmosphere in the metropolis, as an overture to the next section on urban atmospheres. Urban atmospheres are multi-sensorial and demonstrate considerable variation from densely built inner-city areas to the modern spaces of urban sprawl. Mobility is a significant factor in relation to modern urban regions, the atmosphere of which might be thought of as a picturesque landscape for cyborgs. Urban communities may be of a primarily atmospheric kind. The historical city may have an atmosphere of age that can be sensed without much historical knowled...

ˆ

Presentation of Niels Albertsen’s paper, “Urban Atmospheres”

Ambiances - Fil des documents par Ole B. Jensen le 03/06/2019 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Prologue: In the early 1990s, we had to read an article about the transformation from Fordism to Post-Fordism as an underlying societal transformation for urbanism in our curriculum, in the sociology program where I was a student. The text was ‘Postmodernism, post-Fordism, and critical social theory’ by Niels Albertsen (1988a). This was the first time I came across Niels Albertsen’s academic work. Later, when I embarked on a PhD, I learned that Niels Albertsen had a big influence in the Danish and Scandinavian debate about the status of urban theory and on key issues of urbanism (Albertsen 1985, 1988b). The article I am introducing here came to my attention just as it was published in 1999. When preparing this introduction to ‘Urban Atmospheres’ I found it in my archives as an official print-off from the Journal ‘Sosiologi i Dag’ (a Norwegian sociology journal). In those days, paper prints in special formats with the Journal’s specific layout were the order of the day (not as nowada...

ˆ

Compte-rendu de lecture de Jean-Marie Bolay, 2018, György Kepes. Du langage visuel à l’art environnemental. Genève : MetisPress.

Ambiances - Fil des documents par Patricia Limido le 27/05/2019 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Jean-Marie Bolay, historien d’art diplômé de Genève, offre ici la monographie inédite en français d’un artiste et théoricien américain d’origine hongroise, György Kepes (1906-2002). Moins connu que son compatriote László Moholy-Nagy qui fut son mentor et son associé, Kepes suit ce dernier à Berlin dès 1930, puis à Londres et à Chicago où il enseigne au New Bauhaus avant de se fixer à Cambridge, au MIT en 1945, où il fonde le Center for Advanced Visual Studies.

Kepes est un artiste aux multiples dimensions. Tôt convaincu des thèses du Bauhaus, il gardera continûment la conviction que les arts appliqués et les beaux-arts doivent marcher de concert avec les sciences et les techniques afin de répondre aux problèmes politiques et sociaux de la vie contemporaine qu’il voit comme chaotique et incohérente. Le principe du New Bauhaus de Chicago, auquel il est associé en 1937, revendique explicitement la formation d’un nouveau type de designer sachant concilier sciences et technologies avec l...

ˆ

Recension de Jean-Yves Petiteau et Bernard Renoux, Docker à Nantes. L’expérience des itinéraires. Annecy : ESAAA éditions et ENSA Nantes.

Ambiances - Fil des documents par Eric Chauvier le 23/04/2019 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

C’est un étrange objet rouge, à la police apparemment très libre, dont la forme rappelle autant le livre d’art que le carnet d’enquête. Ce que le lecteur y découvre est une expérience aussi riche que singulière, et dont la portée s’avère précieuse : celles des itinéraires, méthode d’enquête mise à jour par l’anthropologue Jean-Yves Petiteau et le photographe Bernard Renoux.

Donner une définition des « itinéraires » engage plusieurs niveaux d’analyse que révèle la pertinente conception de cet ouvrage. Le premier est bien évidemment anthropologique. Cette méthode permet en effet de mettre à jour les usages et les représentations habitantes sur un territoire donné en se rendant attentif et en formalisant les récits que les intéressés en font au gré de déplacements qu’ils sont libres de choisir. A ce titre, la conception du livre restituant les trois itinéraires de dockers, réalisée au début des années 1990, puis vingt ans plus tard, avec Dani Rose, le Grand Desbois et Serge Eliard (dont...

ˆ

Penser le paysage par le milieu. Recension de : Jean-Marc Besse, 2018, La nécessité du paysage. Marseille : Parenthèses

Ambiances - Fil des documents par Olivier Gaudin le 01/04/2019 à 02:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Dans les domaines de la théorie du paysage et de l’épistémologie de la géographie, les ouvrages de Jean-Marc Besse font référence. La nécessité du paysage, court essai rédigé dans un style accessible, déploie un précieux effort de synthèse et de partage interdisciplinaire. Il tâche d’intégrer des perspectives que la différence des traditions universitaires tient souvent éloignées, sans éluder la complexité de son objet qui, précisément, « n’est pas complètement une chose que l’on peut poser face à soi et encore moins tenir entre ses mains » (p. 33-34). Prenant le parti du décloisonnement, l’auteur sollicite aussi bien la phénoménologie de l’existence, la réflexion éthique et la pensée écologique que les enjeux pratiques de la conception et de l’aménagement des espaces habités. Tourné vers les discussions pédagogiques et didactiques touchant au paysage, le livre consacre l’essentiel de ses pages à préciser le vocabulaire et les définitions des termes de ce champ d’investigation et d’...

ˆ

La création musicale Rhizome de Nicolas Frize à la Citadelle d’Amiens : poétique d’une discontinuité-continue

Ambiances - Fil des documents par Anne Philippe le 21/01/2019 à 01:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Illustration 1

Image 1000000000000B5D0000096193FA6725.jpg

Photomontage réalisé à partir d’images photographiques prises sur le site de la Citadelle, octobre 2018.

Copyright : © Anne Philippe.

Avec le projet Rhizome, Nicolas Frize remporte en 2013 le concours du 1% artistique lié à la création du Pôle Humanités de l’Université de Picardie Jules Verne dans le site de la Citadelle d’Amiens, dont le concours a été remporté par l’agence RPBW de l’architecte Renzo Piano. Le choix du projet du 1% est porté par la même volonté politique qui a présidé au choix du lauréat du concours d’architecture, celle de relier la Citadelle à la ville et de faire de celle-ci un lieu d’échange et de rencontre. Ainsi, projet architectural et projet musical vont chacun répondre à cette demande. Ce 1% est le premier associant une création musicale pérenne à un projet d’architecture. L’œuvre est immatérielle et sonore, évolutive, discontinue, mais permanente. Elle prend place dans cinq « points d’écoute » situés dans plusieurs espaces de la Citadelle et p...

ˆ

Phenomenographies. Describing urban and architectural atmospheres

Ambiances - Fil des documents le 16/01/2019 à 01:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

The 2019 special issue of Ambiances intends to gauge the breadth and scope of phenomenographies, thereby meaning the vast variety of methods and techniques adopted to describe the atmospheric qualities of lived space, especially in a cross-disciplinary context. Phenomenographical accounts do not simply aim at providing a representation of phenomena: they should be considered as tools to gain a deeper understanding of the dynamics of space, and to sustain design practices that anticipate their transformation.

Atmosphere, mood, Stimmung are phenomenological notions that, among other aims, describe the affective content of space, considered in its transient, situational manifestation. In both architectural design and research, these concepts represent powerful tools to express all that exceeds the physical constitution of the built environment, agencies that may have little or no material presence, yet nevertheless profoundly affect subjects’ emotional and bodily states. As such, these ...

ˆ

Humanizing the robot: Kaliningrad’s House of Soviets and the state of decay

Ambiances - Fil des documents par Michael Amundsen le 14/01/2019 à 01:00:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

This article addresses the House of Soviets, the most prominent building in the centre of Kaliningrad, Russia. Using Juhani Pallasmaa’s theory of “sixth sense”, the building is seen through notions of atmospheres and diffusion, rather than the focused attention implied by its formalist construction. Local people have nicknamed the building the “monster” or “robot”, for its giant size and forbidding appearance. However, its status as an urban ruin implies spatial and temporal meanings that have “humanized” the building. The article focuses on the experience of urban exploration in the House of Soviets for one afternoon in the spring of 2013 with two Kaliningrad residents. This paper avers that the changing form of the House of Soviets in its state of decay promotes its appreciation as a work of art as it falls apart. Decrepitude and pillage, vandalism and littering are reclaiming the space as it promotes sensory imagination and engagement with “the terror of time”. The article includ...