Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL-TEL - Architecture, aménagement de …

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[tel-02120402] La part sonore de l’architecture

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 03/08/2020 à 09:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Saisissant le tournant sensible des études sur les milieux habités, cet essai tente d’éclairer les ressources insoupçonnées de la part sonore de l’architecture. L’exploration ouvrent trois ordres de questionnements. Un premier, d’influence phénoménologique, sur l’acuité du sens de l’ouïe dans l’expérience des espaces vécus. Un second à tendance pragmatique sur la portée qu’a pu occuper ou que prendra demain le sonore dans la production de l’espace habité. Enfin, un troisième plus théorique qui cherche à définir les dynamiques de l’espace sonore. De l’expérience à l’expérimentation, j’image aujourd’hui un projet scientifique axé sur l’expérimental sous des formes de recherches-création qui garantissent une affectation explicite des sons. Que l’usage du sonore comme médium intégré au processus de projet soit naturel pour les professionnels de l’espace. Que les architectes puisent expérimenter leurs idées dans des auditorium d’un nouveau genre. Que ces expérimentations de restitution immersives puissent contribuer à inventer des méthodes sensibles plus holistiques où l’analyse, la conception et in fine la production de l’espace construit s’hybrident plus qu’elles ne se succèdent. En marge de l’économie émergente du marketing sensoriel, l’économie de l’attention au sonore est peut-être une nouvelle voie, centrée sur l’expérience, que l’esprit de synthèse de l’architecte portera. Le chercheur en architecture gardant quant à lui, un rôle de passeur à tenir dans les mises en tension de l’espace sonore en action.
ˆ

[tel-02560552] High-rise living in the middle-class suburb : a geography of tactics and strategies

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 03/08/2020 à 09:54:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Within new configurations of the ‘Great Australian Dream’, high-rise living in Australian cities has become not only an acceptable housing configuration for the middle classes but also a desirable one. Enquiring deeply into the tactics and strategies that building inhabitants use to live vertically in the city, this thesis explores the ways in which the design, inhabitation, and maintenance of middle-class high-rise developments are negotiated in Melbourne inner-suburbs. It explores dwellers’ agency in the negotiation of design choices and co-production of high-rise spaces, using mixed qualitative methods combining walking tours and semi-directed interviews. Drawing on the new geography of architecture and on a relational approach to housing and home, the research engages with a theory of practice acknowledging tactical and strategic actions in the city. It argues that dwellers reshape the socio-material configurations and spatial relations of apartment living set by designers, developers and housing technologists. Explicitly recognising of the role of social class in high-rise living, the research suggests that apartment developments are highly contested sites where intended lifestyles and aspirations are negotiated by varied institutions and actors, through a distinctive set of temporal and spatial actions. It finds that competing actors all work towards the co-production of high-rise living spaces and cultures. However, the thesis also shows that housing relations in the practice of middle-class apartment living outline an uneven and changing distribution of power between those who develop strategies and those who craft tactics. More broadly, this research opens up a deeper understanding of how this new kind of vertical city reflects and transforms configurations of status, power and identity in the Australian suburb.
ˆ

[tel-02503439] Mobility and spatial accessibility of urban women: capabilities and well-being

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 01/08/2020 à 05:08:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Historically, women have been kept out of the city planning process due to embedded social and cultural attitudes which restricted them to the private sphere. As planning, architecture and engineering were male dominated professions, few women had a voice at policy-making level of city building, a situation which has not altered drastically even today. With the feminization of the labour force, more women began to occupy the public space and use urban infrastructure.. Yet, it was not until the 1970s that feminist geographers began to point out that women’s movement pattern in the city was distinctly different from that of men’s. Women made shorter, more frequent trips and ‘trip chained’ i.e. linking their work trips to trips made for household and family related needs. This was different from men’s trajectories which were largely linear. Women were also encumbered by babies and grocery bags and pushed strollers while on the move. They had less access to private vehicles, walked more and used more public transport than men did. These behaviors have changed over time to some extent in western societies but remain stubbornly in place in developing countries. Researchers observed that the peculiarities of women’s mobility was due to two factors . Firstly, despite being in the labour force in increasing numbers, women’s responsibilities at home did not change. Working women bore ‘double burden’ of both work and household/child care responsibilities. The resulting ‘time poverty’ impacted their professional careers as women have been found to take jobs closer to home so that commute time can be saved. Consequently, women have restricted themselves to certain types of occupations that can be performed without threatening the management of the home front. Additionally, women’s mobility was restricted spatially and temporally by the risk of sexual harassment in public spaces including in transit environments like buses and metro stations. The studies which brought these issues of gendered mobility to the forefront have almost always been done in western contexts. Very little is known about the mobility of urban working women in less developed countries of Asia. Further, the role and impact of mobility on women’s overall lives has not been examined in existing literature. This study uses a qualitative approach to enhance our understanding of urban women’s experiences of the city as they move through public spaces in the following ways : 1)Using Amartya Sen’s capability approach, the study micro examines urban women’s daily mobilities and their time usage in different activities performed during a working day. Having done that, it focusses on how their capability for mobility affects other capabilities necessary for well-being, such as the capabilities for leisure, for health and fitness or for nurturing valued relationships. Such an approach, of looking at women’s mobility through the lens of capabilities and its role in women’s overall lives is a hitherto unexplored perspective. 2)The study puts the spotlight on accessibility, showing that while mobility is vital, it is an insufficient condition to improve people’s quality of life. What is more meaningful as a goal for policy makers is the improvement of spatial accessibility, which encompasses reachability and quality of the journey undertaken. 3)In order to operationalize the capability approach, a new visual technique named ‘Game of Cards’ using picture cards was created to elicit responses about achieved and potential functionings. 4)As the primary research was done in three cities across a developed and developing country-France and India- it offers valuable insights about the commonalities in the lives of working mothers, that cut across the binary of developed and developing countries. The study concludes that the capability for mobility and spatial accessibility is not only vital on its own for women but is also instrumental in the attainment of other capabilities necessary for well-being. Policy initiatives that impact mobility hence have the potential to ameliorate women’s daily lives by reducing their temporal constraints and allowing them to pursue those activities that they consider important for their well-being.
ˆ

[tel-02486197] Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 31/07/2020 à 12:44:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Comment la ville est-elle aménagée par et avec les technologies numériques ? Pour répondre à cette question, la thèse analyse dans un même mouvement les conséquences urbaines des infrastructures informationnelles et physiques du numérique. Elle mobilise pour cela les cadres méthodologiques et analytiques des Infrastructures Studies, de la sociologie des techniques et de l’innovation et de la sociologie des problèmes publics. D’un point de vue empirique, elle propose de faire un pas de côté vis-à-vis des grandes expérimentations médiatisées de la « ville intelligente » pour étudier des transformations plus diffuses, quotidiennes, générées par les technologies numériques. Elle se compose ainsi de deux études de cas : d’une part, elle suit un programme de développement de services connectés destinés à améliorer l’accessibilité d’un réseau de transport francilien pour les personnes à mobilité réduite, d’autre part, elle analyse l’implantation discrète de nombreux data centers à Plaine Commune, au nord de la métropole parisienne, et les troubles qui s’en sont suivis localement. Le travail d’enquête articule plusieurs observations participantes, une quarantaine d’entretiens, une revue de presse ainsi que l’analyse de documents internes aux organisations. La thèse montre comment la logique d’instantanéité, de « temps réel », généralement au centre des promesses associées à la ville numérique, réclame une disponibilité accrue des travailleur.se.s, des données et des serveurs. Ainsi, dans l’entreprise de transport, les projets d’amélioration du service voyageur par l’intermédiaire des smartphones confrontent les agents de gare au double impératif de la relation face à face et des alertes du périphérique connecté. Les données cartographiques sur lesquelles reposent les services connectés, souvent prises pour acquises, nécessitent aux organisations d’inventer des collaborations inédites pour assurer leur production et leur maintenance. Les serveurs nécessaires au fonctionnement de la société numérique sont accumulés, protégés et entretenus dans des data centers, imposants bâtiments qui se concentrent géographiquement, bouleversent les environnements où ils s’implantent, décontenancent les élu.e.s et dérangent les riverain.e.s. La logique de temps réel pèse ainsi sur l’organisation sociale et spatiale des villes, et invite à repenser le développement urbain des infrastructures numériques en termes de travail, de maintenance et d’environnement – à la différence de ceux, plus couramment mobilisés, d’imaginaires sociotechniques, de promesses d’optimisation et des modèles urbains.
ˆ

[tel-02417572] Quel avenir pour les gares métropolitaines françaises et allemandes ? analyse prospective de la dialectique « système gare » : ville, face au devenir des politiques publiques fr

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 30/07/2020 à 05:32:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette thèse d’urbanisme s’est donnée pour objectif de réfléchir à l’avenir des gares métropolitaines françaises et allemandes à horizon 2050. Elle porte une interrogation sur les fondements de la gare comme objet urbain conceptuel (abordé comme un système) et pose comme hypothèse qu’il serait en quelque sorte doté de propriétés autonomes. Parmi ces propriétés, c’est le processus d’expansion et de dialogue sans cesse renouvelé et conflictuel, entre la gare et son tissu urbain environnant, qui guide cette recherche ; notamment dans le rapport qu’il entretient avec l’hypermobilité des métropoles. Pour ce faire, cette thèse convoque quatre terrains d’études : les gares principales de Cologne et de Stuttgart en Allemagne et les gares de Paris-Montparnasse et Lyon-Part-Dieu en France ; et commence par un historique détaillé de leurs évolutions morphologiques, pour dégager une série de variables architectoniques et urbaines. Il procède dans un deuxième temps à une série d’analyse prospective, permettant de juger de l’influence possible des politiques publiques en matière transports et de mobilité, sur l’avenir conceptuel des gares. Cette thèse propose alors le concept de système-gare, pour décrire l’expansion et l’intégration des gares métropolitaines avec leur environnement urbain ; un processus de négociation dialectique qui ne trouve pas sa résolution dans le concept de gare comme lieu de vie/ville. Elle invite alors à penser la gare comme une hétérotopie, et propose une lecture dépolarisée et déhiérarchisée de ces espaces, en introduisant les concepts d’orchestre de gares et de métagare. Cette recherche propose enfin une lecture critique de la « ville numérique » et du concept de « mobilité comme service. » Pour éviter une mise en flux tendus potentiellement dommageables, l’application de ces concepts en gare ne pourra se soustraire à une augmentation simultanée des espaces physiques.
ˆ

[tel-02478106] Reconversion d'anciens sites miniers en lieux culturels Enjeux territoriaux et appropriation dans le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 23/07/2020 à 13:27:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

En 2012, l’ouverture du musée du Louvre à Lens, précédée de l’inscription du Bassin minier au patrimoine mondial de l’Unesco au titre de « paysage culturel évolutif vivant » ont suscité une curiosité médiatique et scientifique pour ce territoire. Les politiques culturelles sont-elles en mesure d’œuvrer au redéveloppement local du Bassin minier, territoire postindustriel en crise à l’image répulsive persistante ? Cette thèse a pour objet d’interroger les projets de reconversion d’anciens sites miniers par la culture et de mettre en regard les enjeux territoriaux identifiés par les acteurs locaux et l’appropriation habitante de ces projets. Ce travail de recherche propose alors de considérer ce que la resémantisation des anciens sites miniers, soit leur changement de fonction, de forme et d’ambiance, impliquent en termes de renouvellement des territorialités. L’étude nous invite à considérer le Bassin minier comme un territoire en tension entre passé et modernité, logiques locales et globales, dynamiques descendantes et ascendantes. Elle propose, par ailleurs, une réflexion sur l’instrumentalisation de l’héritage minier par l’action publique comme marqueur identitaire et socle narratif pour la mise en récit du territoire, laquelle s’oppose à la nécessité de donner des perspectives d’avenir à la population locale.
ˆ

[tel-02517968] L'héritage spatial des guerriers de la ville de Kanazawa. Histoire architecturale, urbaine et paysagère d'une ville-sous-château japonaise (XVIIe - XXIe siècles)

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 21/07/2020 à 05:13:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette thèse porte sur le patrimoine architectural, urbain et paysager de la classe des guerriers de l’époque d’Edo dans l’ancienne ville-sous-château de Kanazawa. Elle se situe à la croisée de plusieurs disciplines que sont l’histoire de l’architecture, l’analyse spatiale, l’histoire du Japon et l’histoire du patrimoine. À travers un plan chronologique en trois parties, nous traversons les trois époques historiques japonaises prémoderne, moderne et contemporaine (du XVIIe au XXIe siècle) afin d’identifier le rôle de l’habitat guerrier (seigneurs et vassaux) dans la formation et le développement de la ville. Notre travail révèle d’une part que l’héritage spatial des guerriers ne se limite pas au patrimoine bâti mais relève aussi d’un processus de transmission des formes urbaines, et permet d’autre part, d’évaluer sa place dans les politiques urbaines actuelles. Cette thèse illustre ainsi la diversité conceptuelle du patrimoine au Japon ainsi que ses multiples enjeux dans la ville contemporaine.
ˆ

[tel-02273213] Reconstructions et restaurations des monuments en bois. Les techniques traditionnelles du Japon face aux enjeux de la modernisation, de la construction du sanctuaire de Heian à Kyōto (1894) à

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 21/07/2020 à 05:10:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette recherche entend aborder la question de l’authenticité à travers les pratiques de restauration liées au patrimoine architectural au Japon avec pour principal objet d’étude, des bâtiments traditionnels en bois en cours de restauration. Une des particularités des techniques relatives à la transmission de l’architecture au Japon est certainement le démontage périodique des édifices. Cette impermanence constructive tire ses origines de conditions climatiques difficiles, de spécificités liées à l’architecture en bois, ou encore de pratiques religieuses ancestrales, comme la reconstruction périodique de certains sanctuaires shintō. Dans la notion de « reconstruction », il y a l’idée de bâtir « à nouveau » ce qui a été détruit, de rétablir, de reproduire, de redonner une forme primitive à une structure ou à un édifice à partir d’éléments fragmentaires (vestiges, sources épigraphiques, etc.). Cela suppose la mise en présence d’un objet nouveau – à la matérialité inédite – avec l’idée de refaire « une fois encore » quelque chose qui a, jadis, eu une existence. Cette définition nous invite à considérer la possible coexistence de différentes pratiques et différents niveaux de reconstruction. La « reconstruction - restitution » est souvent invoquée pour retrouver des savoir-faire manquants. Pour de nombreux spécialistes, la pratique de la restauration par désassemblage (et, par la suite, de la reconstruction) agirait comme une synthèse de techniques et de théories apparentées à l’architecture traditionnelle. L’objectif de cette recherche est d’étudier différents cas de bâtiments reconstruits et les pratiques qui les animent.
ˆ

[tel-02637181] L’héritage spatial des guerriers de la ville de Kanazawa : histoire architecturale, urbaine et paysagère d’une ville-sous-château japonaise (XVIIe - XXIe siècles)

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 21/07/2020 à 05:09:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette thèse porte sur le patrimoine architectural, urbain et paysager de la classe des guerriers de l’époque d’Edo dans l’ancienne ville-sous-château de Kanazawa. Elle se situe à la croisée de plusieurs disciplines que sont l’histoire de l’architecture, l’analyse spatiale, l’histoire du Japon et l’histoire du patrimoine. À travers un plan chronologique en trois parties, nous traversons les trois époques historiques japonaises prémoderne, moderne et contemporaine (du XVIIe au XXIe siècle) afin d’identifier le rôle de l’habitat guerrier (seigneurs et vassaux) dans la formation et le développement de la ville. Notre travail révèle d’une part que l’héritage spatial des guerriers ne se limite pas au patrimoine bâti, mais relève aussi d’un processus de transmission des formes urbaines, et permet d’autre part d’évaluer sa place dans les politiques urbaines actuelles. Cette thèse illustre ainsi la diversité conceptuelle du patrimoine au Japon ainsi que ses multiples enjeux dans la ville contemporaine.
ˆ

[tel-02498401] Occuper les lieux – Occuper les habitants. Ethnographie de deux expérimentations institutionnelles. Bruxelles, Nantes.

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 20/07/2020 à 16:40:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Ce travail met à l’épreuve l’hypothèse du “temporaire“ et de “l’expérimentation“ comme promesses de renouvellement de la fabrique urbaine, à travers l’ethnographie croisée de deux dispositifs participatifs. La thèse propose une description de ces expériences en trois temps. Le premier analyse ces projets du point de vue de leurs résultats, prenant au sérieux les objectifs et ambitions que les acteurs leurs attribuent, décrivant leurs généalogies, enjeux et justifications. Le deuxième élargit l’observation aux lieux fabriqués, à leur saisissement par les habitants, à leur carrière d’usage dans la ville et donc aux questions sociales, urbaines et politiques soulevées. Le troisième suit à la trace la trajectoire et la portée de ces expérimentations du côté des acteurs publics et interroge plus particulièrement leur potentiel de transformation institutionnelle. L’expression Occuper les lieux – Occuper les habitants permet de questionner les évolutions de la participation habitante et le développement de l’urbanisme transitoire au prisme des enjeux de la maîtrise de l’espace, du temps et de l’attention dans la transformation urbaine. À travers l’idée d’expérimentation institutionnelle, c’est l’expérimentation comme nouvelle norme entre discours et pratiques qui est analysée, et en particulier les risques et promesses de l’urbanisme d’expérimentation. Entre engagement et distanciation, cette enquête croisée est aussi une manière d’explorer la recherche elle-même, ses méthodes, son rôle parmi les acteurs et l’usage de ses productions.