Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL-TEL - Architecture, aménagement de …

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[tel-01989150] Localisation automatique des aciers et caractérisation de la teneur en eau du béton armé par radar double-offset à grand rendement

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … il y a 21 h et 22 min - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les budgets destinés à l'entretien et à la réparation du patrimoine bâti étant très élevés, il est primordial de mettre en place des techniques fiables de suivi et de diagnostic des ouvrages pour réduire ces dépenses. Il existe de nombreuses techniques de contrôle non destructif (CND) employant différentes technologies à des coûts plus ou moins abordables. Elles permettent la détermination des propriétés du matériau renseignant sur l'état de l'ouvrage, et la détection d'inclusions ou de défauts dans le béton. Ces techniques sont connues pour leur rapidité de mise en œuvre et leur grand rendement sur site, mais aussi par leur caractère non intrusif qui permet de limiter le nombre de prélèvements. Cela les rend pertinentes pour la surveillance et l'inspection du patrimoine bâti, puisqu'elles peuvent fournir des informations liées à l'état d'un ouvrage sans l'endommager. Dans un ouvrage en béton armé, la couche d'enrobage des armatures est la plus sujette à de multiples agressions. C'est dans cette couche qu'ont lieu la majorité des réactions chimiques qui causent la dégradation de l'ouvrage, puisqu'avec la présence d'eau cet enrobage est considéré comme la zone de pénétration, de transfert et de fixation des agents agressifs présents dans l'environnement de l'ouvrage, favorisant par exemple la corrosion des armatures. La teneur en eau du béton est considérée comme un facteur très important dans le diagnostic des structures en béton armé, puisqu'elle conditionne le développement de la plupart des pathologies liées à la dégradation des structures affectant ainsi la durabilité du béton. La localisation avec précision des aciers de renforcement est également un élément primordial pour le diagnostic, mais également pour vérifier la conformité des dispositions constructives par rapport aux plans d'exécution. Dans ces travaux de recherche, nous utilisons la technologie radar pour la caractérisation géométrique et physique des éléments en béton armé, cela par le développement d'un algorithme automatique, rapide et sans prérequis. Les objectifs de cette étude sont : de localiser en surface et en profondeur les aciers du premier lit d'armatures, et de déterminer la vitesse de propagation des ondes électromagnétiques dans le béton d'enrobage pour estimer sa teneur en eau.
ˆ

[tel-01968002] Ville, complexité, incertitude. Enjeux de connaissance pour le géographe et l'urbaniste.

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 14/01/2019 à 16:48:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[tel-01972070] Approches théoriques pour une optimisation géométrique des formes urbaines : vers un aménagement fractal de la ville

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 07/01/2019 à 16:06:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette thèse vise à établir une réponse de structures urbaines optimisant les caractéristiques des préférences des habitants. Plus simplement écrit, nous cherchons à explorer quelle forme de ville tenc à répondre le plus favorablement aux aspirations de la population en suivant leurs préférences de consommation pour les aménités urbaines et vertes. En considérant un terrain d'étude théorique et en caractérisant la population par un modèle comportemental de type Cobb-Douglas, nous construisons le développement de la ville par étapes avec une arrivée successive des individus et explorons quelle réponse géométrique est la mieux adaptée. L'objectif final de la thèse est alors de montrer la possibilité d'élaborer une ville à géométrie fractale comme réponse aux demandes des personnes. Nous montrons qu'elle permet un équilibre entre accès aux deux aménités opposées, urbaines et vertes. Cette compensation des distances permet par suite d'offrir à chaque individu, à la fois un équilibre pour ses aménités et son budget, tout en satisfaisant aux exigences globales de la ville
ˆ

[tel-01971833] Murs en beton vivant

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 07/01/2019 à 14:15:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Bâtir de villes face à la surpopulation tout en prenant en compte les changements climatiques, demandera de faire appel à des solutions concrètes pour répondre aux besoins sanitaires, sécuritaires et biophiliques de leurs habitants. Le but de cette thèse est d'évaluer la possibilité d'avoir un système de mur vivant qui soit durable, écologiquement juste, non limité par la localisation et la typologie du bâtiment et plus abordable que les systèmes actuellement disponibles. L'hypothèse de cette thèse est le béton, en raison de sa durabilité, son coût et son ubiquité, a le potential pour être utilisé comme un moyen de croissance pour la vie végétale et qu'il s'agit actuellement du matériau le plus réaliste pour étendre la portée de la nature dans le milieu urbain.La thèse est pluridisciplinaire et il faudra combiner les connaissances des sciences de la botanique et des matériaux, connaissances qui seront appréhendées au travers d'un prisme architectural. Ce point de vue influencera la trajectoire de la conception future du système, par exemple pour déterminer si le système pourrait être structurel et utilisé pour l'intérieur et l'extérieur des bâtiments bas, moyens et hauts, ou encore quelles ambiance architecturales et urbaines il est susceptible de créer. Cette thèse de doctorat déterminera la faisabilité des systèmes de murs vivants en béton et, si elle est validée, fournira la base pour des solutions durables de murs vivants en béton.
ˆ

[tel-01970955] Quand les promoteurs immobiliers produisent la ville de demain : étude de deux projets urbains de standing en France et au Mexique

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 06/01/2019 à 16:04:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les entreprises de promotion immobilière sont devenues depuis plusieurs années des acteurs importants de l’aménagement urbain. Elles s’orientent progressivement vers de nouveaux secteurs et enjeux de la production de la ville. Ainsi seraient-elles passées de leur métier d’origine à celui « d’opérateurs urbains ». Cette évolution se situe au croisement de l’exigence d’une compréhension des évolutions du marché de l’aménagement des villes, liée au retrait ou au changement de mode d’intervention des acteurs publics, et d’une rentabilité financière qui structure l’action de ces entreprises. Cela représente un changement de paradigme, pour certaines entreprises de promotion immobilière, dans leur façon de penser et d’appréhender la production la ville ainsi que dans leur positionnement au sein des organisations qui se structurent pour aménager les villes. Dans le champ de l'aménagement urbain, ce positionnement s’organise souvent au travers de la mobilisation des notions d’innovation et d’expérimentation. Cette mobilisation peut s’élaborer dans le cadre d’organisations spécifiques de l’action collective où les promoteurs immobiliers sont régulièrement présents. C’est le cas, par exemple, des consortiums publics-privés réunissant des acteurs institutionnels, des grands groupes internationaux de promotion immobilière, des startups et des experts, entre autres. Ces organisations qui sont elles-mêmes présentées comme novatrices s’organisent pour produire un ensemble de dispositifs dits innovants, qui vont du think-tank au projet urbain. Nous nous intéressons en particulier au projet urbain, car l’investissement des promoteurs immobiliers y est singulier : il s’articule de plus en plus couramment autour de la fonction de coordinateur du projet lors de ses différentes phases. Nous avons étudié des projets urbains présentés, par les promoteurs immobiliers, comme innovants en France dans la commune d’Issy-les-Moulineaux et au Mexique au sein de la délégation Miguel Hidalgo. Les façons dont l’innovation et l’expérimentation sont mobilisées, au sein de ces contextes, traduit des ambitions et des perspectives tout à fait différentes. À Issy-les-Moulineaux, le discours de la collectivité territoriale et des promoteurs immobiliers de l’écoquartier du Fort s’articule plutôt autour de la référence aux multiples variantes de la ville intelligente et des nouvelles technologies alors qu’à Miguel Hidalgo, il s’agit avec le projet Plaza Carso, d’un renouvellement de la rhétorique sécuritaire autour du concept, déjà bien connu, du « all included ». Ce que nous avons également pu observer, en France comme au Mexique, c’est que ces projets ont le plus souvent vocation à être positionnés sur le segment de marché du haut de gamme afin, entre autres, d’amortir les investissements qu’ils ont engendré. Ainsi, nous les identifions comme des « projets urbains de standing ». Il s’agit d’opérations qui, au travers de leurs ambitions, de leur médiatisation et des moyens financiers mobilisés par les acteurs du projet, se distinguent des autres modalités d’intervention sur le territoire. Nos questions de recherche reposent sur l’idée que les projets urbains de standing sont des analyseurs des transformations à l’œuvre dans la façon de concevoir et de gérer la ville, car ils reposent sur un investissement important des grandes entreprises de promotion immobilière, sur une évolution de leurs relations avec les responsables politiques locaux et, plus généralement, sur l’ambition de capter des comportements émergents et de commercialiser des produits innovants. On assiste à un processus qui relève en même temps d’un phénomène marketing et d’une évolution des enjeux et des normes de la production du projet urbain. Celui-ci, envisagé comme un laboratoire in vivo, participe, en France comme au Mexique, du développement d’un urbanisme dérogatoire dont l’une des finalités et de libérer l’action de certains opérateurs privés de l’aménagement urbain
ˆ

[tel-01970718] Morphogenèse des moulins à vent d’Iran, techniques de gestion du vent de manière architectonique

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 05/01/2019 à 23:24:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

« Le passé est un pays étranger : ils font les choses différemment là-bas » L.P. Hartly Nous avons souhaité nous pencher sur l’histoire des premiers moulins à vent. Plusieurs raisons à cela : une grande partie de l’histoire du moulin à vent demeure obscure et entre autres ; deux choses sont mal connues : la première concerne la date où le moulin à vent à axe vertical apparu pour la première fois en Iran (Perse antique), et la deuxième son évolution, les différents types de cette invention. Dernière raison justifiant la nécessité de notre recherche : il n’y a pas encore d’hypothèse claire permettant d’établir un lien entre les différents types des moulins a vent a axe vertical et présentant une chronologie datée et documentée de l’évolution des types différents, en particulier le moulin à vent à axe vertical iranien. Les sources d’énergie comme le vent – et le moulin à vent sont considérées comme une technologie médiatrice entre le vent et la société humaine. R. J. Forbes , l’historien de la technologie allemand, défendait l’idée que les « moteurs primaires » étaient la « clé de voûte de la technologie ». En utilisant comme critère ces « moteurs primaires », il distingue cinq périodes dans l’histoire de la technologie de l’humanité : l’ère de l’utilisation du muscle d’humain, l’ère de l’utilisation du muscle animal, l’ère de l’énergie fournie par l’eau, l’ère de l’énergie créée par la vapeur et l’ère de l’énergie atomique. Dans sa classification, Forbes n’a pas inclus l’ère de l’énergie du vent ; nous verrons que cette ère est le chaînon manquant entre l’ère de l’énergie hydraulique et l’ère de l’énergie fournie par la vapeur. Avec l’utilisation de l’énergie éolienne, cette ère devient par ailleurs la plus longue de l’histoire de l’utilisation des énergies. Parmi les technologies connues en matière de production d’énergie dans l’Antiquité figure la technologie du moulin à vent, qui a des liens directs avec les deux ères longues et importantes en matière d’utilisation de l’énergie : l’ère de l’énergie hydraulique et l’ère de l’énergie fournie par la vapeur. Malgré tout ce que l’on sait sur l’histoire du moulin à vent européen, l’origine et la diffusion de cette invention technique ne sont pas claires. Maurice Daumas écrit que : « L’origine et la diffusion du moulin à vent posent encore aux historiens de nombreux problèmes et de non moins nombreuses énigmes ». Il manque une chronologie des divers types de moulins à vent dans les diverses civilisations ; par conséquent, une théorie présentant cette diversité architecturale et technique dans le plateau d’Iran fait défaut encore aujourd’hui. La diffusion du moulin à vent dans le monde antique, y a compris l’Iran, pose également question. Une partie importante de cette thèse sera donc consacrée à répondre à ces questions, particulièrement en Iran, dans le but d’éclaircir autant que possible l’origine et la diffusion de cette invention architecturale et technique
ˆ

[tel-01960058] La forêt dans tous ses états : de la conservation à l'évaluation territoriale ~ Volume 1 ~ Oeuvre scientifique inédite

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 29/12/2018 à 02:14:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[tel-01951155] Evaluer les éco-quartiers : analyses comparatives internationales

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 23/12/2018 à 02:23:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les éco-quartiers contribuent, depuis la fin du XXème siècle, à l’essor d’un modèle de ville durable à travers le monde. Cependant, si les grands principes théoriques du développement durable font relativement consensus à l’échelle internationale, les modalités de leur application au niveau local sont multiples et diverses. Suite à ce constat, de nombreux acteurs déploient dès la fin des années 2000 des référentiels de suivi et d’évaluation des éco-quartiers. Ces derniers permettent d’orienter la conception et la construction des quartiers durables tout en justifiant les choix retenus, et ce grâce à la mesure de leur performance selon plusieurs critères consensuels et mesurables dans le temps. Ces référentiels, conçus à l’échelle locale et souvent standardisés, sont en outre susceptibles d’être exportés à l’international, indépendamment du milieu naturel et culturel dans lequel ils s’appliquent. Ceci représente un paradoxe vis à vis du concept de développement durable qui promeut l’intégration des projets à un territoire spécifique. Aussi, le travail de thèse interroge l’impact des référentiels d’évaluation sur l’intégration territoriale des éco-quartiers au travers de l’analyse de trois études de cas en France, aux Etats-Unis et au Brésil: Clichy Batignolles localisé à Paris et labellisé EcoQuartier, Melrose Commons développé à New York et certifié LEEDND, et Ilha Pura construit à Rio de Janeiro à la fois certifié LEED-ND et AQUA – HQE-A. Notre étude examine également succinctement un quatrième cas, le quartier de Vinhomes Riverside ayant reçu le prix de l’architecture verte du Vietnam et construit à Hanoï, dont l’étude n’a pu être complètement aboutie faute d’accès à des données essentielles à notre analyse. Nous énonçons le postulat qu’il existe des divergences entre les objectifs de performance fixés par le référentiel, ceux exigés par les acteurs du projet menant à une évaluation donnée, et enfin la réalité de l’écoquartier une fois construit au sein d’un territoire plus large. Ces divergences sont particulièrement fortes en cas d’export du référentiel. Elles sont en outre mesurables et témoignent de différences de niveau d’intégration. Aussi, notre recherche s’appuie sur la comparaison des cas selon trois phases à savoir : 1) le choix du référentiel 2) l’évaluation du projet d’éco-quartier par le référentiel dont il estime la performance, et enfin 3) le résultat opérationnel, c’est à dire l’éco-quartier construit. La méthodologie de recherche est multidisciplinaire et déploie des outils associés aux statistiques, à l’ingénierie du territoire, à la géographie, mais aussi à l’analyse architecturale, urbaine et paysagère. Nous observons que les référentiels s’appuient sur diverses stratégies relatives à la sélection et à la mesure d’indicateurs permettant de planifier l’intégration du quartier au sein d’un territoire donné. Cette intégration est néanmoins extrêmement variable non seulement en fonction des critères et des échelles d’analyse choisis, mais aussi des jeux d’acteurs qui adaptent leur démarche aux spécificités d’un site. Les référentiels d’évaluation occultent alors la complexité, et sous-estiment la richesse de la diversité des éco-quartiers contemporains.
ˆ

[tel-01743793] Fabriques numériques, action publique et territoire : en quête des living labs, fablabs et hackerspaces (France, Belgique)

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 19/12/2018 à 15:40:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette thèse part du constat de l’incorporation d’objets appelés « fablab », « hackerspace » ou « living lab » dans les politiques publiques. Le déploiement démultiplié de ces nouveaux « lieux » au coeur ou aux marges de l'action publique des collectivités, s’accompagne d'une sémantique associant l'innovation, l'entrepreneuriat, la flexibilité et la créativité. Cette thèse démontre qu'au-delà de ces effets rhétoriques et de la fascination qu'ils exercent (mais qui s'explique), ces objets de politiques publiques constituent une des réalités de l'action métropolitaine, sous différents registres et modalités. En se distançant des discours laudatifs qui accompagnent leur émergence, la thèse fait de l'analyse de leurs rapports au territoire et de leurs prises avec les dynamiques de l'espace urbain son objet central. La prise en compte de la complexité de l’objet de recherche et de son inscription dans une action publique en constant changement impose de s’intéresser auxlogiques de l’espace propres à la géographie et l’aménagement et de recourir aux apports d’autres disciplines, telles que la sociologie et la science politique. L’enquête articule des espaces, des temps et des méthodes d’enquête différentes. À une première enquête en France portant sur les hackerspaces, les fablabs et les living labs succède une enquête comparative à l'échelle européenne (Rennes et Toulouse en France, Gand en Belgique). La thèse expose et décrypte les promesses portées par ces lieux. Des tensions sont mises en évidence, l'une, majeure, les situant entre héritage de la contre-culture, processus de normalisation et de « récupération ». Ces tensions constituent les fils directeurs de la thèse : elles traversent l’inscription des dispositifs d’expérimentation et de fabrication numérique dans un contexte de mutations spécifiques aux villes contemporaines. La thèse éclaire également, en s'appuyant sur les notions de « monde social », de « communs » et de « communs urbains », leurs dynamiques sociales. Démontant en partie les représentationsenthousiastes dont fablabs, hackerspaces et living labs restent majoritairement l’objet, la thèse relativise leur portée en termes d’intégration et d’ouverture, autant que leur rôle dans la transformation des politiques urbaines locales.
ˆ

[tel-01757913] Quand la scénographie devient urbaine : Nantes comme observatoire des fonctions du scénographe dans la fabrique de la ville

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 19/12/2018 à 15:32:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

S’appuyant sur l’effervescence dont fait actuellement l’objet le terme de scénographie dans le milieu créatif, ce travail propose d’étudier l’apparition d’une fonction spécifique autour du concept de scénographie urbaine dans la fabrique de la ville contemporaine. En effet depuis les années 1980, dans un contexte d’essor de la ville événementielle, créative et culturelle nous assistons à une multiplication de propositions artistiques éphémères déployant des dispositifs scénographiques dans l’espace public qui font évoluer les modes d’action des acteurs de la fabrique urbaine (opérateurs culturels, artistes, gestionnaires publics et aménageurs). Entre théâtre et espace public, scène et ville, nous retracerons les origines de la scénographie pour ensuite s’intéresser à la scène nantaise qui est ici considérée comme un laboratoire des différentes formes que peut prendre la scénographie urbaine. En définissant le rôle du scénographe sur un terrain d’intervention spécifique, à savoir l’espace urbain, il s’agit par-là d’identifier un groupe professionnel émergent, les scénographes, au regard de l’évolution de leurs pratiques hors du théâtre. Puis, en resserrant la focale sur un territoire, nous caractérisons plus particulièrement la fonction de scénographie urbaine dans son acception contemporaine traduisant une évolution de la place de la création artistique dans la fabrique urbaine. Plus largement, cette étude met en question la production d’espaces urbains, révélatrice de tension entre nécessité fonctionnelle et conception d’espaces sensibles. Entre fabrique artistique et dynamique de récupération, ce travail nous renseigne sur un mode de faire la ville contemporaine à l’interface entre urbanisme du divertissement et utopie artistique.