Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL-TEL - Architecture, aménagement de …

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[tel-01880366] Monuments historiques radiés : caractérisation de la valeur monumentale par l'étude des annulations de protection

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … il y a 16 h et 14 min - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Il existe en France plus de 44 236 monuments historiques, dont la diversité des typologies architecturales s’est considérablement accrue ces dernières décennies (édifices industriels, constructions modernes, etc.). Cette diversification constitue cependant une perte de repère des critères discriminant les monuments à conserver. Cette thèse de doctorat s’intéresse donc aux processus de patrimonialisation et à la sélection des édifices à protéger. Précisément, cette étude porte sur le phénomène inverse, celui des annulations de protection, en France depuis 1990. La présente recherche vise à mettre en évidence les facteurs intrinsèques et extrinsèques des radiations de protection - en net accroissement, particulièrement dans les cœurs de ville - et permettre ainsi une réflexion sur l’évolution du patrimoine et des politiques de protection.
ˆ

[tel-02069403] Évolution du commerce et des formes urbaines à travers la transformation numérique

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 15/03/2019 à 17:20:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Avec l’accélération sociale de la « modernité tardive », de nouveaux enjeux politiques et économiques occupent une place de plus en plus importante dans les compositions territoriales, en les confrontant à une recomposition forte des temporalités qui affectent le monde vécu. La transformation numérique n’en est pas la cause mais s’inscrit dans cette dynamique « d’éphémérisation du présent » et la renforce vraisemblablement selon des modalités concrètes, à divers niveaux d’échelle. Il s'agit dans ce travail de comprendre comment les relations entre les formes commerciales et les formes spatiales sont recomposées, redessinées pas la mutation numérique, en étudiant, dans le cadre d'une CIFRE, les évolutions respectives des commerces et du territoire du centre-ville de Rennes. Le projet de recherche proposé ici vise à comprendre l'articulation entre les pratiques de la ville, les pratiques commerciales, les lieux et espaces, mais également les temporalités. Ce programme de recherches, s’inscrit de façon très large dans les problématiques « Entre formes et normes » de l’équipe PREFIcs. Il repose sur une conception étendue des logiques d’information et de communication qui considèrent que l’information, pour être mise en sens, symbolique, doit être également un processus de mise en forme, prenant en compte l’articulation des formes organisationnelles. Cette recherche questionne donc la reconfiguration de l’espace-temps, celle des sphères publiques et des affectations matérielles comme cadre pour les logiques commerciales et les imaginaires de consommation.
ˆ

[tel-02066266] L’intégration du covoiturage dans le système de mobilité francilien : hybrider le transport collectif et individuel pour asseoir l’hégémonie de l’automobile ?

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 13/03/2019 à 12:54:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les initiatives visant à développer le covoiturage au quotidien et sur de courtes distances font l’objet d’une attention croissante d’acteurs privés et publics depuis l’essor de la pratique sur de longues distances. Cette thèse analyse la manière dont les services de covoiturage intègrent le champ de l’action publique et interroge les transformations qu’ils occasionnent sur le système de mobilité en place. La thèse est structurée en quatre parties. Le cadrage théorique et méthodologique précise la démarche de recherche, qui s’ancre sur trois entrées : les relations entre territoire et système de mobilité, le changement dans l’action publique et le processus de diffusion des innovations dans la société. Ces approches théoriques sont mobilisées pour répondre à la problématique et étudier des expérimentations de services de covoiturage dans les franges de l’Île-de-France (partie 1). La seconde partie retrace la généalogie du covoiturage pour montrer comment il s’affirme comme nouvel élément du système de mobilité et comme un objet d’action publique (partie 2). Nous étudions ensuite le processus de diffusion du covoiturage et l’ampleur de son intégration au sein de l’action publique de transport (partie 3) avant d’analyser les transformations provoquées sur le système de mobilité (partie 4).Cette recherche précise comment les politiques publiques de promotion du covoiturage, initialement mises en œuvre pour limiter les externalités négatives de l’automobile, tendent désormais à concurrencer l’offre de transport publique routière. Ce travail montre ensuite comment s’ouvre une fenêtre d’opportunité pour le développement du covoiturage en France et expose les difficultés que rencontrent les acteurs de l’action publique pour s’approprier cette innovation. La thèse rend également compte de l’émergence de nouvelles formes de services de covoiturage, de nature infrastructurelle, qui favorisent la territorialisation des politiques publiques de covoiturage et l’intégration de ce mode dans le champ du service public de transport. Dans un dernier temps, cette recherche montre qu’en tendant vers une hybridation des modèles de transport collectif-public et individuel-privé, le covoiturage ébranle les principes du service public et promeut une représentation libérale de la notion d’intérêt général. Ce faisant, plus qu’il ne remet en cause les logiques sur lesquelles se fonde notre système de mobilité, il participe au renforcement du système automobile. Ce travail mesure ainsi les limites d’une logique de croissance et d’individualisation des services de mobilités et conclut en proposant des pistes pour optimiser le covoiturage en limitant le risque que les gains de performances promis par ce nouveau modèle ne renforcent trop, à terme, les externalités négatives du système automobile
ˆ

[tel-02063327] Se chauffer à Istanbul : Des pratiques thermiques face aux épreuves de la transition et de l’efficacité énergétiques

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 11/03/2019 à 11:17:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette recherche s’intéresse aux transformations des pratiques de chauffage à Istanbul impulsées par l’arrivée d’une nouvelle ressource énergétique. À travers l’analyse d’une trajectoire heurtée et contestée de diffusion du gaz naturel en substitut de combustibles traditionnels (charbon/bois/fuel), ma thèse dévoile les spécificités et les contradictions d’un processus « ordinaire » de transition énergétique au regard des dynamiques inégales d’appropriation sociale des innovations technologiques, qui viennent conforter et parfois subvertir la nature même des projet techniques et politiques. Inspiré par des travaux sur la sociologie de l’énergie et d’écologie politique urbaine, je propose de suivre dans le temps et dans l’espace les modalités d’agencement d’un nouveau système sociotechnique (service de distribution en réseaux, équipements de chauffage prétendant à l’efficacité énergétique pour la dernière génération d’entre eux, panneaux solaires, etc.), de comprendre les logiques conflictuelles de territorialisation de ces dispositifs en lien avec d’autres dynamiques de transformations urbaines, et enfin de repérer les conditions matérielles, culturelles et socio-économiques, plus ou moins favorables, pour que ces infrastructures réussissent à s’encastrer dans le quotidien des habitants. Ce faisant, ma thèse répond à un double questionnement : comment expliquer la rapidité et la massivité du déploiement du gaz naturel étant donnée la nature des obstacles à surmonter dans le contexte d’une métropole émergente (étalement urbain, concentration de pauvreté, inadaptation d’un cadre bâti hérité à l’usage du chauffage centralisé) ? Comment interpréter les multiples formes de vulnérabilité produites par un processus de transition énergétique censé, paradoxalement, incarner la modernisation et accompagner l’internationalisation d’Istanbul ?
ˆ

[tel-02061345] L’avenir productif des territoires industriels : analyse de la diversité des trajectoires économiques locales

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 10/03/2019 à 02:04:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Depuis les années 1970, un processus de désindustrialisation est à l’œuvre dans l’ensemble des pays industrialisés. Ce processus provient en partie de l’exacerbation de la concurrence internationale mais aussi de mutations structurelles. L’industrie continue de désigner l’ensemble des activités qui concourent à la production de biens matériels. Ses emplois et ses fonctions évoluent cependant, entrainant de profondes divergences territoriales. Dans ce contexte, les territoires de tradition industrielle seraient fragilisés. Face à leur probable déclin, de multiples pistes de redéveloppement s’appuyant sur des leviers culturels, patrimoniaux, touristiques ou encore résidentiels sont mises en évidence. Leurs capacités productives futures ne sont paradoxalement que rarement interrogées. Cette thèse pose la question d’un avenir productif pour ces territoires, en France, en particulier lorsqu’ils se situent hors de grandes aires urbaines. En admettant que les origines du changement territorial peuvent être aussi bien exogènes qu’endogènes et que les territoires sont majoritairement dépendants de leur passé, cette thèse propose une analyse tenant compte des trajectoires locales au cours des cinquante dernières années. Cette recherche s’appuie sur une méthodologie mixte combinant des éléments quantitatifs, à l’échelle de l’ensemble des bassins industriels français, et qualitatifs à partir de trois cas d’étude : le Bocage Bressuirais, Romans-sur-Isère et Annonay. Elle invite à prendre en compte la diversité des territoires et à reconsidérer leur fragilité économique et sociodémographique d’ensemble. Ce faisant, elle montre qu’un renouvellement productif y est possible et détaille les multiples trajectoires empruntables face à l’apparition de nouveaux enjeux numériques, de durabilité ou encore, liés à l’innovation sociale.
ˆ

[tel-02056557] Les relations de voisinage dans la métropole asiatique d'aujourd'hui : types d'habitat et perspectives de cohabitation au prisme de la notion d' "harmonie" à Shanghaï

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 05/03/2019 à 02:44:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La thèse se focalise sur les relations sociales de la vie contemporaine liée à l’habitat dans la grande métropole chinoise, tout en visant à questionner la notion d’ « espaces de voisinage », qui gère les frontières entre les individus et les groupes, à travers une analyse socio-spatiale et architecturale. Notre attention est portée sur l’époque contemporaine, où la construction des tours résidentielles s’affirme rapidement, la tour devenant le type architectural dominant de l’urbanisation chinoise. La verticalité typologique et architecturale des tours résidentielles affirme un changement spatial fondamental, par rapport aux anciens types d’habitation. La notion d’« harmonie », issue de la pensée philosophique de la société traditionnelle chinoise, est introduite comme nouveau vecteur à travers lequel analyser les nouvelles relations de voisinage.
ˆ

[tel-01968002] Ville, complexité, incertitude. Enjeux de connaissance pour le géographe et l'urbaniste.

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 05/03/2019 à 02:28:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[tel-01945755] Le musée autrement ? : les mesures d'incitation à la visite et leurs effets sur le public des jeunes adultes dans les musées de France

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 05/03/2019 à 02:27:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Le musée du XXIe siècle est caractérisé comme un espace « inclusif et collaboratif » qui intègre la voix des publics à la construction de son discours. Il repose sur une acception qualitative du projet de démocratisation culturelle comme « démocratisation d’un rapport social ». Nous nous intéressons aux mesures d’incitation à la visite adressées aux jeunes adultes : la gratuité pour les moins de 26 ans dans les musées nationaux et un ensemble d’événements dédiés aux jeunes adultes qui ensemble leur proposent de découvrir le musée autrement et participent de cette acception qualitative de la démocratisation culturelle. En quoi ces politiques des publics au musée sont-elles le vecteur d’un renouvellement des publics de ces lieux ? La structuration sociale des publics constitue la première clef d’analyse des effets de démocratisation. Pour l’étudier, on prend appui tout à la fois sur le dispositif d’enquête conçu par le ministère de la Culture afin d’évaluer la performance des établissements patrimoniaux nationaux (éditions 2012 et 2015 menées auprès de l’ensemble des visiteurs et éditions de 2009 et 2014 auprès des bénéficiaires de la gratuité) et sur deux enquêtes (statistique et qualitative) auprès des publics jeunes adultes d’événements conçus à leur intention. Une seconde clef intègre la compréhension des trajectoires culturelles et la diversité des facteurs qui les orientent ainsi qu’une lecture des univers culturels comme univers de goût (enquête de type biographique). En mettant en exergue le rôle des politiques des publics, cette recherche propose un modèle dynamique de compréhension des pratiques culturelles pour analyser la formation des publics des musées. Dans cette optique nous nous plaçons à l’échelle de la « culture vécue » et deux éléments principaux retiennent notre attention. L’un envisage le musée comme une plateforme de ressources, c’est-à-dire comme l’un des supports potentiels de l’expression des goûts, et suppose que les politiques des publics soutiennent et alimentent les univers culturels des individus. L’autre tient compte des processus par lesquels des individus deviennent visiteurs et de la capacité des politiques des publics à consolider ces dynamiques culturelles à l’instar des mesures d’incitation à la visite qui permettent à des publics de se constituer en ambassadeurs du musée. L’enjeu de cette recherche est donc bien celui d’une réévaluation des politiques publiques de démocratisation culturelle.
ˆ

[tel-01938543] Le tourisme en Syrie, passé, présent, futur : entre résilience et réinvention

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 05/03/2019 à 02:27:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Alors que le conflit en Syrie continue sa course dévastatrice depuis mars 2011, cette recherche s’inscrit dans une démarche prospective visant à envisager le post-conflit. Après une analyse de la situation touristique et politique de la Syrie, avant et pendant le conflit, notre travail aboutit à une série de constats et de prévisions qui permettent de dessiner le contour d’un tourisme post-conflit dans le pays. Pour compléter notre analyse nous avons eu recours au comparatisme avec les cas de la Bosnie-Herzégovine et de la Croatie. Les deux pays ayant connu des conflits dans les années 1990, cette démarche nous a permis d’y observer le contexte post-conflit avec plus de recul. Les questions du devenir du patrimoine existant et de l’émergence d’un « nouveau patrimoine » issu du conflit font partie des sujets auxquels nous nous sommes intéressés ainsi qu’à l’évolution de l’interprétation de ces différents patrimoines au fil du temps (« à chaud »/ « à froid »). Nous nous sommes intéressés en parallèle aux nouvelles formes de tourisme qui pourraient accompagner le retour de la paix, notamment le "dark tourism", caractéristique du contexte post-conflit. Le résultat prend la forme de scenarii décrivant les différents aboutissements possibles du conflit en cours en Syrie et leurs implications respectives sur le futur du tourisme dans le pays.
ˆ

[tel-01669042] L'innovation sociale territorialisée : un levier de réappropriation du risque inondation par les habitants L'exemple des crues rapides dans les territoires ruraux du Gard et du Vaucluse (France) 7

HAL-TEL - Architecture, aménagement de … le 05/03/2019 à 02:25:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Alors qu’on attend beaucoup de lui, l’habitant, convoqué sous le terme de « citoyen » dans les dispositifs technocratiques, est pourtant une « entité » abstraite dont les dimensions psychosociologiques sont trop souvent sous-estimées. Néanmoins, l’adoption de comportements appropriés en cas d’événement est bel et bien lié à l’adéquation entre les ressources individuelles mobilisables et les mesures institutionnelles que l’individu est à même de s’approprier. Dès lors, cette thèse a pour but de mesurer plus finement les capacitations des habitants, en mobilisant notamment l’innovation sociale territorialisée face à un risque spécifique : les crues rapides pouvant se manifester dans le sud-est de la France. À cet effet, un protocole d’enquête s’appuyant sur l’interdisciplinarité (géographie des risques, psychologie environnementale et design social) et associant des données empiriques et expérimentales, a été mis en œuvre. Les entretiens réalisés (36 gestionnaires, 4 syndicats de rivières et 29 sinistrés) et les questionnaires (689) ont permis de mieux comprendre leur vision respective de la gestion des risques. Les gestionnaires sont lucides mais démunis face aux multiples failles des politiques publiques, tandis que des décalages importants existent entre les intentions comportementales et la connaissance des risques des habitants interrogés. Ces résultats ont ensuite permis de déployer un atelier créatif sur la commune de Sauve (Gard, France) qui a confirmé tout le potentiel d’appropriation par les habitants que peut avoir une démarche co-construite avec eux en amont. L’ensemble des éléments issus de ce travail amène à questionner la réalité de l’implication habitante et à identifier des leviers d’action pour faire évoluer l’approche stato-centrée encore privilégiée aujourd’hui, malgré le désengagement progressif de l’Etat-providence qui rajoute un degré supplémentaire de complexité.