Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL-SHS - Architecture, aménagement de …

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[hal-02527467] Le suivi archéologique des travaux de mise en sécurité du théâtre d'Orange pendant le confinement, épisode 2

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … il y a 4 h et 59 min - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-02524496] Facteurs de localisation des entreprises et usage du TGV autour des gares centrales et périphériques dans une ville intermédiaire

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 30/03/2020 à 14:36:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les TGV desservent les villes dans leur gare centrale, et parfois périphérique. À partir de deux enquêtes réalisées dans une ville intermédiaire (Reims), nous analysons la localisation des entreprises autour de chacune des gares et leur usage du TGV. Dans les deux cas, une offre d’immobilier de bureau est centrale, mais les autres facteurs de localisation (notamment le TGV) et le type d’entreprises divergent. Si dans les deux cas, les entreprises y sont en majorité locales, la gare centrale accueille davantage de créations exogènes et la gare périphérique, des délocalisations exogènes. Les secteurs d’activité diffèrent, avec en gare centrale du tertiaire supérieur et en gare périphérique des activités administratives d’industries. L’usage du TGV est plus important pour les entreprises de la gare centre, pour motif de déplacement au siège. Près de la gare périphérique, cet usage est moindre, pour des motifs différents et par des catégories différentes d’employés.
ˆ

[hal-02432354] De la trame normative à la trame prospective

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 28/03/2020 à 11:21:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-02432346] La conception de maisons évolutives selon Pierre Lajus (1930-/) : de la découverte notionnelle à sa mise en pratique

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 28/03/2020 à 10:56:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[tel-02518210] L’élu, le citoyen et le praticien.Chroniques urbaines

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 28/03/2020 à 02:58:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Dans un contexte national de transfert des compétences à l’échelon intercommunal, de diminution de leurs ressources et d'affaiblissement de leurs prérogatives réglementaires, les élus locaux de petites villes et leurs services techniques sont confrontés à des enjeux qui dépassent bien souvent leurs compétences et les moyens dont ils disposent. Or, la mise en œuvre d'un projet urbain participatif suppose d’opérer un changement de paradigme vis-à-vis des cultures politiques et professionnelles dont ils ont hérité. Elle rend manifestement nécessaire de repenser leurs rôles et leurs modalités d'intervention. À partir de l'expérience d’une agence d’architecture et d’urbanisme, cette thèse analyse la place et les modalités d'action de l’élu comme « Maître d’Ouvrage occasionnel » dans le cadre de projets urbains organisés avec des ambitions participatives importantes et inhabituelles pour la collectivité. Fondée sur trois études de cas, elle décrit et interprète les difficultés conjointement rencontrées par la petite ville et la structure qui l'accompagne. En s’appuyant sur une démarche de « participation observante » et sur la Théorie de la Régulation Sociale, cette recherche examine les conflits et négociations au sein du système d’acteurs du projet urbain dans lequel gravite l’élu local. Elle met en évidence l'importance pour une agence d’architecture et d’urbanisme de parvenir à décrypter les enjeux sous-jacents qui régissent l'action et la prise de décision. Les attitudes des élus face à la participation sont diverses. Mais cette perspective leur apparait encore surtout comme une contrainte et une source d’incertitude, d'autant plus qu'ils se trouvent actuellement institutionnellement fragilisés. La montée en puissance du niveau intercommunal bouleverse leur rôle : l'élaboration des principales décisions tend à leur échapper autant qu'elle devient mystérieuse pour les citoyens impliqués. L’opacité des mécanismes de décision, liée à la reconfiguration du système politique local, s’accentue d’autant plus que l’ingénierie de projet dans les petites villes est peu maîtrisée par les élus et leurs services techniques. Les difficultés à mettre en œuvre un dispositif participatif tiennent aussi à la faible acculturation des élus locaux aux démarches de projets urbains, et aux types d'études ou d'expertises qu'elles nécessitent de mobiliser. De son côté, une agence d'urbanisme et d'architecture, jusqu'alors plutôt habituée à intervenir comme maître d'œuvre urbain, ne dispose pas forcément au départ des compétences en interne lui permettant d'appréhender et d'analyser les systèmes d'acteurs auxquels elle est confrontée, dans toutes leurs subtilités. Elle doit ainsi acquérir de nouveaux savoirs dans ce registre pour pouvoir mieux accompagner ces démarches. Elle peut alors jouer un rôle de levier dans la mise en œuvre d'une méthode de projet urbain participatif allant au-delà de l'application de quelques outils. Pour autant, le niveau d'aboutissement de sa mission et de ce type d'initiative paraît surtout dépendre de la volonté et de la capacité du maire ou du président de l'intercommunalité, à porter et à assumer cette démarche auprès des habitants et des autres acteurs politiques et institutionnels.
ˆ

[halshs-02479827] État des connaissances sur la vente de logements sociaux en Europe (Allemagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni)

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 28/03/2020 à 02:55:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[halshs-02500394] Un essai d'analyse du temps de travail d'un enseignant-chercheur

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 28/03/2020 à 02:54:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Le temps de travail des enseignants-chercheurs, cadré par le décret de 1984, est en général sous-évalué et sous-estimé, faisant l'object de représentations erronées. La contribution cherche à objectiver le temps professionnel. Plusieurs contributions récentes ont mis en évidence le degré de fragmentation des tâches, la contrainte accrue des tâches gestionnaires, une multiplication des tâches invisibles et extrêmement chronophages, dans le contexte de la diversification des missions de l'université et à leur autonomie. La démarche est personnelle et comporte une dimension réflexive sur ma propre relation aux fonctions que j'exerce de professeur des universités dans un département de géographie. Il s'agit d'analyser les pratiques, notamment dans un cadre d'injonctions contradictoires, de contraintes, concurrences et complémentarités entre les tâches d'enseignement et de recherche. L'objectif de cette contribution est de livrer les résultats d'une analyse du temps de travail sur une année entière, à travers quelques méthodes statistiques simples destinées à mettre en forme un agenda électronique (Google) dont le contenu s'apparente à des textes et informations non structurées (fouille de données et analyse textuelle), Les résultats de l'analyse montre un temps de travail de 2321 h annuelles (soit 290 jours pleins),dont 42 jours le week-end, débordant largement sur la soirée et la nuit. L'activité est décomposée en fonction des principales tâches : l'enseignement, la recherche, l'encadrement doctoral, l'évaluation, et les tâches administratives, courriels et réunions.
ˆ

[halshs-02499412] Production et consommation in situ des énergies renouvelables : entre projet urbain et projet énergétique?

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 27/03/2020 à 13:50:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-02478841] L'urbanisme, l'architecture et le jeu vidéo

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 27/03/2020 à 13:50:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Que nous disent les interfaces vidéoludiques de la ville, des territoires et de leur fabrique ? Que disent les jeux vidéo de la représentation et de la mise en récit d'un territoire, de ses ressources, de son histoire et de son devenir ? Avec quelles conséquences en retour sur son image ? Peut-on mesurer l'impact de la culture vidéoludique chez les professionnel-le-s de la fabrique de la ville, leur imaginaire, tout en imaginant en retour la fabrique de la ville et ses enjeux comme source d'inspiration pour les professionnel-le-s du jeu vidéo ? Dans quelle mesure, enfin, peut-on vérifier l'émergence du jeu vidéo comme possible outil d'empowerment ?
ˆ

[hal-02475064] La maquette in situ comme pédagogie immersive du projet urbain

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 27/03/2020 à 13:50:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Nous voudrions ici partager quelques éléments, principalement méthodologiques, qui sont issus d’un dispositif pédagogique particulier : l’atelier de projet urbain des étudiants-es du Master Urbanisme et aménagement – parcours « design urbain », réalisé de novembre 2015 à janvier 2016. La Communauté d’Agglomération du Gard Rhodanien et la Ville de Bagnols-sur-Cèze, commanditaires de cet atelier, ont invité la promotion à anticiper le prochain renouvellement urbain du quartier des Escanaux tout en prenant en compte les points de vue des habitants. Pour ce faire, l’équipe enseignante a mis en place un protocole singulier reposant notamment sur la réalisation de maquettes in situ. Les étudiants répartis en groupe de trois ont investi différents lieux du quartier des Escanaux (centre social, centre médical, locaux du bailleur, café associatif, entrée d’immeuble...) pour matérialiser et pouvoir soumettre aux échanges une composition en cours de leur projet sous la forme de maquettes. A partir du récit de cette expérience pédagogique, les liens entre jeu – de construction et d’immersion – urbanisme et participation seront questionnés. Comment ces maquettes in situ articulent-elles expérimentation, explicitation et écoute attentive ? Comment suscitent-elles une recomposition des relations entre étudiants, habitants et commanditaires – voire même enseignants ? Façonnent-elles en creux une pédagogie spécifique ? A quelles conditions pourrait-on alors parler de méthodologie du jeu ?