Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL-SHS - Architecture, aménagement de …

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[hal-02615406] L’éclairage dynamique, un dispositif de médiation

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 18/10/2020 à 20:29:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Depuis le XVIIIe siècle, architectes et responsables de musée se servent de l’éclairage naturel et artificiel pour éclairer les œuvres et les objets. Aujourd’hui, les praticiens tels que les muséographes, scénographes et concepteurs lumière, en font un outil pour construire des ambiances et guider le regard des visiteurs. Au-delà de mettre les œuvres en valeur, l’éclairage circonscrit ce que l’on montre et indique ce dont on parle. Néanmoins, le potentiel de l’éclairage – en tant que dispositif de médiation participant directement de l’expérience sensible et cognitive des visiteurs –, reste à montrer et à expliciter. Dans cette perspective, nous avons étudié le cours d’expérience des visiteurs dans la Grande Galerie de l’Évolution au Muséum national d’Histoire naturelle à Paris, qui présente une installation d’éclairage dynamique conçue comme une scénographie immersive. Les résultats mettent en évidence les apports de cette installation dans le processus de construction de sens et l’expérience visiteur. L’installation contribue à créer une atmosphère de bien-être, évoque les couleurs de milieux naturels, éclaire ou assombrit l’exposition pour favoriser ou limiter l’attention, agit comme catalyseur d’expériences interpersonnelles et contemplatives. Ces résultats nous encouragent à explorer les potentiels de l’éclairage en tant que dispositif de médiation.
ˆ

[hal-02970457] Ville (s)low-tech et quête d'une modernité écologique

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 18/10/2020 à 14:35:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-02969605] Création paysagère et habitat des guerriers à l’époque d’Edo. Le jardin Kenrokuen de Kanazawa

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 18/10/2020 à 05:30:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-02969607] Le jeune chercheur et son hybridité au-delà de la CIFRE : savoirs, espaces et professionnels de la recherche urbaine en question

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 17/10/2020 à 13:01:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[halshs-02938553] Vivre Slow Enjeux et perspectives pour une transition corporelle, récréative et touristique

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 16/10/2020 à 13:32:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

RESUME : Des expériences corporelles basiques aux rapports affectifs et aux conceptions cognitives les plus élaborées, le « vivre slow » se définit sous différentes modalités. Cette relation au monde s'incarne quand l'individu ne cherche pas simplement à s'approprier ce qui l'entoure mais à entrer en « résonance » avec-c'est-à-dire qu'elle le transforme tout en se laissant transformer par lui. La lenteur n'évoque pas le simple ralentissement de l'activité corporelle mais plus en profondeur, se présente comme une réponse à la transformation des rythmes de vie. « Peut-on résister à l'ère du temps accéléré » s'interrogent E. Déléage et G. Sabin qui tentent, eux aussi, de repérer des expériences innovantes de décélération. Si performance, vitesse ou rapidité ont longtemps gouverné les rapports au corps et aux espaces, les préoccupations éthiques et environnementales contemporaines invitent au contraire à « lever le pied ». L'accélération du temps et des rythmes quotidiens vécus est questionnée par l'émergence d'une « slow culture », comme enjeu de résistance individuelle et collective. La question du récréatif est-elle en transition, à la fois dans sa dimension individuelle et collective ? En multipliant les observations de pratiques en transition chez les consommateurs de loisirs, les acteurs touristiques, les institutions ou les acteurs territoriaux, nous tentons de montrer l'existence d'un mouvement significatif qui engage nos pratiques et nos modes de vie vers une éco-récréativité, une écologie corporelle et un tourisme traditionnel à dépasser.
ˆ

[halshs-02965002] Coopération urbaine et métropolitaine transfrontalière au nord-ouest de l’Europe

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 16/10/2020 à 13:32:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-02964766] Le processus de négociation autour des données entre les métiers dans les projets BIM

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 16/10/2020 à 05:37:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cet article présente l'analyse d'une étude de cas, et prend comme objet d'étude les données du bâtiment, c'est-à-dire toutes les informations (environnementales, dimensionnelles, fonctionnelles, etc.) pouvant être renseignées dans un projet BIM. Nous partons de l'hypothèse que pendant le projet de construction d'un bâtiment « BIM » se développe en parallèle « un projet de données ». Ce projet, auquel participe une partie des acteurs du projet de construction, concerne le processus de création et gestion de données du bâtiment. Dans cette étude de cas, nous analyserons les nouvelles tâches qui sont attribuées aux acteurs du projet de données et les compétences qu'elles supposent. Ensuite, nous analyserons les processus de négociation entre les acteurs, durant lesquels se dévoilent les rapports de forces entre les différents intervenants du projet. Finalement, nous constaterons que la question de l'information dans les métiers de la construction devient aujourd'hui un sujet primordial pour l'ensemble des acteurs du projet, au-delà des acteurs en charge de la modélisation BIM.
ˆ

[hal-02961752] Dans une approche pédagogique de l’enseignement de l’architecture : Une visée interdisciplinaire qui stimule l’imagination créatrice de l’étudiant

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 15/10/2020 à 06:04:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[halshs-02963600] Bellevue : naissance d'une Z.U.P.

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 15/10/2020 à 05:59:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

L'article s’intéresse au processus de création et de réalisation de la ZUP de Bellevue, implantée sur la commune de Nantes et sa voisine de l'Ouest, Saint-Herbain. Le rôle des institutions nationales et locales y est examiné, ainsi que les fondements conceptuels, architecturaux et urbanistiques du plan de la ZUP. L'objectif de l’Etat consiste à imposer aux deux communes une entité urbaine de plus de 7000 logements, à cheval sur leurs deux territoires, avec l’arrière pensée de leur fusion.
ˆ

[halshs-02905506] Vivre de paysage dans le Morvan ou l’impensé de la gestion forestière morvandelle

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 14/10/2020 à 06:13:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Le paysage est devenu le fil rouge de la charte du Parc naturel régional du Morvan 2020-2035. Les parties prenantes ont établi le double constat que considérer l’avenir d’un paysage forestier oblige à prendre en compte de façon systémique les activités qui se déploient sur ce territoire et surtout que le paysage peut être un excellent levier de motivation et de médiation entre acteurs. Par un traitement des attentes culturelles ou sociétales, l’enrichissement et la validation du projet par la population sont appelés à faire vivre le paysage. Un paysage doit fonctionner dans ses composantes écologiques, socioéconomiques et culturelles. Si l’évolution de ses composantes s’opère de manière logique et compréhensible dans un certain « état du monde », alors l’acceptation de cette évolution est facile. Le paysage ne peut plus être « la partie d’un pays que la nature présente à un observateur ». Dans ce découpage objet-sujet, les paysages forestiers du Morvan nous offrent parfois un spectacle de désolation, de vide. Ce couplage sujet-objet propre à la définition occidentale du paysage pourrait laisser place à une vision issue de la penséechinoise. Nous verrons comment la production de catégories émergentes à partir d’enceintes de concertation territorialisée permet de faire travailler ensemble les acteurs autour de ce qui peut être préservé en commun, le vivre de paysage. L’issue à ces antagonismes se trouve dans la construction d’une vision partagée de l’avenir du paysage du massif. Nous étayerons nos propos grâce aux nombreux bilans et enquêtes réalisées lors de la révision de la charte.