Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL-SHS - Architecture, aménagement de …

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[hal-01883999] Topologies de l’immersion

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 10/10/2018 à 15:16:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La réalité virtuelle est passée depuis une vingtaine d’année du monde académique et industriel aux secteurs ludiques et grand public mettant ainsi au premier plan la notion d’immersion. L’avènement des digital natives dans l’espace marchand, la généralisation d’un matériel accessible et facile à utiliser, la disponibilité d’applications simples à prendre en main créent un contexte favorable à la diffusion rapide de contenus dits immersifs. Cette diffusion rapide et l’emballement qu’il suscite doit, soit nous interroger sur l’hypothèse d’un changement de paradigme concernant les questions de narration, de représentation et d’immersion, soit au contraire, au développement d’une nouvelle itération, d’une continuité des théories et pratiques. Il s’agit dès lors, soit de consolider les connaissances autour des paradigmes en cours, soit de détecter ou d’esquisser ceux qui renouvelleront les pratiques actuelles. L’approche proposée ici est celle de la topologie. L’immersion, en effet, définit plusieurs espaces qu’il s’agit de caractériser et de comparer. Le premier espace est celui classiquement du récit auquel répond celui du réel. Mais cette partition ne décrit pas les spécifités et la nature de chacun d’eux, la façon dont ils s’articulent et communiquent, comment ils sont conçus et vécus. Pour tenter de répondre, il convient d’investiguer la question de l’immersion par ses dispositifs et de déterminer par ceux-ci ce qu’il y a de commun ou de différentiant. Cela suppose le postulat fort que le contenant qualifie le contenu, que les conditions et circonstances de diffusion de message, ici l’illusion immersive, sont aussi importantes que le message lui-même. Cette investigation devrait donner quelques éléments pour apprécier l’apport des technologies numériques aux récits immersifs.
ˆ

[hal-01891025] Du projet à l'en-projet, des représentations au récit : chronique d'un projet ouvert

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 09/10/2018 à 13:29:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Quelle(s) forme(s) prend le projet lorsque, ce qui prime, est d’abord son partage ? Lorsqu’il n’est pas fait pour, ni avec des usagers, mais bien entièrement par les personnes concernées ? Lorsque, à son origine et pendant des années, il ne bénéficie d’aucun financement, ne répond à aucune commande, ne s’attache à aucun cadre temporel ou organisationnel arrêté, ne s’incarne dans aucun programme, et n’existe que dans l’imagination d’un groupe de personnes ? Quelle(s) forme(s) prend le projet lorsqu’il remporte soudainement l’adhésion des habitants, devient lauréat d’un processus de démocratie participative et reçoit un budget conséquent ? Nous réfléchirons à ces questions en déployant la chronique du Lîeu, projet en cours de constitution que nous suivons depuis trois ans dans le cadre d’une enquête ethnographique. Sur le plan théorique, cela permettra de nourrir la notion d’en-projet et d’interroger la substitution du rôle des représentations par la formulation d’un récit.
ˆ

[halshs-01891005] La réplication de démonstrateurs comme moteurs d’une nouvelle forme de production d’écosystèmes territoriaux ?

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 09/10/2018 à 13:27:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-01890745] Préconisation d'indicateurs pour le e-consultant de la Tour Elithis Danube

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 09/10/2018 à 00:45:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-01885387] De l'épaisseur de l'image

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 08/10/2018 à 17:45:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Un paysage de questionnements Caché dans les replis de la terre, le site de Chauvet possède l'aura des romans d'aventures dans lesquels on pouvait découvrir des civilisations mystérieuses et oubliées dont l'art, ultime témoin muet, stupéfie et ravit les explorateurs. Cependant, dans les fictions, la découverte est toujours de brève durée : l'intrusion apportant des éléments extérieurs au milieu clos, elle active une réaction en chaine qui soit détruit le site, soit met en danger les intrus qui ne doivent leur salut que dans la fuite. Ces enchainements ne permettent que très rarement de conserver ou collecter de l'information. Il reste le souvenir, la mémoire qui deviendra récit. Les découvertes récentes de sites pariétaux scellés par le temps anticipent ce scénario de destruction. L'on sait maintenant que la rupture des équilibres climatiques et chimiques occasionne des dégradations pouvant être relativement rapides et compromettre les traces préservées jusque-là. L'enregistrement de la géométrie du site, des surfaces et des données permet de différer, délocaliser ou dématérialiser un certain nombre d'analyses. Les informations sont triées, organisées, discriminées et s'insèrent dans un modèle numérique tridimensionnel avec lequel le chercheur pourra travailler et qui pourra éventuellement être partagé avec un public curieux et souvent avide de ces sujets, impatient d'avoir accès à la synthèse des découvertes. Scellée par la nature, la Grotte Chauvet a conservé intacte la nuit des temps. Des temps si anciens que de mémoire d'homme, elle a été perdue. A Chauvet, le rayon laser a percé chaque millimètre d'obscurité pour révéler le moindre relief, la moindre anfractuosité. Chaque point a été éclairé une fraction de seconde avant de retourner à l'obscurité. La mémoire de chacun de ces instants a été conservée, agrégée et restituée comme en plein jour. La mise en lumière de la Grotte décrit moins ce qu'elle est en tant que lieu que le projet scientifique qui s'y développe : c'est une approche platonicienne où la lumière et la vue sont porteuses de la vérité et de la connaissance : chaque point éclairé livre un fragment d'information.
ˆ

[hal-01885388] Les enjeux de la narration dans l'immersion 3D archéologique.

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 06/10/2018 à 03:17:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Les outils de relevés numériques prolongés par les techniques de modélisation, de mise en lumière et d'animations permettent de restituer des environnements et des objets soit partiellement dégradés, soit inaccessibles avec une grande précision géométrique. Pour le chercheur c'est une aide à la contextualisation, pour le public, c'est la possibilité d'avoir accès à des sites parfois distants ou d'accès limité et de découvrir de l'information déjà interprétée. La médiation de ces environnements en 3D pose incidemment, dans un premier temps, la question du dispositif de présentation. Il peut s'agir d'un dispositif générique mais de plus en plus se développent des dispositifs spécifiques ouvrant ainsi la question de l'articulation entre le fond présenté et la forme de la structure et ce, bien au-delà de la simple considération scénographique. Parmi ces dispositifs, les dispositifs immersifs offrent les enjeux les plus stimulants. Ils donnent à expérimenter les sites archéologiques dans leur contexte qu'il soit à ciel ouvert ou dans des espaces clos. Dès lors, les premiers enjeux narratifs surgissent : la temporalité choisie, la gestion des données lacunaires, l'insertion de scènes du vivant, le traitement des ambiances.
ˆ

[hal-01888742] Faire entrer l’énergie-climat dans les documents d’urbanisme : unifier pour mieux régner ?

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 06/10/2018 à 03:15:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[hal-01163644] Contribution de la future ligne ferroviaire à grande vitesse Tours-Bordeaux au développement des réseaux des villes, une évaluation par le potentiel de contact

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 06/10/2018 à 03:11:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Cette contribution vise à présenter et mettre en œuvre un indicateur appelé potentiel de contact sur un ensemble de villes concernées par l’ouverture en 2017 de la ligne ferroviaire nouvelle Tours-Bordeaux. Deux apports sont présentés, l'un de nature méthodologique, l'autre de nature empirique. D’abord sur le plan méthodologique cette contribution apporte, suite à plusieurs contributions menées dans le cadre de l’analyse de l’aménagement du territoire européen, une nouvelle analyse des relations entre villes et transport sous l’angle du potentiel de contact. D’autre part on lève ici un obstacle fort de ce type d’approche qui est la construction d’une offre horaire future réaliste dans le but d’évaluer les effets d’une nouvelle offre de transport liée à l’ouverture d’une nouvelle infrastructure. En effet autant il est facile de modifier un meilleur temps de transport qui représente une valeur unique qui marque l'amélioration d'une liaison intercités par une ligne ferroviaire à grande vitesse, autant il est compliqué de construire une offre horaire complète avec l'ensemble des circulations dans les deux sens et leur calage horaire. Nous avons réalisé cette seconde option en utilisant des outils développés ad-hoc qui représentent l'offre horaire d'une manière similaire à la représentation produite par les fiches horaires des opérateurs de transport. Cette approche permet de modifier des circulations existantes sur le nouveau tracé et de répercuter la réduction des temps de trajet sur les parcours qui se prolongent au-delà, ce qui constitue une des particularités du système du TGV français. Ainsi il devient possible de construire une offre réaliste, et de l'injecter dans une base de données complète simulant une situation future. Sur le plan empirique cette simulation de l'effet sur le potentiel de contact nous apporte des éléments d'analyse pour certains attendus, pour d'autres inattendus. Ainsi sans surprise les principales villes bénéficiaires de la nouvelle offre sont situées sur le tracé de la ligne et lui sont directement reliées. Or un des intérêts de cette approche réside dans la possibilité de discuter de la performance de l’infrastructure, sans jugement a priori de celle-ci, sur la base de l’analyse du service proposé. On aurait pu penser que la ligne nouvelle viendrait renforcer des relations tangentielles dans l’ouest français par exemple entre Bordeaux et Nantes ; or ce n’est pas le cas. Des relations s’écartant de l’axe Paris-Bordeaux émergent, mais elles s’inscrivent au-delà de l’Île-de-France en prolongement sur les infrastructures à grande vitesse, vers les branches nord et est. Ainsi l’évolution du potentiel de contact produit en grande majorité des améliorations ou de nouvelles relations possibles à la journée qui prennent appui sur le réseau du TGV dans son ensemble, vers le nord et l'est, au-delà de Paris. Les améliorations en prolongement sur le réseau classique sont de bien moindre ampleur, et donc les relations tangentielles le long de la façade atlantique ne bénéficient pas autant qu'on aurait pu le penser de cette nouvelle offre.
ˆ

[halshs-01877508] Ville, Recherche, Diffusion : un centre de diffusion pour la « recherche en train de se faire » (1989-2005)

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 06/10/2018 à 03:05:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Depuis plus de vingt ans, la communication scientifique en architecture ne cesse d’évoluer dans un contexte numérique de plus en plus présent : archives ouvertes des chercheurs (collections des laboratoires ou dépôt du chercheur dans HAL), revues électroniques natives ou revues papier numérisées (« Ambiances« , « Livraisons d’histoire de l’architecture« , Cahiers de la recherche« , etc …) … sous OpenEdition, Persée ou d’autres plateformes. Par ailleurs, de nouveaux outils sont apparus, permettant aux chercheurs de mettre à disposition leurs travaux via des réseaux sociaux (Research gate, Academia), des blogs personnels ou des carnets de recherche, des comptes twitter, et d’accroître ainsi leur visibilité. Il semble intéressant de se poser la question de savoir comment cette diffusion était possible avant l’avènement de ces outils et nous aborderons l’histoire de VRD (Ville, recherche, diffusion) qui a été de 1989 à 2005 le seul organe de diffusion de la recherche architecturale.
ˆ

[hal-01834456] Favoriser la marche à pied en ville : une question plus complexe qu’il n’y paraît

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 05/10/2018 à 15:41:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]