Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

HAL-SHS - Architecture, aménagement de …

HAL : Dernières publications Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

[hal-02909689] Vers un modèle circulaire pour les matériaux de construction

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 03/08/2020 à 13:05:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Le développement et le renouvellement des espaces urbanisés impliquent une importante mobilisation de ressources naturelles, majoritairement non renouvelables et parfois en raréfaction. De plus, le modèle dominant de la gestion des déchets de chantier engendre de forts impacts sur l’environnement et des conflits d’usage des sols. Les territoires urbains se retrouvent ainsi en première ligne pour répondre aux enjeux de l’aménagement durable. Quel est l’état de la gestion actuelle de ces flux essentiels au métabolisme francilien ? Comment organiser une transition vers un modèle plus circulaire ?
ˆ

[halshs-02696342] De la fabrique urbaine ordinaire aux mobilisations citadines

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 01/08/2020 à 05:08:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[halshs-02571600] Les enjeux économiques de la résilience urbaine

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 01/08/2020 à 05:08:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

La notion de résilience pour qualifier la capacité d’une ville à affronter un choc, y compris économique, n’est pas nouvelle, mais elle revêt, en pleine crise du coronavirus, une dimension toute particulière. Les villes, en tant que systèmes urbains, ont toujours été au cœur des bouleversements que les sociétés ont connus. Pour autant, les fondements du paradigme économique qui gouverne les villes sont restés les mêmes. L’essor des capacités productives exportatrices et l’accroissement des valeurs ajoutées guident encore l’action locale en matière d’économie. Corollaire d’un monde globalisé qui atteint ses limites, la crise sanitaire ébranle ces fondamentaux et en demande une révision profonde. Ainsi, au cœur de la crise, les ambitions de relocalisation industrielle, de souveraineté économique, d’autonomie alimentaire semblent avoir remplacé (au moins temporairement) celles liées à la croissance et à la compétitivité. Dans ce contexte, les villes sont attendues pour mener à bien un projet ambitieux de résilience, basée sur une réappropriation des ressources. Parmi les questions que posent ces changements, celle d’un nouveau paradigme économique parait centrale.
ˆ

[halshs-02559514] Les rythmes de la ville

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 01/08/2020 à 05:08:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Le temps constitue une dimension essentielle des modes de vie urbains. La ville n’est pas qu’espaces et lieux ; elle est aussi mouvements, dynamiques, ralentissements et accélérations. Mobilités, horaires de travail, rythmes scolaires, loisirs, événements, repos, ennui… scandent journées, semaines et nuits urbaines. Ce numéro de CaMBo fait ainsi le pari de mettre à l’agenda l’articulation de nos rythmes de vie et de ville. Il était temps !
ˆ

[halshs-02559527] Il est temps. Petit plaidoyer pour une approche spatio-temporelle et rythmique des villes et des territoires

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 01/08/2020 à 05:08:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Face aux limites des recherches et expérimentations urbaines dans les approches temporelles, le concept de « rythme » apparaît comme un bon candidat pour la lecture et l’écriture des mondes en mouvement, une nouvelle piste pour le chercheur, l’aménageur et l’urbaniste.
ˆ

[halshs-02863190] Tous au vert ? Scénario rétro-prospectif d’un exode urbain

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 01/08/2020 à 05:07:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Dès le début de la pandémie de Covid-19, la densité de population est apparue comme un facteur déterminant de la propagation du virus. Creuset de tous les maux, la ville est mise au banc des accusés et les disparités de densité révèleraient d’autres inégalités, à la fois sociales, culturelles économiques. Dans ce contexte, certains experts et décideurs s’enthousiasment autour de l’idée d’une possible revanche des campagnes. De nombreux auteurs et journalistes voient dans la migration massive des Franciliens vers leurs résidences secondaires pendant le confinement le signe annonciateur d’un futur exode urbain. L’observation des dynamiques démographiques sur un temps long montre que les espaces ruraux, y compris loin des villes, se repeuplent en effet depuis les années 2000, ce qui participe à la revitalisation des campagnes, sans nécessairement affaiblir pour autant les villes. Si aucune accélération du phénomène n’est enregistrée, on peut tout de même se demander à quoi ressemblerait cette France post-exode-urbain, qui se serait reconnectée à sa ruralité et aurait retrouvé une équidensité de peuplement. Quelles seraient les conséquences de cette dé-densification massive des villes ?
ˆ

[halshs-02895483] Les apports de l'Union européenne à l'aménagement du territoire en France : vers une européanisation ?

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 30/07/2020 à 06:03:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[halshs-02902957] Transition énergétique

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 30/07/2020 à 06:03:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

[...]
ˆ

[halshs-02905506] Vivre de paysage dans le Morvan ou l’impensé de la gestion forestière morvandelle

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 29/07/2020 à 21:18:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Le paysage est devenu le fil rouge de la charte du Parc naturel régional du Morvan 2020-2035. Les parties prenantes ont établi le double constat que considérer l’avenir d’un paysage forestier oblige à prendre en compte de façon systémique les activités qui se déploient sur ce territoire et surtout que le paysage peut être un excellent levier de motivation et de médiation entre acteurs. Par un traitement des attentes culturelles ou sociétales, l’enrichissement et la validation du projet par la population sont appelés à faire vivre le paysage. Un paysage doit fonctionner dans ses composantes écologiques, socioéconomiques et culturelles. Si l’évolution de ses composantes s’opère de manière logique et compréhensible dans un certain « état du monde », alors l’acceptation de cette évolution est facile. Le paysage ne peut plus être « la partie d’un pays que la nature présente à un observateur ». Dans ce découpage objet-sujet, les paysages forestiers du Morvan nous offrent parfois un spectacle de désolation, de vide. Ce couplage sujet-objet propre à la définition occidentale du paysage pourrait laisser place à une vision issue de la pensée chinoise. Nous verrons comment la production de catégories émergentes à partir d’enceintes de concertation territorialisée permet de faire travailler ensemble les acteurs autour de ce qui peut être préservé en commun, le vivre de paysage. L’issue à ces antagonismes se trouve dans la construction d’une vision partagée de l’avenir du paysage du massif. Nous étayerons nos propos grâce aux nombreux bilans et enquêtes réalisées lors de la révision de la charte.
ˆ

[hal-02908259] Ancrages territoriaux de la littérature

HAL-SHS - Architecture, aménagement de … le 29/07/2020 à 16:16:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)

Si le lien entre la création littéraire et les lieux traversés par les écrivaines et écrivains est largement glosé dans les études littéraires comme dans les études géographiques, la manière dont les lecteurs investissent cet ancrage a été peu étudiée. Ce dossier consacré aux ancrages géographiques de la littérature, forme de trivialisation des œuvres, envisage la manière dont le territoire peut devenir une grille de lecture des textes et dont ce phénomène, par anticipation, oriente aussi l’écriture. La relation textes-lieux est ici abordée au prisme de motivations multiples : celles des auteurs, mais aussi celles des lecteurs, des associations et collectivités, et plus généralement de groupes sociaux constituant vis-à-vis de ces textes des communautés interprétatives. La montée en gloire que constitue la patrimonialisation d’une figure auctoriale (par les anthologies, mais aussi par la survie culturelle dans l’espace urbain via les musées et monuments littéraires) est souvent dépendante de ce lien. Nous nous attachons ici au rôle que joue l’ancrage territorial dans la constitution de l’image des auteurs et autrices, aux usages que les communautés peuvent faire de celle-ci dans la constitution de l’image d’une ville et à la manière dont cette appropriation locale de figures auctoriales informe la mémoire collective de la littérature.