Leed

Se souvenir de moi

Raccourcis clavier

  • m marque l’élément sélectionné comme lu / non lu
  • l marque l’élément précédent comme non lu
  • s marque l’élément sélectionné comme favori / non favori
  • n élément suivant (sans l’ouvrir)
  • v ouvre l’URL de l’élément sélectionné
  • p élément précédent (sans l’ouvrir)
  • espace élément suivant (et l’ouvrir)
  • k élément précédent (et l’ouvrir)
  • o ou enter ouvrir l’élément sélectionné
  • j change le mode d'affichage de l'article (titre, réduit, complet)
  • h afficher/masquer le panneau d’aide

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi…

Réseau Scientifique Thématique Philosophie Architecture Urbain Voir les Non lu | Plus vieux en premier
ˆ

Événement L'archaïque et ses possibles aujourd'hui...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 24/05/2018 à 09:21:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



Événement

L'archaïque et ses possibles aujourd'hui

Colloque international – Cycle Architecture et Philosophie

A l’initiative du laboratoire Gerphau – EA 7486 (ENSA PLV)

Cité de l’architecture et du patrimoine

Auditorium & Salle Anatole de Baudot

Les 15 et 16 juin 2018

Programme et inscription (gratuite mais obligatoire) sur le site de la cité de l’architecture (cliquer ici) 

Présentation

Transition, incertitudes et pratiques d’initialité

En même temps qu’elles fragilisent les territoires, les nouvelles conditions d’incertitude et de désorientation contemporaines voient conjointement l’émergence, peut-être la résurgence, de pratiques de recommencements, de reprises, de réinitialisations. Par-là nous pensons à un champ très large de démarches qui proposent de répondre à l’incertitude et à la complexité du monde contemporain par la reprise du geste de bâtir dans sa dimension archaïque. Ces pratiques d’initialité prennent des formes très diverses et s’expriment dans des milieux variés :

- réactivation de figures d’installation archétypales (cabane, grotte, monolithes, etc.)
- reprise du geste primitif du « construire » (logiques d’empilement, d’assemblages simples, d’excavation, etc.),
- approche phénoménologique et redéfinition de l’architecture comme fabrication d’atmosphères, mettant entre parenthèses les conditions culturelles, au profit de l’expérience corporelle,
- réinvestissement de la matière première (terre, pierre, bois…) et de sa mise en œuvre…
- ressourcement par des nouages à la nature dans sa double dimension physique et symbolique (géographie, éléments, etc.).

Portées par de grandes figures de l’architecture contemporaine, comme Peter Zumthor ou Aires Matheus, par des professionnels ou des collectifs tournés vers l’empowerment d’habitants-constructeurs, comme Rural Studio, Francis Kéré ou l’Atelier d’Architecture Autogérée, ces pratiques partagent toutes, malgré les immenses différences qui les séparent, la confiance dans ces gestes archaïques pour redonner du sens, et cherchent moins leurs références dans la riche culture savante de l’architecture et de la ville que dans l’expérience originaire et anhistorique de l’installation humaine. Se replacer dans des conditions initiales, pari presque impossible dans un monde fortement marqué par l’anthropisation.

L’hypothèse qui est soutenue dans ce colloque est que ces stratégies, ou plutôt ces ruses de l’initialité, loin d’une régression, d’une approche rétrograde, en même temps qu’elles « font boussole » en proposant des actions simples, visent toutes à résister à des puissantes formes de déliances, de découpages, de dissociations qui fragilisent les milieux habités. Ces déliances, à l’œuvre tant dans les modes d’action (spécialisation des taches et des « experts », découpages administratifs, sectorisation des instances de gestion) que dans les modes d’intelligibilité des milieux (disciplines, sciences de la nature et sciences de la culture…), dont Edgar Morin a analysé les effets délétères, entrent en conflit avec les alliances et les nouages fondamentaux nécessaires à l’acte de bâtir et aux pratiques habitantes. Le geste archaïque, c’est-à-dire initial

(arkhè), inaugural, viserait ainsi à se réapproprier ce moment privilégié, en-deçà des divisions et des partages, qu’ils passent entre les établissements humains et le substrat géographique, ou entre les diverses dimensions biologique, psychique, sociale, symbolique et culturelle de l’habitation. Se dessine ainsi une forme alternative, mais peut-être finalement primitive et essentielle, de l’intelligence territoriale, certes loin des smart cities, mais engageant une relation au monde plus créative et plus originaire.

L’archaïque aujourd’hui

La formule peut sembler paradoxale. L’archaïque n’appartient-il pas à une « époque » révolue ? Ne sommes-nous pas très loin de ces origines ? L’architecture, l’urbanisme, le paysagisme ont-ils encore quelque chose à voir avec ce qui apparaît au premier abord premier, primitif, brut ou pré-historique ? Et nos territoires ne sont-ils pas des palimpsestes chargés d’une histoire longue et complexe qui les éloignent infiniment des temps premiers ?

L’emploi du terme archaïque n’est pas neutre et nécessite d’opérer d’emblée une distinction conceptuelle cruciale. Pour la pensée historienne, l’archaïque est effectivement une période, une ère, un âge qui précède d’autres époques, classiques, modernes, post-modernes… L’arkhè dont le terme découle insiste en effet sur l’origine, le point de départ, le début. Selon cette conception, et dans une perspective progressiste, l’archaïque est ce qui nous ramène à l’ancestralité, et aux obscurités dont notre civilisation nous aurait débarrassé. L’archaïque n’est alors convoqué, dans le contexte contemporain, que pour désigner des inerties, des formes, comportements, modes de pensées rétrogrades, au mieux périmés et obsolètes, au pire dangereux. Selon l’ordre de la temporalité historique et les valeurs du progressisme, l’archaïque est ainsi ce dont nous nous éloignons inexorablement, origine lointaine à l’aune de laquelle nous mesurons notre évolution.

En philosophie, mais aussi dans le champ des sciences de la nature, de la génétique ou encore en psychanalyse, l’archaïque ne revêt pas le même sens. S’il s’agit bien par-là de qualifier un état, une phase naissante ou commençante, celle-ci n’est pas rejetée dans le passé lointain ; au contraire elle opère encore et toujours. Cellules souches, inconscient, principes ont en commun cette qualité d’agir au cœur même de l’actualité. C’est même le propre de l’archaïque de perdurer et de résister au passage du temps, aux contingences du moment, du présent. Il s’agit donc d’une catégorie anhistorique, d’un commencement certes mais d’un commencement continué. Dans un sens, c’est son inactualité qui le rend paradoxale- ment actuel.

Un des enjeux théoriques du colloque consistera alors à mieux identifier les figures d’expression relevant de l’archaïque dans le champ de l’architecture contemporaine, mais aussi chercher les motifs plus ou moins conscients de ces résurgences.

Avec l’archaïque nous sommes d’emblée plongés dans une ambiguïté : le retour de l’archaïque est-il une forme de conservatisme ou est-il au contraire une nouvelle célébration de l’invention ?

Programme et inscription (gratuite mais obligatoire) sur le site de la cité de l’architecture (cliquer ici)

ˆ

Publication Au tournant de l’expérienceInterroger de qui se...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 08/03/2018 à 09:18:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)





Publication

Au tournant de l’expérience

Interroger de qui se construit, partager ce qui nous arrive

Cet ouvrage fait suite au colloque international « Au tournant de l’expérience. Interroger ce qui se construit, partager ce qui nous arrive », organisé à Paris les 11 et 12 mars 2016, et qui est la seconde rencontre du cycle « Architecture et philosophie » initié par laboratoire Gerphau en partenariat avec la Cité de l’Architecture. Chris Younès et Céline Bodart en assuraient l’orchestration.

« Bien sûr, l'expérience n'est pas une ligne droite ; elle est toujours et déjà constituée de tournants, de tourments et de retournements. Mais d'où vient cette intuition que ce tournant, aujourd'hui et maintenant, mérite de s'y arrêter pour le penser ?

Au croisement de l'architecture et de la philosophie, nous avons invité des auteur.e.s à rendre compte de la diversité des trajectoires de pensée et des actions, multipliant ainsi les prises et reprises pour interroger ce qui se construit et partager ce qui nous arrive. »

Avec les contributions de Guy Amsellem, l'agence ateliergeorges (par Mathieu Delorme), l'agence Base (par Franck Poirier et Alexandra Arenès), Antoine Begel, Céline Bodart, Xavier Bonnaud, Stéphane Bonzani, Martine Bouchier, Aysegul Cankat, la coopérative Cuesta (par Agathe Ottavi et Alexandra Cohen), Didier Debaise, l'agence Fabriques Architectures-Paysages (par Pierre Janin), Catherine Grout et Micheline Lelièvre, François Guery, François Jullien, Bruno Latour, David Marcillon, Jim Njoo, Daniel Payot, Frédérique Peyrouzère, Philippe Rahm, Emmanuelle Roberties, Matthias Rollot, l'agence Claire Schorter (par Claire Schorter), Antonella Tufano, Chris Younès.

ˆ

Appel à communications TerminéL’ARCHAÏQUE ET SES POSSIBLES...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 08/02/2018 à 15:09:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



Appel à communications

Terminé

L’ARCHAÏQUE ET SES POSSIBLES AUJOURD’HUI

Architecture et philosophie

Colloque à la cité de l’architecture et du patrimoine - 15 et 16 juin 2018

Ce colloque, organisé par le RST PhilAU et par le GERPHAU, vise à explorer l’émergence, peut-être la résurgence, de pratiques de recommencements, de reprises, de réinitialisations dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage. Ces pratiques partagent toutes, malgré les immenses différences qui les séparent, la confiance dans ces gestes archaïques pour redonner du sens, et cherchent moins leurs références dans la riche culture savante de l’architecture et de la ville que dans l’expérience originaire et anhistorique de l’installation humaine. Comment penser ces figures émergentes, comment en dresser une cartographie ? Un des enjeux théoriques du colloque consistera alors à mieux identifier les figures d’expression relevant de l’archaïque dans le champ de l’architecture contemporaine, mais aussi chercher les motifs plus ou moins conscients de ces résurgences.

Afin de nourrir ce débat, de cartographier ces pratiques d’initialité et de déployer les diverses significations qu’elles impliquent, nous proposons une rencontre à la Cité de l’architecture, croisant architecture et philosophie.

Cet appel à communication est lancé :

  • aux     architectes urbanistes paysagistes, pour qui cette notion est active et     qui souhaiteraient présenter et partager leurs interrogations,
  • aux     enseignants et chercheurs dont les enseignements et/ou les recherches     croisent ces pratiques d’initialité,
  • aux     philosophes qui voient dans l’architecture une occasion     d’approfondir des réflexions autour de ce concept et de son     actualité.

Les propositions de communication, ne devant pas excéder 300 mots, en français ou en anglais, sont à adresser avant le 31 janvier 2018 à l’adresse mail : gerphau@gmail.com

L'annonce des sélections par le comité scientifique aura lieu aux alentours du 20 février 2018. En cas de sélection de l'abstract, le comité d'organisation tiendra l'intervenant informé du dispositif proposé pour sa présentation. Le colloque se déroulera dans l'auditorium de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine. La participation au colloque est gratuite et les inscriptions (obligatoires) se feront en ligne via le site internet de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine.

Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter gerphau@gmail.com

Les communications présentées feront l'objet de publications. 

CONSEIL SCIENTIFIQUE.

Xavier BONNAUD, Stéphane BONZANI, Marie-Hélène CONTAL, Philippe MADEC, David MARCILLON, Daniel PAYOT, David VANDERBURGH,  Chris YOUNES 

COMITÉ D'ORGANISATION.

Xavier BONNAUD, Stéphane BONZANI, Dimitri SZUTER, Chris YOUNÈS

ˆ

Événement SYNERGIC DESIGN Journée d’étude organisée par le...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 18/10/2017 à 09:30:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



Événement

SYNERGIC DESIGN 

Journée d’étude organisée par le Laboratoire Gerphau (ENSA Paris La Villette),  en partenariat avec la Cité de l’architecture  & du patrimoine.  Avec le soutien du réseau PhilAU  (réseau scientifique thématique : Philosophie,  Architecture, Urbain), le réseau ARENA et l’esalab       east-t+_��b


À l'heure de l'impératif écologique, les transformations des milieux habités appellent à de nouvelles reprises et mises en œuvre synergiques. La reprise, elle, fait appel à l'invention d'autres formes d'interactions avec les milieux, remettant activement en question l'héritage d'une certaine modernité qui a privilégié la séparation et l'exploitation, et épuisé les milieux naturels et humains. La synergie, nous la proposons donc comme une reprise vivifiante de nos manières de faire et de penser la transformation des territoires : en termes de projet, comment les choses (re-)travaillent-elles ensemble ? Que font ces mises en synergie font au projet : problématiser, représenter, réaliser ? Comment la reprise des synergies permet-elle de ré-investir nos modes de conception ?

Cette journée d'étude est composée d'une série de rencontres inter-disciplinaires et transpratiques.
Chaque rencontre se déroulera selon un même protocole : un.e architecte / urbaniste /
paysagiste ouvre la discussion par la présentation d’un projet et d'une référence, vus comme des
interprétations possibles de synergies à l'oeuvre dans les processus de conception du projet en
architecture, urbain, territoire, paysage. Des chercheurs et chercheuses du laboratoire Gerphau
sont ensuite invité.e.s à réagir et discuter de ces différentes propositions.
Par ce protocole, nous tentons de mettre nos modes de discussion à l'épreuve de nouvelles
formes de synergies, entre architecture et philosophie, mais aussi entre praticien.ne.s et
théoricien.ne.s.

Infos et inscription (obligatoire): 

https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/synergic-design

L+_ډb

ˆ

Le Philotope MaT[i]erre[s]  Lire en ligne  - Le téléchargerCe...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 27/06/2017 à 15:10:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



Le Philotope

MaT[i]erre[s] 

Lire en ligne  - Le télécharger

Ce Philotope « MaT(i)erre(s) » veut expliciter le lien établi par l’architecture entre l’esprit et la matière et celle du rapport entre nature et technique, renvoyant à l’idée insistante de l’interrogation nietzschéenne de savoir quel monde on veut habiter. L’art d’articuler les forces vives naturelles et culturelles se révèle être un des enjeux cruciaux du XXIe siècle ; où méconnaître les lois naturelles, les transgresser par ignorance, inconscience ou arrogance prométhéenne, représente une forte menace pour les établissements humains.


Nos conditions planétaires d’existence et nos relations aux ressources évoluent, en tout sens et à toute vitesse, et devront être « résilientes ». 

Ce n°12 du Philotope, coproduit avec amàco (atelier matières à construire), entre Matières et Terre, présente des textes ouvrant sur ces horizons divers qu’affectionne partager le Réseau Philau avec tous ceux qui désirent, imaginent, construisent, vivent des mondes habités encore possibles… Cartographie des résistances et des ressources potentielles, imaginaires et poétiques des matières en leurs récits constructifs ou territoriaux, art du geste et économie du faire, mise en œuvre par communauté d’action, autant de pistes explorables… empruntées maintenant…

Ce dossier très dense est structuré en trois parties : « Matière(s) entre expériences et concepts », « Matière(s) à l’œuvre » et « Matière(s) à apprendre ».

Et l’on retrouve bien sûr les trois rubriques qui articulent le Philotope : « Œuvre », « Héritage » et « Recherche doctorale ».

ˆ

Appel à articles TerminéLe...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 21/07/2016 à 15:31:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



Appel à articles

Terminé

Le Philotope n°12: « MaT(i)erre(s) »

« Dans une société qui privilégie une appréhension du monde via nombres d’artifices, subterfuges d’une proximité croissante avec l’ensemble de la planète, l’homme semble tendre vers une perte de contact avec son milieu, un désenracinement de son existence concrète. Il se dépossède, peu à peu, de l’expérience corporelle qu’il fait du monde.

Dans ce contexte, se poser la question - de quoi est fait le monde ? - en ce qu’il a de plus élémentaire, le plus à la source de nos ressources, outrageusement exploitées ou épuisées, passe d’une évidente pertinence à une absolue urgence : apprendre à re-garder profondément le monde et ses matières, de tous nos sens, reprendre contact avec la dimension poétique du réel pour qu’enfin le ré-enchantement devienne une éthique partagée de notre être au monde !

Alors comment penser, construire et habiter le monde à partir de ce qu’il est le plus élémentairement fait - terre, eau, air, feu, etc. ? Quelles intelligences de situations, quelles innovations, quels milieux habités se fabriquent ou sont en capacité d’être imaginés, d’être créés pour demain… ou dès maintenant ? A l’ère de l’anthropocène, comment penser et construire l’habiter par la renaissance des éléments ?

C’est donc la matière en tant que « ressource de vivre et de penser »* qu’il s’agit ici d’interroger, sous forme de partage d’expériences et de pensées.

Le Philotope n°12 s’ouvre alors à un large champ d’expériences de la matière - sensorielle et kinesthétique, artistique, spatiale, expérimentale, socioculturelles, cosmogoniques, scientifique, etc. - en questionnant ce en quoi elles proposent une expérience intense du monde et de la fragile appartenance terrestre de l’homme ?

Cette thématique pourra être abordée soit sous forme de retour d’expérience, soit par des articles à dominante théorique. »

Calendrier :

30 Mai 2016 : Date limite d’envoi des propositions d’articles sous forme de texte court de 3000 signes maximum et d’une bibliographie à philau@clermont-fd.archi.fr

27 Juin 2016 : Réponses et avis du comité de lecture

12 Septembre 2016 : Date limite d’envoi des articles définitifs

Parution prévue pour Novembre 2016

 

Modalités :

L’article définitif, entre 8000 et 15 000 signes, sera envoyé sous format word accompagné d’une présentation de l’auteur de 30 mots. Les références bibliographiques seront indiquées en notes de bas de page.

Images :

Les illustrations référencées dans le texte doivent impérativement être libres de droits et seront légendées. Elles seront envoyées au format .jpg et auront une définition d’au moins 300 dpi (format réel).

ˆ

Publication Encore l'architecture - Encore la philosophie sous...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 13/07/2016 à 09:54:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)





Publication

Encore l'architecture - Encore la philosophie 

sous la direction de Chris Younès et Céline Bodart

éditions Hermann

Cet ouvrage fait suite à la tenue du colloque Encore l'architecture - Encore la philosophie (Paris, mars 2015), une initiative du laboratoire Gerphau, organisée en partenariat avec la Cité de l'architecture et du patrimoine, et avec le soutien du Lavue et du réseau PhilAU. Cet événement international fut la première conférence ARENA, réseau européen pour la promotion et le développement de la recherche en architecture.

Avec les contributions de Aurosa ALISON, Guy AMSELLEM, Manola ANTONIOLI, Giorgia AQUILAR, Manuel BELLO-MARCANO, Céline BODART, Xavier BONNAUD, Stéphane BONZANI, Léonor CHABASON, Cécile CHANVILLARD, Pierre CLOQUETTE, Alice FINICHIU, Murray FRASER, Benoît GOETZ, François GUÉRY, Pauline LEFEBVRE, Jean-Pierre MARCHAND, David MARCILLON, Luca MERLINI, Pasquale MIANO, Daniel PAYOT, Renaud PLEITINX, Richard SCOFFIER, Jean STILLEMANS, Pieter VERSTEEGH, Chuan WANG, Chris YOUNÈS. 

+ d’info:

http://www.gerphau.wordpress.com

http://www.editions-hermann.fr/4925-encore-larchitecture-encore-la-philosophie.html

ˆ

Publication A l’épreuve d’exister avec Henri Maldineysous la...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 09/05/2016 à 16:19:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



Publication

A l’épreuve d’exister avec Henri Maldiney

sous la direction de Chris Younès et Olivier Frérot

Philosophe majeur de notre époque, Henri Maldiney a élaboré une phénoménologie de l’existence centrée sur l’Ouvert. Préconisant un « retour aux choses mêmes », il réfute radicalement la séparation instaurée entre sujet et objet, insistant sur l’expérience de la rencontre comme signifiance insignifiable, transpossibilité et transpassibilité, recueil et déploiement. A partir notamment de Binswanger, Straus, Freud, Szondi, Heidegger et plus largement des textes classiques grecs, allemands, chinois, accordant une importance toute particulière à l’art, il a contribué de manière décisive à une philosophie du sentir, du rythme et de l’avènement. 

Lors du colloque de Cerisy, qui a réuni chercheurs, praticiens et artistes, chacun s’est mis à l’épreuve de cette œuvre magistrale. Les contributions rassemblées ici manifestent l’évolution et l’impact de cette pensée fondamentale pour le xxiè siècle.

ˆ

 Événement Première rencontre VAD Auvergne Rhône-AlpesLe Réseau...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 21/03/2016 à 15:24:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



 Événement 

Première rencontre VAD Auvergne Rhône-Alpes

Le Réseau Philau est partenaire des premières rencontres de l’Association Ville & Aménagement Durable à Clermont-Ferrand le Lundi 25 Avril // Programme bientôt disponible - participation par invitation // Informations complémentaires à venir… 

ˆ

 Biennale de Venise Nouvelles du front, nouvelles...

RST PhilAU - Réseau Philosophie Archi… le 26/02/2016 à 11:46:00 - Favoriser ||  (Lu/Non lu)



 Biennale de Venise 

Nouvelles du front, nouvelles richesses?

Suite à l'appel à candidature lancé au sein des Ecoles Nationales Supérieures d'Architecture par les commissaires du pavillon français sous la responsabilité de Frédéric Bonnet, pour la 15ème Biennale internationale d'Architecture de Venise 2016 “ Reporting from the Front ” dont l’architecte chilien Alejandro Aravena est le commissaire général de la Biennale, nous sommes très heureux d'avoir été retenus et de participer à cet évènement - A suivre…

Plus d’infos - ici